Archive for the ‘Transport’ Category

Méditerranée: treize morts sur une embarcation transportant 167 migrants

juillet 25, 2017

Rome – Treize personnes ont été retrouvées mortes sur une embarcation transportant 167 migrants, à la dérive à proximité des côtes libyennes, a annoncé mardi sur Twitter l’ONG espagnole Proactiva Open Arms.

« Nous avons croisé un canot pneumatique qui était à la dérive, ils étaient 167 à bord, onze étaient morts, plusieurs femmes enceintes et des mères parmi eux », avait d’abord indiqué l’organisation, avant de corriger son bilan à 13 morts. Les gardes-côtes italiens, interrogés par l’AFP, avaient dans un premier temps confirmé un bilan de 11 morts, sur la base des premières déclarations de l’ONG.

Dans la même zone, « par une mer agitée », le navire de l’organisation internationale Save The Children a procédé au sauvetage de quelque 70 migrants qui tentaient eux aussi la traversée sur une petite barque, ont par ailleurs indiqué les gardes côtes italiens.

Ce nouveau drame survient alors que le ministre italien de l’Intérieur Marco Minniti devait recevoir mardi les ONG afin de discuter du nouveau code de conduite que l’Italie souhaite leur faire appliquer.

Accepté par Bruxelles, ce code prévoit une dizaine de mesures, dont l’interdiction pour les navires humanitaires d’entrer dans les eaux territoriales libyennes ou encore l’obligation d’accueillir à bord des représentants de la police judiciaire spécialisés dans le trafic d’êtres humains.

Les ONG sont divisées sur ce code de conduite, certaines étant disposées à traiter avec le gouvernement tandis que d’autres refusent tout type de limitation.

Le ministre a toutefois été clair sur le fait qu’il n’autoriserait pas l’accès aux ports italiens aux organisations qui ne signeraient pas le document.

Même si elle ne cesse de réaffirmer qu’elle continuera à faire « son devoir » en matière d’accueil envers les migrants, l’Italie s’est faite plus pressante depuis quelques mois envers ses partenaires européens afin qu’ils fassent preuve de plus de solidarité.

Le pays se plaint régulièrement d’être insuffisamment soutenu par l’UE face à un afflux de migrants sans précédent, et ce alors qu’il est en première ligne.

L’Italie a également demandé que soient apportées des modifications techniques à la mission européenne Sophia, qu’elle dirige. Décidée en mai 2015, Sophia a pour objectif de lutter contre le trafic de migrants en Méditerranée et doit être reconduite à partir du 28 juillet.

Selon les derniers chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 111.514 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer depuis le premier janvier, dont près de 93.500 en Italie. Plus de 2.360 sont morts en tentant la traversée.

Romandie.com avec(©AFP / 25 juillet 2017 17h41)                   

Coups de semonce d’un navire américain contre un visseau iranien

juillet 25, 2017

Photographie d’archive montrant un patrouilleur de la marine américaine, dans le Golfe persique, le 14 janvier 2015 / © Navy Media Content Services/AFP/Archives / MC2 Anthony R. MARTINEZ

Un patrouilleur de la marine américaine a tiré mardi des coups de semonce contre un vaisseau iranien du corps des Gardiens de la révolution islamique, après que ce dernier s’est approché à moins de 140 mètres, a indiqué un responsable américain de la Défense.

« Le bateau de la marine iranienne s’approchait à grande vitesse. Il ne répondait pas aux signaux ou aux appels, le patrouilleur n’a pas eu d’autre choix que de tirer des coups de semonce », a précisé à l’AFP ce responsable, sous couvert d’anonymat.

Romandie.com avec(©AFP / 25 juillet 2017 16h13)                

États-Unis/Texas: huit morts et 28 blessés dans une remorque de camion

juillet 23, 2017

Les blessés ont été hospitalisés, ont précisé le chef de la police locale, William McManus, et les pompiers / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / Steve Pope

Huit morts et 28 blessés, apparemment des immigrants clandestins, ont été trouvés dimanche dans une remorque de camion garée sur un parking de San Antonio, ville proche de la frontière mexicaine au Texas, ont annoncé les autorités.

Les blessés, dont 20 grièvement, ont été hospitalisés, ont précisé le chef de la police locale, William McManus, et les pompiers.

« Cela semble bien être un trafic d’êtres humains », a déclaré le chef de la police, parlant d’une scène « d’horreur » trouvée dans le camion. Il a précisé que les vidéos de sécurité du parking montraient que des véhicules étaient auparavant venus chercher certaines personnes cachées dans la remorque et qui étaient vivantes.

Il était impossible de dire dans un premier temps combien de personnes avaient été transportées dans la remorque. Parmi le groupe figuraient aussi des enfants.

« Nous avons été appelés par un employé du magasin Walmart à propos de ce camion qui était garé sur leur parking. Il nous a dit que quelqu’un du camion lui avait demandé de l’eau. Il a apporté l’eau puis a appelé la police. Nous sommes arrivés, et nous avons trouvé huit morts dans le fond de la remorque », a raconté M. McManus lors d’une conférence de presse.

Il a également annoncé que le chauffeur du camion avait été arrêté.

Le chef des pompiers, Charles Hood, a précisé de son côté que l’air conditionné dans la remorque n’était pas en marche. « Nous avons commencé à sortir les blessés (…) Vingt d’entre eux étaient grièvement ou très grièvement atteints », a-t-il dit.

San Antonio est à quelques heures de route de la frontière avec le Mexique. Le temps ces jours-ci dans la région était très chaud et sec. Les autorités de l’immigration ont été informées de l’affaire, a précisé le chef de la police.

Romandie.com avec(©AFP / 23 juillet 2017 12h05)                

États-Unis: New York-Washigton en 29 minutes en train? Elon Musk dit avoir l’accord gouvernemental

juillet 20, 2017

L’entrepreneur Elon Musk, patron de SpaceX et Tesla, le 19 juillet 2017 à Washington / © AFP / Brendan Smialowski

L’entrepreneur Elon Musk a annoncé jeudi que le projet de train à très grande vitesse qui relierait New York à Washington en 29 minutes seulement a reçu l’accord verbal du gouvernement, se disant « optimiste » quant à un accord formel qui pourrait intervenir « rapidement ».

L’homme d’affaires, fondateur du groupe automobile Tesla et de la société aéronautique SpaceX, a indiqué, dans un tweet, que l’accord avait été donné à la Boring Company, entreprise spécialisée dans le creusement de tunnel, qu’il a également créée.

« Viens de recevoir l’assentiment verbal du gouvernement pour la Boring Company afin de construire un Hyperloop souterrain NY-Phil-Balt-DC. NY-DC en 29 minutes », a tweeté le milliardaire sur son compte Twitter, utilisant les abréviations pour New York, Philadelphie, Baltimore et Washington, la capitale fédérale.

Environ 500 kilomètres séparent New York de Washington.

Sollicité, le ministère américain des Transports a renvoyé vers un porte-parole de la Maison Blanche, qui n’a pas confirmé cet accord.

« Nous avons eu des discussions prometteuses jusqu’ici », a indiqué le porte-parole, « et sommes résolus à mener des projets d’infrastructures transformants et nous croyons que les meilleures solutions sont souvent venues de l’ingéniosité et de l’énergie du secteur privé. »

Contactée par l’AFP, la société The Boring Company n’a pas immédiatement donné suite.

Elon Musk n’est directement impliqué que dans la réalisation des tunnels, par le biais de sa société The Boring Company.

Les trains, eux, sont développés par d’autres sociétés, sans lien capitalistique avec lui.

Dans ses tweets, jeudi, Elon Musk n’a pas expliqué quel était le partenaire du projet de train entre New York et Washington.

Plusieurs sociétés se sont positionnées sur ce marché. En avril, The Northeast Maglev, une société américaine, a présenté un projet similaire à celui évoqué jeudi par Elon Musk.

Elle collabore avec la compagnie ferroviaire japonaise JR Central, qui a développé la technologie dite « Scmaglev », pour Superconducting Magnetic Levitation, et teste actuellement un nouveau train à sustentation électromagnétique devant relier Tokyo à Osaka à une vitesse de 500 km/heure.

Contacté par l’AFP, The Northeast Maglev n’a pas immédiatement donné suite.

Cette société n’utilise pas le nom d’Hyperloop, à la différence d’Hyperloop One et Hyperloop Transportation Technologies (HTT), qui développent également leurs propres projet de train à sustentation magnétique.

Dans d’autres tweets postés jeudi, Elon Musk évoque la création d’une liaison à très grande vitesse entre Los Angeles et San Francisco ainsi que d’une ligne reliant plusieurs villes du Texas.

Il cite aussi le tunnel actuellement en construction pour désengorger Los Angeles.

Romandie.com avec(©AFP / 20 juillet 2017 23h57)

RDC: 27 morts et 54 disparus dans un naufrage sur la rivière Kasaï

juillet 16, 2017

Naufrage en RDC / © AFP / Vincent LEFAI

27 personnes sont mortes et 54 sont portées disparues dans le naufrage d’une embarcation sur la rivière Kasaï, dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo, et la majorité des victimes sont des élèves qui partaient en vacances, a annoncé dimanche un responsable local.

« Après des vérifications rigoureuses, nous affirmons à ce stade qu’il y a eu 27 morts et 54 disparus dans le naufrage de la baleinière (pirogue motorisée) qui a chaviré dans la nuit de jeudi à vendredi sur la rivière Kasaï » au niveau d’Idiofa, a déclaré à l’AFP l’administrateur du territoire d’Idiofa, Jacques Mbila.

« La surcharge et l’état d’ivresse des conducteurs sont la principales causes de ce naufrage », a ajouté M. Mbila. « Les victimes sont, en majorité, des élèves qui se rendaient en vacances ».

« J’ai pu identifier deux religieuses parmi les 27 corps qui ont été enterrés samedi à Idiofa », a déclaré Nelly Mafuta, journaliste d’une radio locale qui a couvert cet accident.

Le curé de la cathédrale d’Idiofa a déclaré pour sa part « avoir célébré une messe en mémoire de 27 personnes tuées dans ce naufrage ».

Jeudi matin, l’embarcation avait quitté Dibaya, dans la province agitée du Kasaï-central, avec pour destination finale Ilebo, dans l’autre province agitée du centre de la RDC, le Kasaï. C’est au détour de la rivière Kasaï vers le territoire d’Idiofa, dans la province d’Inongo, plus à l’ouest, que l’accident a eu lieu.

Le transport fluvial est l’un des plus usités en RDC, qui dispose de nombreux cours d’eau – le plus important étant le Congo long de 4.700 km, suivi de son affluent, la rivière Kasaï, longue de 2.361 km – et lacs.

La rivière Kasaï traverse les provinces du Kasaï-central, Inongo et Kasaï.

Les naufrages sont fréquents sur les cours d’eau de la RDC, le plus souvent en raison de la surcharge des embarcations.

Les causes des accidents proviennent aussi du mauvais balisage des voies navigables, de l’absence de signalisation des bateaux et de l’inexpérience des pilotes.

La plupart des embarcations ne respectent aucune condition de sécurité (gilets, bouées de sauvetages, signalisations lumineuses).

Romandie.com avec(©AFP / 16 juillet 2017 16h38)                

Centrafrique: 77 morts dans un accident de la route

juillet 5, 2017

Bangui – Au moins 77 personnes ont trouvé la mort dans l’accident d’un camion de marchandises qui transportait aussi des passagers, mardi, sur une route du centre de la Centrafrique, entre les agglomérations de Bambari et Ippy, a-t-on appris mercredi de sources hospitalière et sécuritaire.

« Cinquante-neuf corps ont été déposés à la morgue de l’hôpital préfectoral de Bambari et 18 [récupérés] par les proches pour inhumation », a déclaré à l’AFP Michel Zahandji, membre du personnel de l’hôpital de Bambari.

Une soixantaine de blessés ont été admis dans le même hôpital, selon Médecins sans frontières (MSF), ONG présente sur place.

« Il s’agit d’un véhicule de 10 roues, transportant des tonnes de marchandises et des personnes en partance pour le marché hebdomadaire de Maloum, qui est tombé à la renverse avec toute sa cargaison », a expliqué Abel Matchipata, maire de Bambari.

« On a dénombré en tout 77 morts, pour la plupart des hommes. Mais il y a de nombreux blessés dont certains sont dans un état grave », a confirmé un gendarme de Bambari, qui a ajouté qu’une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’accident.

L’accident pourrait être lié « à des défaillances techniques et à la surcharge », a-t-il estimé.

« Ce n’est pas la première fois qu’un tel accident survient [dans cette zone]. Il y a des éléments de la gendarmerie, des forces onusiennes [sur place], mais on laisse passer des véhicules sur lesquels des personnes sont perchées comme des oiseaux », s’est insurgé auprès de l’AFP Hubert Tchénebou, habitant de Bambari joint par téléphone depuis Bangui.

Faute de moyens de transport suffisants en Centrafrique, de nombreux voyageurs s’entassent régulièrement dans des camions surchargés et souvent en très mauvais état.

Romandie.com avec(©AFP / 05 juillet 2017 19h19)                   

Rare collision entre un tanker et un cargo dans le détroit du Pas-de-Calais

juillet 1, 2017

Lille – Un tanker transportant près de 40.000 tonnes d’essence est entré en collision avec un cargo dans la nuit de vendredi à samedi dans le détroit très fréquenté du Pas-de-Calais, mais cet accident rare ne devrait pas occasionner de pollution, selon les autorités.

« Situation maîtrisée, coque intègre, pas de risque de pollution ni danger pour la navigation », a écrit sur Twitter la préfecture maritime de la mer du Nord et de la Manche vers 11H00 à propos du navire-pétrolier.

Le tanker « Seafrontier » et le cargo « Huayan Endeavour », qui battent tous deux pavillon de Hong Kong, se sont heurtés vers 03H00 samedi, sans faire de blessé, d’après un communiqué de la préfecture.

Les photos fournies par la préfecture maritime montrent d’impressionnants dégâts, notamment sur le flanc gauche du « Seafrontier », navire de 138 m de long qui transporte 38.000 tonnes d’essence avec 27 membres d’équipage.

« Les experts de l’Équipe d’évaluation et d’intervention (EEI), projetés ce matin sur le tanker Seafrontier, ont confirmé l’intégrité de la coque du navire et sa capacité à naviguer », a indiqué la préfecture dans un communiqué diffusé en début d’après-midi.

Le « Seafrontier », qui devait à l’origine se rendre à Puerto Barrios, au Guatemala, a finalement pris la route d’Anvers, en Belgique, pour des réparations, selon la même source.

– « Plus de peur que de mal » –

Quant au « Huayang Endeavour », qui n’avait pas de cargaison et comptait 22 membres à bord, « n’ayant que des dégâts légers, il a également quitté la zone et fait route vers Dunkerque », d’après la préfecture. Selon un communiqué de la Maritime and Coastguard agency britannique, le « Huayan Endeavour » avait pour destination initiale Lagos, au Nigeria. Les membres d’équipage des deux bateaux sont chinois et indiens, d’après la même source.

Au moment de la collision, les navires se situaient à environ 18 milles marins (environ 33 km) de Dunkerque, en zone britannique.

« Plus de peur que de mal », a déclaré à l’AFP en fin de matinée la préfecture maritime. « La coque a gardé son intégralité, on ne connaît pas les circonstances de l’accident, les conditions météorologiques n’étaient pourtant pas défavorables. Mais la zone où a eu lieu la collision est relativement étroite, avec beaucoup de passage », a-t-elle dit.

Dans la matinée, le MRCC de Douvres (secours britanniques), qui coordonne cette opération, avait engagé « deux vedettes de la Royal National Lifeboat Institution (RNLI) et deux hélicoptères du Maritime Crossguard Agency (MCA), afin d’établir un premier bilan », a précisé la préfecture.

Selon le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS), le détroit du Pas-de-Calais constitue « la voie maritime la plus fréquentée au monde, quotidiennement empruntée par plus de 400 navires commerciaux, soit un quart du trafic mondial, auxquels s’ajoutent des navires de pêche et de plaisance ». De nombreux navires empruntent ce détroit pour rejoindre Rotterdam, un des principaux ports de commerce au monde.

En outre, la navigation maritime peut s’y révéler dangereuse en raison de son « caractère étroit, des bancs de sable changeants, d’une visibilité souvent réduite par la brume et de très forts courants de marées », note le Cross.

Romandie.com avec(©AFP / 01 juillet 2017 14h40)                   

En plein procès des « biens mal acquis », un avion équato-guinéen cloué au sol à Genève

juin 22, 2017
Teodoro Obiang Nguema Mbasogo à Abuja, au Nigeria, le 29 mai 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Pour la deuxième fois en huit mois, un avion immatriculé en Guinée équatoriale est cloué au sol du fait d’un litige entre l’opérateur de téléphonie Orange et l’État équato-guinéen.

On pensait le litige entre l’opérateur Orange et la Guinée équatoriale clos. Il n’en est rien : mercredi, l’opérateur a fait immobiliser à l’aéroport de Genève-Cointrin un Boeing 737 immatriculé en Guinée équatoriale, obligeant la première dame équato-guinéenne, Constancia Mangue Nsue Oko, et des membres du gouvernement qui devaient l’emprunter, a un départ précipité à bord d’un second appareil, lui aussi présent à Genève. Le groupe continue de réclamer le paiement de l’amende, partiellement honorée, à laquelle l’État équato-guinéen avait été condamné en 2014.

Celle-ci s’élevait à 132 millions d’euros, par décision de la Chambre de commerce internationale de Paris, pour régler un contentieux datant de 2011. La somme correspond au rachat par l’État équato-guinéen des 40% de l’opérateur semi-public Getesa dont le français souhaitait se séparer — sans parvenir à exercer le droit de sortie dont il disposait.

Une amende − relevée à 150 millions d’euros avec les intérêts − que Malabo avait finalement choisi d’honorer en octobre 2016, sous la pression d’Orange. L’opérateur avait alors eu recours à une première immobilisation d’avion. Le 1er octobre, apprenant qu’un avion de la compagnie nationale Ceiba international devait se poser à Lyon, l’opérateur avait obtenu la saisie du Boeing par la justice française, provoquant un mini-incident diplomatique puisqu’il transportait le chef de l’État lui-même.

Malabo a changé d’avis

Alors pourquoi cette nouvelle immobilisation à Genève ? Selon les informations de Jeune Afrique, Malabo a payé une partie de sa créance à Orange (environ 40 millions d’euros) mais sa position a changé. Les résultats d’un audit tiers mandaté par Malabo auraient démontré que les opérations d’Orange ont été défavorables à la Guinée équatoriale, de quoi convaincre les autorités du pays de ne plus honorer l’accord passé avec Orange.

Dans un courrier daté de décembre – que la Tribune de Genève a pu consulter – Orange regrette que malgré un paiement symbolique suite à la saisie de l’avion à Lyon, Malabo n’ait rien déboursé par la suite. Le groupe insiste pour que l’État s’acquitte de deux factures, de 45 millions d’euros chacune.

Jeuneafrique.com par

Ethiopian Airlines commande 10 A350-900 pour 3,11 mds USD (Airbus)

juin 20, 2017

Le Bourget (France) – La compagnie Ethiopian Airlines a commandé 10 gros porteurs A350-900 pour un prix catalogue de 3,11 milliards de dollars, a annoncé mardi Airbus au salon de l’aéronautique du Bourget, près de Paris.

La compagnie, qui a été la première sur le continent africain à mettre en service l’A350 en juin 2016, a déjà commandé 12 exemplaires de cet appareil conçu pour les vols long-courriers et en exploite quatre actuellement, selon le constructeur européen.

Cette commande fait partie de la « stratégie de développement de la compagnie à un horizon de 15 ans », a expliqué le PDG d’Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam.

Il a précisé qu’il comptait déployer l’A350 sur des liaisons long-courriers « d’Addis Abeba vers l’Afrique, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie » et notamment vers la Chine « un marché très important pour nous ».

Airbus a enregistré 851 commandes fermes pour ce gros porteur de la part de 45 clients dans le monde entier.

(©AFP / 20 juin 2017 15h48)                                            

Au Japon, les mini-croisières en train de luxe font recette

juin 17, 2017

Le train de luxe « Twilight Express Mizukaze » à Osaka le 23 février 2017 / © JIJI PRESS/AFP/Archives / STR

Son nom: « Twilight Express Mizukaze ». Le nec plus ultra des luxueux trains qui sillonnent le Japon est entré en service samedi avec quelques voyageurs privilégiés, prêts à débourser des milliers d’euros pour une escapade ferroviaire.

Exploité par la compagnie JR West, il est parti d’Osaka avec une trentaine de passagers, tirés au sort tant la demande était forte, en route vers le sud et ses paysages bucoliques. Pour les couples les plus fortunés, une suite propose le confort d’un hôtel cinq étoiles, avec lits douillets et salle de bains en marbre. Prix du séjour: 2,4 millions de yens (près de 20.000 euros) pour un aller-retour sur trois jours.

Le « Mizukaze », qui signifie « vent frais » en japonais, arbore un style opulent Art Déco et une silhouette désuette en hommage à son ancêtre, le « Twilight Express », mis au rebut en 2015 du fait de son grand âge.

Mariée la veille, Ayaka Kobayashi, 39 ans, s’est offert ce plaisir avec son mari pour leur lune de miel. « Je suis absolument ravie de voyager dans ce train historique, je veux savourer ce moment spécial dans un endroit unique », a-t-elle confié à l’agence de presse Jiji avant le départ, sous le regard d’admirateurs, petits et grands, dépités de rester à quai.

Les Japonais vouent une passion au rail, dans un pays offrant un réseau extrêmement dense, efficace et varié. Les trains-couchettes étaient jadis nombreux dans l’archipel, mais ils ont quasiment disparu avec l’arrivée du TGV japonais, le « Shinkansen », pionnier mondial du transport ferroviaire ultra-rapide né il y a un demi siècle.

– ‘Une fois dans ma vie’ –

« Tout a été repensé ex nihilo, ce qui a donné naissance à une nouvelle génération » de trains, explique le photojournaliste Kageri Kurihara, spécialiste du sujet.

« Les compagnies essayent de montrer ce dont elles sont capables quand elles n’ont pas de contraintes. +Regardez ce que nous pouvons offrir!+, clament-elles, loin de l’image des wagons-lits exigus et si inconfortables ».

Début mai, un autre train au nom tout aussi poétique, le « Shiki-Shima » ou « Ile des quatre saisons », quittait Tokyo pour une grande boucle passant par l’île septentrionale de Hokkaido. Dîner préparé par de grands chefs, cocktail à siroter dans un piano-bar baigné par la chaude lumière d’une (fausse) cheminée: l’expérience se veut inoubliable, et malgré la coquette somme (950.000 yens par personne pour un duplex), les clients sont au rendez-vous: réservations complètes jusqu’à mars 2018!

La facture a certes été élevée pour la société JR East qui l’exploite (10 milliards de yens) mais, si les profits sont limités en raison du faible nombre de passagers, l’enjeu en terme d’image vaut le pari.

Avant eux, Kyushu Railway s’était aussi lancé sur le créneau haut de gamme, proposant depuis 2013 sur l’île méridionale et rurale de Kyushu le « Nanatsuboshi » (sept étoiles), un train à sept voitures et 14 suites en lambris.

« Cette tendance survient au moment où de plus en plus touristes visitent le Japon », qui espère en accueillir 40 millions en 2020, année des jeux Olympiques de Tokyo, souligne M. Kurihara.

Et si l’économie nippone n’est pas aussi florissante qu’il y a quelques années, de nombreux Japonais sont prêts à s’offrir une escapade à bord d’une des versions locales du mythique Orient Express.

« Si je mettais de l’argent de côté, j’adorerais voyager à bord au moins une fois dans ma vie », se prend à rêver le journaliste.

Romandie.com avec(©AFP / 17 juin 2017 13h22)