Archive for the ‘Transport’ Category

Onze morts dans l’accident d’un avion en Tanzanie (compagnie d’aviation)

novembre 15, 2017

Nairobi – Onze personnes ont été tuées mercredi en Tanzanie dans l’accident d’un avion d’une compagnie spécialisée dans les safaris, a annoncé celle-ci, Coastal Aviation.

« Nous sommes profondément attristés d’annoncer que onze personnes sont mortes dans un accident d’avion ce matin dans le nord de la Tanzanie », a déclaré la compagnie sur son site internet.

Coastal Aviation, qui effectue des vols pour des safaris en Afrique de l’Est, a précisé que l’avion de type Cessna Caravan, transportait dix passagers et le pilote.

Il s’est écrasé à proximité du cratère du volcan Empakaai, dans le nord de la Tanzanie, à 08H00 GMT, mais n’a été retrouvé que plusieurs heures après, en raison de la difficulté d’accéder au site, très isolé.

L’identité des victimes ne sera rendue publique qu’une fois leurs familles informées, a souligné la compagnie.

Un responsable du parc national voisin du Serengeti a raconté à l’AFP que tous les corps avaient été récupérés, à l’exception de celui du pilote. « Il y a quelques étrangers parmi les morts et aussi des Tanzaniens travaillant dans le tourisme », a-t-il ajouté.

« J’ai la plus grande confiance dans nos équipages et nos avions », a affirmé le directeur de Coastal, Julian Edmunds, qui s’est dit « effondré » par cet accident. Il promet que son entreprise « fera tous ce qu’elle peut pour aider à l’enquête en cours » afin de déterminer les causes de l’accident.

Romandie.com avec(©AFP / 15 novembre 2017 20h53)                                            

Publicités

RDC: journée anti-Kabila contenue d’une main ferme, nouvel appel de l’ONU

novembre 15, 2017

Kinshasa – La mobilisation contre le président Joseph Kabila a été fermement contenue mercredi en République démocratique du Congo, à la grande satisfaction des autorités, de nouveau interpellées par les Nations unies sur le respect de la liberté d’expression.

Aucun incident majeur n’a marqué cette journée de mobilisation contre le calendrier électoral qui fixe les prochaines élections au 23 décembre 2018. Les organisateurs -opposition et mouvements citoyens- exigent le départ du président Joseph Kabila dès la fin de cette année.

Un « délinquant » a été blessé par balles à Kinshasa et dix-neuf manifestants ont été arrêtés à Goma (6), Lubumbashi (7) et Matadi (6), a affirmé la Police nationale dans un communiqué.

Le communiqué mentionne des incidents isolés (pneus brûlés, bus incendié…) dans plusieurs villes et salue « la maturité » des Congolais « qui n’ont pas répondu à cet appel à manifester visant la déstabilisation des institutions »

La majorité présidentielle qui soutient M. Kabila a aussi salué « la grande maturité du peuple congolais » face à la « mauvaise foi et la supercherie de ces démocrates de façade ».

Une quarantaine de manifestants ont été arrêtés dans l’est du pays, avait pour sa part indiqué le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), à l’origine de cette journée soutenue par le Rassemblement de l’opposition.

Les forces de sécurité avaient prévenu qu’elles se montreraient inflexibles. « Tout attroupement de plus de cinq personnes sera dispersé », a averti le chef de la police de Kinshasa Sylvano Kasongo. « Sans pitié », aurait-il ajouté d’après plusieurs médias.

« Les commentaires incendiaires des autorités de police avant les manifestations d’aujourd’hui sont extrêmement alarmants », a réagi le Haut commissaire aux droits de l’homme des Nations unies, Zeid Ra’ad Al Hussein. « J’appelle le gouvernement et les forces de sécurité à oeuvrer pour désamorcer les tensions au lieu de créer les conditions favorisant la répression, la confrontation et la violence ».

Le Haut commissaire a appelé Kinshasa au « respect des droits à la liberté de réunion pacifique, d’association et d’expression », tout comme la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) la veille.

Sur le terrain, l’appel s’est traduit dans la capitale Kinshasa non par des manifestations, mais par une activité moins dense que d’habitude.

La circulation était dans l’après-midi plus fluide qu’un jour de semaine ordinaire sur les grands boulevards 30-Juin et Lumumba, alors que la vie paraissait normale dans les quartiers. La présence des forces de sécurité était discrète.

Dans la capitale économique Lubumbashi (sud-est), la police a enregistré quelques incidents (barricades et pneus brûlés, bus incendié…). « Mon magasin est fermé, pas pour suivre le mot d’ordre des politiciens mais j’ai peur des pillages », a déclaré à l’AFP un commerçant.

Au pouvoir depuis 2001, élu deux fois en 2006 et 2011, M. Kabila ne peut plus se présenter et son mandat a pris fin le 20 décembre 2016 selon l’actuelle Constitution.

Un accord pouvoir-opposition du 31 décembre 2016 prévoyait déjà l’organisation de la présidentielle au plus tard en décembre 2017.

Cet accord étant resté lettre morte, l’opposition rejette désormais le calendrier électoral présenté le 5 novembre et demande une « transition sans Kabila » dès le 1er janvier et des élections avant le 23 décembre 2018.

Les opposants évoquaient une nouvelle journée de mobilisation le 28 novembre avant celle de mercredi.

Des manifestations pour demander des élections et le départ du président Kabila avaient fait des dizaines de morts à Kinshasa en septembre et décembre 2016.

Romandie.com avec(©AFP / 15 novembre 2017 18h00)                                            

Accident de train en RDC: de huit à 33 morts (responsable régional, média)

novembre 12, 2017

Lubumbashi (RD Congo) – Un accident de train de marchandises, transportant des matières inflammables, a tué huit à 33 passagers clandestins dimanche dans le sud-est de la République démocratique du Congo, selon une source officielle et la radio des Nations unies Okapi.

« Jusque là il y a huit morts et plusieurs blessés. Le bilan pourrait être beaucoup plus important », a déclaré à l’AFP Jean-Marie Tshizainga, ministre des Mines et de l’émergence de la classe moyenne de la province de Lualaba, dont le chef-lieu est Kolvezi.

Sur son site internet, Okapi parle de 33 tués, plusieurs blessés et brûlés dans l’accident de ce train qui allait de Lubumbashi à Luena dans la région minière du Katanga.

Les faits se sont produits à Buyofwe, une gare située à près de 30 km de Lubudi dans la province du Lualaba, subdivision de l’immense Katanga, région grande comme l’Espagne (497.000 km2).

Le convoi transportait 13 wagons dont des citernes d’essence. « Sur une pente, la locomotive s’est emballée avant de finir sa course dans un ravin. Dans ce choc, les citernes ont pris feu, surprenant certains passagers en plein sommeil », selon radio Okapi.

Les passagers se trouvaient à bord de ce train de marchandises après être montés illégalement pour se déplacer.

« C’est un train de marchandises qui a déraillé, qui n’est supposé transporter que des marchandises. S’il y a des individus (à bord) nous les considérons comme des clandestins », a déclaré à l’AFP un haut-responsable de la Société nationale de chemin de fer du Congo (SNCC), Sylvestre Ilunga Ilukamba.

Moteur économique de la RDC avec ses richesses minières à la frontière avec la Zambie, le Katanga a été le théâtre d’autres accidents du même type.

Le 22 avril 2014, un train de marchandises transportant plusieurs centaines de personnes avait également déraillé à hauteur de la localité de Katongola.

Le bilan officiel a fait longtemps état de 74 morts et 163 blessés, mais la Croix-Rouge congolaise affirme que 100 à 200 corps ont été inhumés sur place dans les jours qui ont suivi la catastrophe. L’agence congolaise de presse (gouvernementale) parlera un mois plus tard de 136 morts.

Le 2 juillet 1987 (la RDC s’appelait alors le Zaïre), à la frontière avec la Zambie, le déraillement d’un train à un passage à niveau a fait 150 morts. Un camion remorque, qui n’a pas pu s’arrêter au passage à niveau, avait heurté le train.

Romandie.com avec(©AFP / 12 novembre 2017 21h38)                   

Émirats commande 40 Boeing 787 Dreamliner pour 15,1 milliards USD(PDG)

novembre 12, 2017

Le souverain de Dubaï, Mohamed ben Rached al-Maktoum (G) visite le salon international Dubai Airshow le 12 novembre 2017. / © AFP / KARIM SAHIB

La compagnie aérienne Emirates de Dubaï a signé un accord portant sur l’achat de 40 Boeing 787-10 Dreamliner pour un prix catalogue de 15,1 milliards de dollars, a annoncé son PDG, Ahmed ben Saïd Al-Maktoum.

Emirates est déjà le plus gros client du Boeing 777. Il en a 165 exemplaires dans sa flotte et en a commandé fermement 164 autres.

Lors d’une conférence de presse, Cheikh Ahmed a précisé que cette annonce, faite au premier jour du salon aéronautique international Dubai Airshow 2017, porte à quelque 90 milliards de dollars le montant total des commandes auprès de Boeing, principal concurrent du constructeur européen Airbus.

La livraison des Dreamliner devrait commencer en 2022.

Emirates, la plus grande compagnie aérienne du Moyen-Orient, est également le premier client mondial de l’avion géant d’Airbus, l’A380. Sa flotte en compte 100 exemplaires et la compagnie de Dubaï en a commandé fermement 46 autres.

« Nous sommes parvenus à la conclusion que les Boeing 787-10 sont le meilleur choix pour nous », a dit Cheikh Ahmed, alors que des spéculations allaient bon train ces derniers jours sur une nouvelle commande d’A380 auprès d’Airbus.

Un accord Emirates-Airbus est toujours possible dans les prochains jours, a indiqué une source industrielle.

« Les commandes d’Emirates aujourd’hui (auprès de Boeing) seront livrées à partir de 2022, accompagnant la compagnie bien au-delà des années 2030. Certaines d’entre elles seront pour des remplacements (d’appareils) afin de maintenir une flotte jeune et efficace et d’autres alimenteront notre future croissance », a-t-il souligné.

« Nous voyons le 787 comme un grand complément à notre flotte de 777 et d’A380. Il nous fournit plus de flexibilité pour servir un éventail de destinations au moment où nous développons notre réseau mondial », a ajouté Cheikh Ahmed.

De son côté, Kevin McAllister, président de Boeing Commercial Airplanes, s’est réjoui du choix d’Emirates pour le 787-10 Dreamliner, qui « prolonge notre partenariat de longue date » avec la compagnie de Dubaï et qui permettra de « maintenir de nombreux emplois aux Etats-Unis ».

Plus tard, M. McAllister a signé un accord pour vendre à Azerbaijan Airlines cinq Boeing 787-8 pour environ un milliard de dollars (prix catalogue). Cette compagnie dispose déjà de deux avions 787-8.

Jeudi dernier, Emirates avait annoncé un bénéfice net plus que doublé au cours du semestre avril-septembre, attribuant cette forte progression à des mesures de réductions de coûts et à un taux de change favorable.

Emirates a dégagé un bénéfice net de 452 millions de dollars, en hausse de 111% par rapport à la même période en 2016. Un chiffre supérieur au bénéfice de 340 millions dégagé par la compagnie pour l’ensemble de l’année fiscale achevée au 31 mars 2017.

Romandie.com avec(©AFP / 12 novembre 2017 12h40)                

Italie 26 cadavres de Congolaises (RDC et Brazza) violés et assassinés retrouvés en mer

novembre 8, 2017

Les corps ont été retrouvés le dimanche passé dans la Méditerranée par le navire espagnole Cantabre de l’armée déployé dans le cadre de l’Opération Sofia pour lutter contre les réseaux de trafic des personnes. Vingt six filles du Congo d’entre quatorze et dix huit ans ont été retrouvées mortes. Une tragédie susceptible d’être encore majeure.

Les autorités italiennes travaillent selon l’idée qu’elles ont été victimes de viol, tortures et après assassinées durant la dangereuse traversée entre la Libye et l’Europe. Depuis le début de l’année, presque 3000 personnes sont mortes noyées sur le parcours de la Méditerranée centrale. Les réseaux mafieux qui introduisent les filles pour être exploitées sexuellement utilisent souvent des chemins plus sûrs, afin d’éviter « perdre leurs biens », selon l’information livrée par la préfecture de Police de Salerno Salvatore Malfi à la presse locale lors d’une conférence de presse.

Mais Malfi croit que ces morts peuvent avoir un lien avec la mafia spécialisée dans le proxénétisme. L’équipage du navire Cantabre qui transportait aussi à 402 personnes secourues en mer dont plus de cent filles, une dizaine enceinte les ont retrouvées flottant et les ont débarqué au port de Salerno. Des cadavres enfuis dans des sacs à plastiques noirs alignés sur le quai du port.

Des milliers de jeunes Congolais sans futur dans leur pays d’origine risquent chaque jour leur vie entre les côtes libyennes et italiennes à la recherche d’un avenir meilleur. Une catastrophe dont les autorités des deux Congo passent sous silence. Ces 26 filles Congolaises seront inhumées en Italie en attendant que leurs familles réclament un jour leurs corps.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Un prince saoudien tué dans le crash d’un hélicoptère près du Yémen

novembre 5, 2017

Ryad – Un prince saoudien a été tué dimanche dans le crash d’un hélicoptère dans le sud de l’Arabie saoudite, près de la frontière du Yémen, a indiqué la TV d’Etat Al-Ikhbariya.

« D’autres responsables » se trouvaient à bord de l’appareil, a ajouté la chaîne sur son compte Twitter sans évoquer leur sort. « Le prince Mansour ben Moqren, vice-gouverneur de la province d’Assir, est mort dans le crash ».

La chaîne n’a pas révélé les causes du crash ni l’identité des autres responsables. L’hélicoptère avait disparu au-dessus de la province d’Assir avant de s’écraser.

L’Arabie saoudite intervient militairement au Yémen, ravagé par la guerre, pour aider le pouvoir face aux rebelles Houthis qui contrôlent de vastes régions du pays dont la capitale Sanaa.

Samedi, l’Arabie saoudite a intercepté et détruit au nord-est de Ryad, près de l’aéroport international, un « missile balistique » qui provenait du Yémen, selon des responsables saoudiens.

Les rebelles yéménites Houthis, accusés d’être soutenus par l’Iran, ont revendiqué avoir tiré le missile d’une distance d’environ 750 kilomètres pour viser l’aéroport de Ryad.

Il s’agit de la première attaque au missile balistique si proche de la capitale saoudienne.

Romandie.com avec(©AFP / 05 novembre 2017 21h46)                                            

Le Silver Whisper à Trois-Rivières au Parc portuaire

octobre 22, 2017

Silver Sea 101©Photo Bernard NKOUNKOU

 

Majestueusement allongée sur le Saint-Laurent,

Au Parc portuaire de Trois-Rivières, la croisière,

Silver Sea pause et repose son bec de pélican

Avec ses rampes exhalant des vapeurs en crinière.

 

Sa beauté de femme immaculée, à la blancheur éclatante,

Domine les eaux fraîchement somnolentes et dormantes.

Elle reçoit sur sa peau de belle des mers la masse curieuse,

Aux regards caressant les parties de sa silhouette généreuse.

 

Silver Whisper avec ses passagers et son bon équipage

Continue de sceller, à chaque passage, son beau mariage

Avec la ville de Trois-Rivières qui lui rend grâce et gratitude

Pour revenir à chaque saison célébrer sa mansuétude.

 

Silver Sea, le Saint-Laurent vous accueille avec bonheur,

Car vous êtes la bienvenue dans la joie de ses heures

Faisant vibrer Laviolette du cœur des Trifluviens,

En ramenant en souvenir des créations de ses citadins.

 

Bernard NKOUNKOU

Croisière à Trois-Rivières au Québec

octobre 21, 2017

Population de Trois-Rivières, rendez-vous ce dimanche 22 octobre pour passer un bon moment au Parc portuaire situé au Centre-ville afin de nourrir ses yeux sur l’escale de cette belle croisière.

Ce navire de croisière fera escale à Trois-Rivières ce 22 octobre 2017 entre 13 h et 23 h.
Aménagé comme un grand complexe de loisirs tout en offrant le charme d’un superbe hôtel, le Silver Whisper est un élégant bateau blanc avec suites spacieuses équipées d’un mobilier moderne et d’un balcon. À bord, le raffinement et le service sont les mots d’ordre.
Les petites attentions font toute la différence : la proportion du personnel étant quasiment égale à celle des passagers, tout est mis en œuvre pour répondre le plus parfaitement possible à tous les souhaits qui leur sont exprimés. Le service d’excellence est la priorité.
Sur le Silver Whisper, la gastronomie revêt une importance particulière. L’excellence qui y est assurée est le fruit d’un partenariat avec les grands chefs rattachés à la prestigieuse association Relais et Châteaux.
Une croisière à bord de ce spacieux navire permet de multiplier les expériences combinant luxe et détente. Décidément, il a tout pour plaire.
Le Silver Whisper c’est : 
  • 382 passagers
  • 302 membres d’équipage
  • 7 ponts
  • 186 mètres (610 pieds) de long
  • 28 000 tonnes
  • Vitesse de croisière de 18,5 noeuds
  • Services à bord : cuisine signée par les plus grands chefs, bar à cigares créé par Davidoff
  • Équipements de sport : centre thermal, centre de conditionnement physique ultra moderne
  • Langue parlée : anglais

Avec Sdctr.qc.ca

Centre-ville , Trois-Rivières (Québec)

Tél: 819.375.1122

Côte d’Ivoire: un avion s’écrase au large d’Abidjan, bilan 4 morts

octobre 14, 2017
Les décombres d’un avion de transport s’étant écrasé en mer près de l’aéroport d’Abidjan, sur la plage de Port-Bouet, le 14 octobre 2017. © Issouf Sanogo/AFP

Un avion de transport affrété par l’armée française s’est abimé samedi en bord de mer près de l’aéroport d’Abidjan, tuant quatre Moldaves et blessant quatre Français et deux Moldaves à bord, selon un responsable des sapeurs pompiers ivoiriens.

« Dix personnes étaient à bord, des Moldaves et des Français. Les quatre victimes décédées sont de nationalité moldave », a déclaré à la télévision ivoirienne le colonel Issa Sakho, des sapeurs pompiers. Les blessés ont été acheminés dans le camp militaire français, situé en bout de piste de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.

http://www.wat.tv/embedframe/122223chuPP3r13481348

Parmi les quatre Français à bord, il y avait un civil et trois militaires, selon une source militaire française.

« L’avion était en provenance de Ouagadougou et a chuté dans l’eau », a précisé le colonel des pompiers. « Il nous reste à consolider la carcasse pour ne pas qu’elle dérive, pour que les enquêteurs fassent leur travail ».

Brisée en deux, l’épave de l’avion à hélices siglé d’un « V » bleu sur la queue était visible sur la plage, a rapporté une journaliste de l’AFP. Des centaines de badaud se sont rendus sur la plage.

« Il était aux environs de 06H00, 06H30 lorsque le collègue qui était sur le poste (de surveillance) m’a appelé pour dire qu’il y a un avion qui tombé dans l’eau. Donc rapidement j’ai essayé d’appeler les collègues de service et on s’est retrouvé sur le lieu », a déclaré James Mobioh Aka, un sauveteur de la commune de Port-Bouet, une des dix communes d’Abidjan où se trouve l’aéroport.

« Et lorsque nous sommes venus, on a aperçu l’avion. On a vu qu’il y avait des corps dans l’eau. On est entré (dans l’eau) », poursuit-il « Un jeune homme est entré (dans l’eau) et après il y a eu un second qui l’a suivi et ils sont allés repêcher trois (corps) ». Un autre corps a été récupéré à un autre endroit.

L’avion avait été affrété par l’armée française dans le cadre de l’opération Barkhane de lutte antiterroriste au Sahel, selon une source militaire française. La base militaire française à Abidjan est utilisée dans le cadre de cette opération. Des forces spéciales françaises sont stationnées à Ouagadougou.

Causes inconnues 

Dans le cadre de Barkhane, une centaine de rotations d’avions ont lieu chaque année sur l’aéroport d’Abidjan. Il est fréquent que ces avions, souvent des Antonov, soient pilotés par des équipages de l’ancienne Union soviétique.

Il est aussi fréquent que des militaires français et des employés français d’entreprises sous-traitantes s’occupant de la cargaison soient à bord, a expliqué une source militaire française.

Un fort orage s’était abattu sur Abidjan samedi matin, mais pour le moment les causes de l’accident, qui s’est produit dans la phase d’atterrissage, sont inconnues.

En 2000, un Airbus A310 des Kenya Airways qui assurait la liaison Abidjan-Lagos-Nairobi, s’était écrasé en mer au décollage, à environ 1.500 mètres du rivage, faisant 169 morts et dix blessés.

Les Forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) comptent environ 950 hommes. Les FFCI sont la principale base française sur la façade atlantique africaine. Il existe aussi des bases à Libreville, au Gabon, et à Dakar, au Sénégal.

Les FFCI ont notamment pour mission l’extraction de civils français et occidentaux en cas de crise en Côte d’Ivoire ou dans les pays voisins. La position centrale d’Abidjan en Afrique de l’Ouest place la base française à moins de trois heures d’avion de la plupart des pays francophones de la région. Le port en eau profonde de la capitale économique ivoirienne permet l’acheminement de matériel par la mer.

Jeuneafrique.com avec AFP

Espagne: la fête nationale endeuillée en pleine crise catalane

octobre 12, 2017

Manifestation pour l’unité à Barcelone lors de la fête nationale, le 12 octobre 2017 / © AFP / JORGE GUERRERO

En pleine crise catalane, l’Espagne célébrait jeudi sa fête nationale, endeuillée par la mort d’un pilote dans le crash d’un avion de combat, alors que des milliers de personnes défilaient à Barcelone en faveur de l’unité du pays.

Le Premier ministre Mariano Rajoy et le roi Felipe VI ont assisté à la traditionnelle parade militaire le long du boulevard du Paseo de la Castellana à Madrid pour commémorer l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique en 1492.

Mais l’humeur n’est pas franchement à la fête en Espagne, confrontée à sa plus grave crise politique depuis le retour de la démocratie en 1977, avec la volonté de divorce des indépendantistes au pouvoir en Catalogne.

D’autant que la journée a été endeuillée par la mort d’un pilote dans l’accident de son Eurofighter après avoir participé au défilé aérien de la fête nationale. L’avion de combat s’est écrasé pendant sa manœuvre d’approche à l’atterrissage à la base aérienne de Los Llanos près de la ville d’Albacete, à 300 km au sud-est de la capitale.

Au même moment, ils étaient plusieurs milliers à défiler dans les rues de Barcelone en scandant des messages hostiles aux dirigeants indépendantistes.

« Puigdemont en prison » criaient les manifestants en référence au président régional Carles Puigdemont, qui a organisé le dimanche 1er octobre un référendum d’autodétermination en dépit de l’opposition de Madrid et entend rendre indépendante cette région de 7,5 millions d’habitants, divisée sur la sécession.

Mercredi, Madrid a lancé un ultimatum au président séparatiste, lui donnant jusqu’à lundi 10H00 (08H00 GMT) pour « clarifier » sa position sur l’indépendance.

– ‘Défendre l’unité’ –

Si M. Puigdemont persiste, le gouvernement lui accordera un délai supplémentaire jusqu’au jeudi 19 octobre à 10H00 pour faire machine arrière, avant de prendre le contrôle de la Catalogne comme le lui permet l’article 155 de la Constitution.

La suspension de l’autonomie serait considérée par beaucoup de Catalans comme un affront. Elle pourrait déclencher des troubles dans cette région très attachée à sa langue et sa culture et qui avait récupéré son autonomie après la mort du dictateur Francisco Franco (1939-1975).

Jeudi, les opposants à l’indépendance ont souhaité montrer que « la Catalogne n’appartient pas » aux séparatistes, selon les mots de Laura Peña, employée de 26 ans dans une boutique de vêtements qui défilait à Barcelone.

« Tous les ans nous sortons avec le drapeau espagnol le jour de la fête nationale, mais encore plus cette année parce que nous devons défendre l’unité nationale. L’indépendance de la Catalogne nous affecterait tous, pas seulement ceux qui vivent en Catalogne », ajoutait Raquel Martinez, une étudiante de 18 ans née en Andalousie (sud).

La tension entre les deux camps monte depuis l’organisation du référendum interdit par la justice, émaillé de violences policières.

Les séparatistes disent l’avoir remporté avec 90% des voix et une participation de 43%, des chiffres invérifiables en l’absence d’une commission électorale indépendante.

Prudence et proportionnalité

M. Puigdemont a déclaré mardi soir devant le Parlement régional avoir reçu un « mandat des citoyens de Catalogne » pour déclarer unilatéralement l’indépendance.

Le leader séparatiste, qui a ensuite signé le texte sans qu’il soit soumis au vote, a suspendu la déclaration pour laisser une chance au dialogue et à une médiation qu’il appelle de ses voeux.

« Il n’y a pas de médiation possible entre la loi démocratique et la désobéissance, l’illégalité », a répondu M. Rajoy avec fermeté.

Le gouvernement espagnol a reçu le soutien du Parti socialiste, principal parti d’opposition, avant d’enclencher l’article 155 de la Constitution.

Les deux partis ont par ailleurs trouvé un accord pour étudier dans les mois à venir une réforme de la Constitution afin de tenter de résoudre la crise.

« L’article 155 est une disposition qui est assez large, on peut la moduler et c’est certainement ce que le gouvernement va faire dans une action qui est toujours guidée par la prudence et la proportionnalité », a déclaré jeudi le ministre des Affaires étrangères Alfonso Dastis, ajoutant: « nous espérons qu’il n’y aura pas besoin d’utiliser la force ».

Une arrestation de Carles Puigdemont et de son entourage dans le cadre d’une enquête judiciaire déjà ouverte pour sédition n’est pas exclue non plus, même si M. Dastis a dit espérer « ne pas en arriver à cela ».

Madrid a déjà pris en septembre une mesure exceptionnelle en mettant sous tutelle les finances de la Catalogne, et de nombreuses entreprises, inquiètes de l’insécurité juridique, ont déménagé leurs sièges sociaux hors de la région.

Romandie.com avec(©AFP / 12 octobre 2017 14h39)