Archive for the ‘Transport’ Category

Reprise de vols à Saint-Martin après le passage de l’ouragan

septembre 22, 2017

Des passagers à l’aéroport de Grand-Case sur l’île de Saint-Martin, le 21 septembre 2017 / © AFP / Helene Valenzuela

La préfecture de Guadeloupe a annoncé la reprise samedi des vols commerciaux vers et depuis Saint-Martin, interrompus depuis le passage de l’ouragan Irma qui avait dévasté l’île le 6 septembre.

« Ce samedi 23 septembre, les lignes commerciales seront à nouveau possibles sur l’aéroport de Grand-Case à Saint-Martin », informe la préfecture qui invite les usagers « à contacter les compagnies aériennes qui opèrent sur cette destination ».

Le préfet de la Guadeloupe « vient de signer un arrêté autorisant l’ouverture au trafic commercial de l’aérodrome, sur proposition du directeur de la sécurité de l’aviation civile aux Antilles-Guyane », précise-t-elle dans ce bref communiqué.

Romandie.com avec(©AFP / 22 septembre 2017 20h32)                

Publicités

Attentat dans le métro de Londres: « une énorme détonation » et « un mur de feu »

septembre 15, 2017

Une femme téléphone à ses proches après l’attentat du métro de Londres, le 15 septembre 2017 / © AFP / Daniel LEAL-OLIVAS

« Nous partions travailler quand nous avons entendu une énorme détonation »: près de la station de métro de Parsons Green, dans le sud-ouest de Londres, Charlie Craven est encore sonné par le nouvel attentat qui a frappé sa ville.

Comme chaque matin, le jeune homme âgé d’une trentaine d’années s’apprêtait à prendre la ligne District vers la City, coeur financier de la capitale britannique. « J’ai regardé autour de moi et la première chose que j’ai vue, c’était une sorte de feu orange, comme dans les films. Des gens se sont mis à hurler sans vraiment savoir ce qui se passait », raconte-t-il à l’AFP, les mains encore tremblantes.

« J’ai juste entendu une détonation (…) j’ai regardé autour de moi et j’ai vu ce mur de feu venir vers nous », relate aussi Lauren Hubbard, la vingtaine.

En route vers son lieu de travail, Louis Hather, 21 ans, se trouvait lui dans la rame où l’engin explosif artisanal a détonné vers 08H20 (07H20 GMT). Il décrit à l’AFP une scène de panique: « des gens qui criaient et se précipitaient dans les escaliers ».

Blessé à la jambe dans la bousculade, il a réussi à sortir dans la rue où « des gens pleuraient. Ca sentait le plastique brûlé », poursuit-il, très choqué, décrivant aussi « une femme amenée sur un brancard dans une ambulance avec des brûlures sur tout le corps ».

– Quartier bouclé –

Les alentours de Parsons Green, situé dans le quartier aisé de Fulham où de nombreuses familles françaises ont élu domicile en raison de la proximité des écoles françaises, ont été immédiatement bouclés par la police.

En début d’après-midi une dizaine de camions des forces de l’ordre stationnent sur place tandis que deux hélicoptères survolent le quartier sans relâche.

Les habitants sont hagards, à l’image de Lucy, qui promène son chien. « Je n’arrive pas à croire que cela s’est produit ici. Vous savez que ça peut arriver, mais pas à côté de chez vous », dit-elle à l’AFP.

Solidaires, des commerçants ont apposé des affichettes offrant du thé ou du café, mettant à disposition leurs toilettes ou leurs prises électriques pour charger les téléphone.

Parmi eux, Lucy, patronne d’un salon d’ostéopathie. « C’est une situation difficile, les gens sont stressés, ils ont besoin de parler avec leur famille. Nous essayons juste d’aider comme nous le pouvons », explique-t-elle avec chaleur.

Des habitants qui ne peuvent pas rentrer chez eux sont assis sur le trottoir et regardent les informations via leurs smartphones.

« Je n’arrive pas à croire que cela ait pu arriver ici, c’est un quartier tellement familial », dit Alex W. qui se réjouit d’avoir décidé de prendre son vélo plutôt que le métro .

Romandie.com avec(©AFP / 15 septembre 2017 15h46)                

80 millions de voitures en moins en Europe d’ici 2030 (étude)

septembre 11, 2017

Le parc de voitures en circulation pourrait baisser de 80 millions en Europe d’ici 2030, en raison de la progression de l’autopartage / © AFP/Archives / GUENTER SCHIFFMANN

Le parc de voitures en circulation pourrait baisser de 80 millions en Europe d’ici 2030, en raison de la progression de l’autopartage, selon une étude du cabinet PricewaterhouseCoopers publiée lundi.

D’ici 2030, l’Europe devrait voir le nombre de voitures sur les routes passer de 280 à 200 millions d’unités, mais le trafic sur les routes va augmenter car les voitures partagées seront bien plus utilisées que des véhicules détenus en propre, estime PwC.

« D’ici quelques années, la norme actuelle selon laquelle la plupart des gens conduisent leur propre véhicule va devenir un concept de mobilité parmi d’autres », pronostique Christoph Stürmer, expert automobile chez PwC.

Selon le cabinet de conseil, un kilomètre sur trois parcouru en Europe le sera à l’avenir sous une des diverses formes de l’autopartage, une tendance aussi visible en ville qu’à la campagne.

Le développement de l’électrification et de la conduite autonome vont doper le recours à la conduite partagée. Certains parcours seront effectués à vide, quand un ‘taxi-robot’ ira chercher son client par exemple.

Un véhicule partagé roulera en moyenne 58.000 kilomètres par an, grosso modo l’équivalent d’un taxi, contre 13.230 kilomètres par an pour une voiture non partagée, a calculé PwC.

Avec pour conséquence qu’une voiture partagée sera à remplacer plus souvent, tous les 3,9 années, contre toutes les 17,3 années pour une voiture individuelle.

Le nombre d’immatriculations annuelles en Europe devrait de ce fait augmenter d’un tiers en 2030, à 24 millions d’unités, malgré un parc automobile globalement plus restreint.

« Les constructeurs automobiles et leurs fournisseurs vont faire face à des décisions critiques dans les années à venir », affirme Christoph Stürmer: il leur faudra investir massivement, au risque de compromettre leurs marges, pendant que de nouveaux concurrents venus des technologies, à l’image de Google aujourd’hui, s’affirmeront sur le marché.

Des changements qui pourraient être fatals aux constructeurs trop petits pour se maintenir sur le marché.

Reste à faire accepter de nouveaux principes de mobilité, à commencer par le fait de partager son véhicule avec d’autres: 54% des Allemands l’excluent totalement, selon l’étude, quand 84% des Chinois y sont prêts.

Romandie.com avec(©AFP / 11 septembre 2017 19h03)                

États-Unis: après Harvey, la demande de voitures s’envole à Houston

septembre 6, 2017

Les habitants de la région de Houston doivent rapidement racheter une voiture, indispensable dans cette zone où les distances sont grandes et les transports publics peu développés / © AFP/Archives / MARK RALSTON

Les habitants de la région de Houston retrouvent leurs maisons dévastées par les inondations mais doivent également rapidement racheter une voiture, indispensable dans cette zone où les distances sont grandes et les transports publics peu développés.

« La demande pour les voitures a fortement augmenté » après le passage de l’ouragan Harvey, confirme à l’AFP Ezequiel Zepeda, un des vendeurs du concessionnaire local Houston Direct Auto.

Son téléphone n’arrête pas de sonner et sa boîte de messagerie électronique a explosé sous le coup de nombreuses requêtes d’habitants, en quête d’une automobile pour se rendre au travail, et des services de secours et d’urgence et des ONG tels la Croix Rouge, qui en ont besoin pour leurs missions.

« Nous avons augmenté le prix des voitures reçues après Harvey à cause de la forte demande mais maintenons inchangé le prix de celles qui étaient là avant parce que certaines ont pris de l’eau », explique par téléphone Ezequiel, surnommé « Zek ». « Il y a quelques minutes, c’est un couple qui voulait acheter chacun une voiture. Ca n’arrive pas souvent des achats en même temps dans un ménage ».

– Bon pour Detroit –

Pour l’industrie automobile américaine en pleine saturation, Harvey tombe à pic et devrait relancer des ventes en berne depuis plusieurs mois.

Le rebond, attendu à partir d’octobre, devrait être « beaucoup plus important » que lors de Sandy, avance Ryan Brinkman, expert chez JPMorgan. General Motors (GM) devrait pouvoir en profiter pour réduire ses stocks qui inquiètent les marchés financiers depuis quelques mois, ajoute-t-il.

La hausse des prix des voitures et l’intérêt des populations locales pour les « trucks » (camionnettes à plateau) aux marges lucratives devraient en outre améliorer les profits des trois géants de Detroit – GM, Ford et Fiat Chrysler – qui en sont les gros producteurs.

Le cabinet Black Book estime qu’il va falloir remplacer quelque 500.000 voitures, soit davantage que les 250.000 véhicules endommagés par l’ouragan Sandy ou les 200.000 recensés lors de Katrina, selon Cox Automotive.

A ce jour, environ 150.000 requêtes de particuliers ont été déposées auprès des assureurs, d’après le lobby local de l’assurance, l’Insurance Council of Texas, ICT. Sur les 33.000 demandes d’indemnisations reçues par l’assureur Farmers Insurance, un tiers concerne l’automobile.

Le coût total représenterait un peu plus de 2 milliards de dollars, estime Mark Hanna, de l’ICT, une estimation qui pourrait être révisée, selon lui, car « certains véhicules n’ont pas encore été localisés ».

– Marché noir –

« La majorité des gens à Houston se reposent beaucoup sur leurs voitures. Ils en ont besoin pour aller au travail, à l’école, au supermarché », souligne Andrea French, directrice de l’ONG Transportation Advocacy Group Houston, qui milite pour un développement des transports publics.

En attendant les réponses des assureurs, il faut trouver des solutions de transport temporaires. Une grande partie des contrats d’assurance stipule que l’assureur peut couvrir les frais de location d’un véhicule ou des services spécialisés tels Uber et Lyft en cas d’importants dommages, indique Mark Hanna.

« Nous acheminons les voitures dans les régions affectées aussi rapidement que possible pour augmenter les stocks et répondre aux besoins des clients », assure à l’AFP Katie McCall, une porte-parole d’Avis Budget.

Ford octroie pour sa part un rabais de 1.000 dollars pour tout achat de véhicule neuf.

En dépit de ces mesures, il reste difficile de trouver une voiture, explique Andrea French, ce qui incite certains à payer en cash: « si vous avez des espèces, c’est une affaire de minutes. Je vous montre la voiture, on signe le contrat, vous en prenez possession et vous êtes repartis 45 minutes plus tard », explique Zek.

Aux Etats-Unis, un acheteur peut repartir avec le véhicule le même jour mais le processus peut être un peu plus long pour les acquéreurs finançant l’achat via un prêt en raison des formalités, précise Ezequiel Zepeda.

Hors zones urbaines denses, les concessionnaires alignent souvent les voitures dans des parkings immenses appelés « lots ». De nombreux « lots », comme celui de « Zek », ont été en partie inondés par Harvey mais ont rouvert depuis suite à la décrue des eaux.

La forte demande fait craindre l’émergence d’un marché noir de la voiture d’occasion car environ 15% des propriétaires de voitures au Texas n’ont pas d’assurance, selon l’ICT.

Romandie.com avec(©AFP / 06 septembre 2017 16h52)                

Congo-Diables Rouges: les joueurs congolais ont failli rôtir dans leur bus à Kinshasa

août 21, 2017

Congoéqu

Congo – Diables Rouges : Les joueurs congolais ont failli rôtir dans leur bus à Kinshasa

Les diables Rouges du Congo ont frôlé le drame après leur match samedi dernier à Kinshasa, quand le bus transportant les joueurs a subitement pris feu.

La nouvelle a été éclipsée par l’euphorie de la qualification. Une catastrophe a été évitée de justesse à Kinshasa samedi après la rencontre qui a vu la qualification au Chan, de l’équipe de Diables Rouges du Congo.

Alors que le bus parti du stade des Martyrs roulait vers la commune de la Gombé où les congolais avaient pris leurs quartiers, les joueurs assis à l’arrière ont constaté un grand panache de fumée, tandis que que les parois du bus s’échauffaient.

Les chansons de victoire se sont tues, aussitôt remplacées par des demandes pressantes au chauffeur de s’arrêter illico.

Aussitôt le bus immobilisé ses occupants en sont descendus avec une promptitude athlétique, constatant que le moteur logé à l’arrière du véhicule était en feu.

Le début d’incendie, quoique maîtrisé, a endommagé le moteur, contraignant les congolais à continuer à pieds le restant du chemin, à quelques encablures de leur camp de base.

De nombreux joueurs ont immortalisé ces instants sur leurs téléphones portables.

Lesechos-congobrazza.com par Bertrand BOUKAKA

10 marins d’un destroyer américain portés disparus

août 21, 2017

 10 marins d'un destroyer américain portés disparus

 

Dix marins américains sont portés disparus et cinq ont été blessés dans une collision lundi entre leur destroyer et un pétrolier au large de Singapour, le deuxième accident impliquant un navire de guerre américain en deux mois.

 

Le destroyer lance-missiles USS John S. McCain est entré en collision avec le navire marchand Alnic MC près du détroit de Malacca aux premières heures de la matinée, a précisé l’US Navy dans un communiqué.

« Les premiers rapports indiquent que le USS John S. McCain a subi des dommages à bâbord arrière. Il y a actuellement 10 marins portés disparus et cinq ont été blessés. Des opérations de recherches sont en cours en coordination avec les autorités locales », précisé le communiqué, tandis que le navire de guerre se dirigeait vers le port de Singapour.

« L’étendue des dommages et les blessures des personnels sont en train d’être examinées. L’incident va faire l’objet d’investigations », précise encore le communiqué.

Le destroyer se dirigeait vers le port de Singapour au moment de la collision qui s’est produite lundi dans les eaux malaisiennes, selon l’US Navy.

Des remorqueurs, un hélicoptère et des bateaux de garde-côtes participent aux opérations de secours, tandis que des avions américains sont aussi impliqués, selon la même source.

En outre, huit bateaux de différentes agences malaisiennes ont été déployés pour ces recherches, et un avion ainsi qu’un hélicoptère sont sur le point d’être dépêchés sur place, a déclaré à l’AFP le directeur des autorités maritimes malaisiennes, Zulkifli Abu Bakar, précisant que l’accident s’était produit au large de l’Etat de Johor, dans le sud de la Malaisie.

« C’est regrettable », a déclaré le président américain, Donald Trump, dans une première réaction à des journalistes qui l’interrogeaient sur cette collision, à son retour de vacances à la Maison Blanche à Washington. « Pensées et prières pour nos marins de l’US Navy à bord du John S. McCain où des efforts de sauvetage sont en cours », a ensuite ajouté Trump dans un tweet.

Mort de la journaliste suédoise portée disparue à bord d’un sous-marin au Danemark

août 21, 2017

La journaliste suédoise Kim Wall, dans une photo diffusée le 12 août 2017 par sa famillenn / © TT News Agency/AFP/Archives / Tom WALL

L’inventeur danois d’un sous-marin artisanal a révélé que la journaliste suédoise portée disparue depuis le 11 août était morte accidentellement à bord de son navire et qu’il avait jeté son corps à la mer, a annoncé la police danoise lundi.

L’inventeur Peter Madsen avait dans un premier temps affirmé avoir laissé la journaliste Kim Wall, qui réalisait un reportage à bord de l’appareil, sur la pointe de l’île de Refshaleøen, à Copenhague, dans la soirée du 10 août.

Mais Peter Madsen, accusé d’homicide involontaire par négligence, a finalement « déclaré à la police et au tribunal qu’il y a eu un accident à bord du sous-marin qui a conduit à la mort de Kim Wall et qu’il l’a ensuite jetée à la mer dans un lieu encore indéterminé dans la baie de Køge », à environ 50 kilomètres au sud de Copenhague, a indiqué la police dans un communiqué.

Peter Madsen, 46 ans, avait été présenté devant un juge le 12 août, au lendemain de la disparition de la journaliste de 30 ans. Les audiences se sont depuis déroulées à huit clos et la date de ses révélations reste inconnue.

Le 11 août, la défense danoise avait annoncé chercher le sous-marin Nautilus (18 m). L’appareil avait disparu la veille au soir dans le détroit d’Öresund, entre Danemark et Suède, avec les deux personnes à son bord.

Le propriétaire M. Madsen avait été secouru, mais les autorités étaient à la recherche de Kim Wall.

Le sous-marin avait été localisé dans la journée du 11 août dans la baie de Køge. Il avait été renfloué et fouillé, sans que les autorités parviennent à trouver la trace de la journaliste.

Pour la police danoise, le sous-marin a été délibérément coulé.

Peter Madsen avait alors été soupçonné d’homicide involontaire par la police.

– Journaliste indépendante –

Le quotidien suédois Aftonbladet a cité vendredi une lettre de la famille de la journaliste qui « en appelait à l’aide du public » sur son sort.

« Nous n’espérons rien que le retour en vie de notre fille, mais nous réalisons que les chances sont extrêmement minces », poursuit la famille.

Kim Wall, journaliste indépendante, avait collaboré avec les titres The Guardian et le New York Times. Diplômée de l’Ecole supérieure de journalisme de Columbia, elle était basée à New York et en Chine.

Ses amis la décrivent comme « invincible », « ambitieuse » et « voyant toujours quelque chose de bon chez une personne », d’après les médias suédois.

Peter Madsen et Kim Wall avaient été aperçus par plusieurs personnes à bord du sous-marin, le soir du 10 août.

Des photos d’eux, où ils apparaissent debout, Kim Wall souriante, en haut de la tour du sous-marin, ont circulé sur internet.

La chaîne danoise TV2 a diffusé des images de Peter Madsen, interrogé par la police, après son sauvetage. Lorsque le journaliste lui avait demandé des renseignements sur la journaliste disparue, il avait répondu: « Je sais juste que son prénom est Kim ».

« Je ne regarde pas les antécédents des journalistes qui m’appellent et me demandent +est-ce que je peux vous interviewer+ », avait ajouté Peter Madsen, alors qu’il entrait dans une voiture de police.

Le sous-marin Nautilus était le plus grand submersible artisanal du monde (18 m) au moment de son lancement, il y a neuf ans.

Romandie.com avec(©AFP / 21 août 2017 13h55)                

Atterrissage d’urgence d’un avion de chasse américain à Bahreïn

août 12, 2017

Dubaï – Le pilote d’un avion de chasse américain a dû s’éjecter en effectuant samedi un atterrissage d’urgence à l’aéroport international de Bahreïn, un incident qui a provoqué des perturbations dans le trafic, a indiqué un porte-parole de la marine américaine.

Un avion de combat F/A 18E « a connu un dysfonctionnement au niveau du moteur et a tenté de se diriger vers la base militaire Cheikh Issa », a déclaré le commandant William Urban, porte-parole de la Ve flotte américaine basée à Bahreïn.

Mais il n’a pas été en mesure de le faire et « le pilote a été contraint d’atterrir en urgence à l’aéroport international de Bahreïn ».

En raison du problème technique, l’appareil n’a pas pu être stoppé sur la piste et le pilote s’est éjecté lorsque l’avion a quitté la piste », a indiqué M. Urban, précisant que le pilote s’en était sorti indemne.

La piste a été fermée à tous les décollages et atterrissages pendant deux heures, selon l’agence officielle bahreïnie BNA. Le trafic est ensuite revenu à la normale dans l’après-midi, pouvait-on lire sur le compte Twitter de l’aéroport.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’incident, a souligné M. Urban, qui a précisé que l’appareil avait décollé du porte-avions USS Nimitz.

Situé entre l’Arabie saoudite et l’Iran, le royaume de Bahreïn abrite le siège de la Ve flotte américaine. Celle-ci a une importance stratégique pour les opérations américaines dans le cadre de la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans la région.

Romandie.com avec(©AFP / 12 août 2017 20h36)                                            

Égypte: 41 morts dans un accident de trains

août 12, 2017

Sur le site de la collision de deux trains, le 12 août 2017 près d’Alexandrie en Egypte / © AFP / KHALED DESOUKI

Plus de 40 personnes sont mortes dans la collision de deux trains près d’Alexandrie dans le nord de l’Egypte, entraînant l’interpellation des deux conducteurs et la suspension de responsables de l’Autorité des chemins de fer.

Plusieurs heures après l’accident survenu vendredi après-midi, les ouvriers ont réussi à dégager et rouvrir samedi la voie ferrée très fréquentée qui permet de rejoindre la grande métropole d’Alexandrie, sur les bords de la Méditerranée, depuis la capitale égyptienne.

Toute la nuit, à la lumière des projecteurs, les sauveteurs ont fouillé les carcasses des wagons à la recherche de victimes après l’un des plus graves accidents de train survenu en Egypte, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Depuis l’accident, le bilan n’a cessé de monter. Samedi, le ministère de la Santé a fait état de 41 morts et de 132 blessés dont 53 étaient toujours hospitalisés.

Sur les lieux du drame, des couvertures blanches couvertes du sang des victimes étaient éparpillées.

Durant des heures, les ambulances ont effectué des rotations pour emmener les blessés, allongés dans un champ le long du train, vers les hôpitaux d’Alexandrie.

L’accident s’est produit à l’entrée de la métropole septentrionale quand un train a percuté l’arrière d’un autre, arrêté sur la voie en raison vraisemblablement d’une panne, selon l’Autorité des chemins de fer.

– ‘Comme une explosion’ –

Les deux trains se dirigeaient vers Alexandrie, l’un depuis Le Caire, l’autre depuis Port Saïd (est).

En raison du choc violent, plusieurs wagons ont déraillé dans un champ et d’autres se sont encastrés les uns dans les autres. Les secours ont dû employer deux grues pour réussir à détacher les amas de tôles emmêlés.

« Peu après la prière du midi, nous avons entendu un bruit énorme. C’était comme une explosion, nous avons couru et vu l’accident », a raconté à l’AFP Ayman Mehdi, qui habite à quelques dizaines de mètres du lieu du drame.

« Il y avait un wagon fortement endommagé, il y avait à l’intérieur des cadavres et des restes humains », a ajouté ce chauffeur de camion de 35 ans.

Selon un secouriste, qui a requis l’anonymat, en plus des corps retirés des wagons, « il y avait beaucoup de restes humains qui ont été entassés dans une grande valise pour les besoins d’identification ».

Il a fallu deux grues pour soulever quatre wagons qui bloquaient la voie ferrée. Un train a traversé dans la journée la voie, mais il a dû ralentir en raison d’un rail légèrement courbé.

Le ministre des Transports Hicham Arafat, cité par une télévision égyptienne, a affirmé que les conducteurs des deux trains accidentés avaient été appréhendés pour interrogatoire alors que deux responsables et deux employés de l’Autorité des chemins de fer avaient été suspendus jusqu’à la fin des investigations.

Sur les lieux de l’accident, il a ensuite affirmé ignorer pourquoi le train s’était arrêté mais suggéré que c’était peut-être en raison « de feux de signalisation vétustes ». « C’est un gros problème et nous cherchons à les moderniser ».

– Plusieurs arrêts –

Un passager, blessé, du train qui s’est arrêté, a affirmé que celui-ci avait quitté la gare en retard. « Nous ne savons pas pourquoi il s’est arrêté », a-t-il dit à un média égyptien en soulignant qu’il avait stoppé auparavant plusieurs fois pendant le trajet.

Sous l’effet de la collision, « les gens ont été projetés et il y avait des cadavres », a-t-il ajouté.

Le président Abdel Fattah al-Sissi avait dès vendredi ordonné l’ouverture d’une enquête afin que les responsables de l’accident « rendent des comptes ».

L’Egypte connaît régulièrement de graves accidents routiers ou ferroviaires dus à une circulation anarchique, des véhicules vétustes, des routes et des voies ferrées mal entretenues et peu surveillées.

Les Egyptiens reprochent depuis longtemps au gouvernement de ne pas avoir réussi à réduire les accidents de transports.

L’accident ferroviaire de vendredi est le plus meurtrier depuis la collision en 2012 entre un bus scolaire et un train à un passage à niveau dans la province d’Assiout (centre) qui avait fait 47 morts.

En novembre 2013, une collision entre un train et un bus au sud du Caire avait fait 27 morts.

La tragédie ferroviaire la plus meurtrière dans l’histoire de l’Egypte s’est produite en 2002, quand un incendie survenu dans un train a fait 373 morts à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire.

Romandie.com avec(©AFP / 12 août 2017 15h47)                

300 migrants jetés à la mer en 24h près du Yémen, des dizaines de morts

août 10, 2017

Quelque 300 Africains ont été intentionnellement jetés à la mer en 24 heures par des passeurs au large du Yémen, dont des dizaines sont morts ou portés disparus / © AFP/Archives / ANDREAS SOLARO

Quelque 300 Africains ont été intentionnellement jetés à la mer en 24 heures par des passeurs au large du Yémen, dont des dizaines sont morts ou portés disparus, illustrant le traitement inhumain dont sont victimes des migrants à la recherche d’une vie meilleure.

Jeudi, au moins six migrants sont morts et 13 portés disparus au large de la province de Chabwa dans le sud du Yémen, le deuxième drame du genre depuis mercredi, a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Yémen.

Selon l’OIM, au total 180 personnes en provenance d’Ethiopie ont été jetées à la mer jeudi par des passeurs. Les migrants étaient en majorité des adolescents et de jeunes adultes.

« Nous avons envoyé nos équipes dans la zone. Vingt-cinq passagers (blessés) du bateau sont actuellement soignés sur la côte du Yémen », a déclaré la porte-parole de l’OIM.

La veille, 120 migrants en provenance d’Ethiopie et de Somalie ont été jetés à la mer délibérément à l’approche également de la côte de Chabwa, a rappelé l’OIM, en estimant à environ 50 le nombre de victimes dont 29 corps ont été découverts dans des tombes creusées à la hâte sur la plage.

L’organisation a dit travailler étroitement avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour donner une sépulture aux morts et soigner les survivants.

Les migrants en provenance de la Corne de l’Afrique continuent d’affluer au Yémen, qui est pourtant un pays pauvre déchiré par la guerre, avec l’espoir d’atteindre les pays du Golfe plus riches, selon l’OIM.

– ‘Choquant et inhumain’ –

« Les survivants ont dit à nos collègues sur la plage que les passeurs leur avaient demandé de se jeter à la mer après avoir vu ce qui semblait être des représentants des autorités », a indiqué Laurent de Boeck, chef de mission de l’OIM, en parlant de l’incident de jeudi.

« Ils nous ont également raconté que les passeurs avaient repris la route de la Somalie pour continuer le même trafic et emmener plus de migrants au Yémen », a-t-il ajouté.

« C’est choquant et inhumain. La souffrance des migrants sur cette route est immense. Beaucoup de jeunes gens paient les passeurs avec l’espoir d’avoir une vie meilleure », a encore dit le responsable, en estimant à 16 ans la moyenne d’âge des migrants.

Le trafic d’être humains entre la Somalie, où l’autorité de l’Etat est quasi-nulle, et le Yémen, qui connaît le même phénomène, n’a jamais cessé.

L’OIM estime à 55.000 le nombre de migrants -dont un tiers de femmes- arrivés au Yémen en provenance de la Corne de l’Afrique depuis le début de l’année.

Plus de 30.000 de ces nouveaux migrants ont moins de 18 ans.

– Victimes directes du conflit –

L’OIM s’est étonnée du fait que le trafic d’être humains se poursuivait alors que la saison connaît des vents violents dans l’océan Indien.

Déchiré depuis trois ans par une guerre opposant des rebelles accusés de liens avec l’Iran à des forces gouvernementales soutenues par l’Arabie saoudite, le Yémen, pays sans ressources, compte de nombreux camps où s’entassent des milliers de migrants africains.

La guerre a fait près de 8.400 morts et quelque 48.000 blessés depuis l’intervention en mars 2015 d’une coalition arabe menée par l’Arabie saoudite, en soutien aux forces gouvernementales, selon les derniers chiffres de l’Organisation mondiale de la santé.

L’ONU estime que le Yémen –où une épidémie de choléra a déjà fait plus de 1.900 morts– est le théâtre de « la plus grave crise humanitaire dans le monde ».

Certains des migrants africains ont été même des victimes directes du conflit.

En mars dernier, un hélicoptère a tiré sur un bateau de Somaliens au large du Yémen, faisant 42 morts et selon un rapport confidentiel des Nations unies, l’appareil appartenait à la coalition sous commandement saoudien.

L’embarcation transportait 140 personnes, avait précisé l’ONU en dénonçant une violation du droit humanitaire international.

Romandie.com avec(©AFP / 10 août 2017 20h08)