Au-dessus du plafond

Au-dessus du plafond pleuvent des cris de l’amour
Qui tombent comme des vieilles plumes de vautour
Dans la vitesse de l’accélération du bec en pointe
Quand sommier et murs trahissent les soupirs au zénith

A chaque coup de canon des sanglots éclatent
Comme des grisous en rase et basse côte
Prenant le réveil à témoin et à l’étonnement
Dans la marche nubile du temps sans vêtement

Vite et encore vite si tu as encore appétit
Dehors les oiseaux chantent par leurs cris
L’hymne du matin au petit café du soleil
Qui écrase son sucre dans la tasse du ciel.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , , , , ,

2 Réponses to “Au-dessus du plafond”

  1. jean paul galibert Says:

    Je viens de poster un billet,
    « sommes-nous déjà imaginaires? »,
    qui pourrait peut-être vous intéresser,
    vu ce que je viens de lire.
    A bientôt

  2. Bouesso Says:

    Merci, mon Cher Jean-Paul de ton intérêt à mon billet…Les appartements et les murs inspirent parfois l’imaginaire des oreilles indiscrètes somme toute utiles pour la création littéraire et intellectuelle car devant la matière gratuite, il faut savoir prendre sa plume pour cogiter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :