Ukraine: Kiev dénonce une invasion après l’entrée du convoi russe sans autorisation

Izvaryne (Ukraine) – Les autorités ukrainiennes ont accusé vendredi la Russie d’invasion directe après la décision de Moscou de faire entrer son convoi humanitaire en Ukraine sans attendre son inspection complète.

Après une semaine d’attente, la Russie a fait entrer en Ukraine vendredi matin ses camions chargés selon Moscou de 1.800 tonnes d’aide humanitaire, estimant que tous les prétextes avancés par Kiev pour retarder la livraison de son aide humanitaire aux populations de l’est de l’Ukraine avaient été épuisés.

Il s’agit d’une invasion directe, a lancé le chef des services de sécurité ukrainiens Valentin Nalivaïtchenko.

Kiev a également affirmé que l’entière responsabilité de la sécurité du convoi incombait à la Russie. Les autorités ukrainiennes craignent que le convoi russe ne fasse l’objet d’une provocation de la part des insurgés et ne serve de prétexte à une intervention russe.

A 10H00 GMT, environ 70 des quelque 300 camions avaient franchi la frontière, selon un photographe de l’AFP sur place. Du côté ukrainien, des combattants rebelles dans des mini-fourgonnettes se sont joints au convoi.

Selon un observateur de l’OSCE sur place, Paul Picard, seuls 34 camions ont été inspectés par les gardes-frontières et les douaniers ukrainiens, les autres passant sans aucun contrôle de leur cargaison.

Ni la partie ukrainienne, ni la Croix-Rouge ne savent ce qui se trouve dans ces camions, ce qui nous inquiète particulièrement, a indiqué le ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Nous ne savons pas non plus quels sont les accords entre la partie russe et les combattants et ne n’excluons pas de provocations, ajoute le ministère.

Moscou a pour sa part estimé que toutes les garanties indispensables avaient été données et que l’itinéraire prévu pour le convoi avait été vérifié par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Ce dernier a indiqué qu’il n’escortait pas le convoi, faute de garantie de sécurité suffisante.

La responsabilité de possibles conséquences de provocations dirigées contre le convoi revient totalement à Kiev, a ajouté la diplomatie russe.

Le convoi se dirige selon Moscou vers Lougansk, l’un des bastions des insurgés prorusses encerclé et assiégé par l’armée ukrainienne traversant une zone où d’intenses combats ont été signalés ces derniers jours.

Les autorités locales de la ville ont à plusieurs reprises dénoncé une situation humanitaire critique alors que les habitants vivent sans eau courante, sans électricité et sans réseau téléphonique depuis bientôt trois semaines.

– Nombreux combats près de Lougansk –

Pour parcourir les 63 kilomètres qui séparent la frontière de Lougansk, où une grande bataille est en cours selon Kiev entre insurgés prorusses et forces régulières — et où une petite équipe du CIRCR a également rapporté d’intenses bombardements dans la nuit –, le convoi russe doit passer par des zones contrôlées par les rebelles.

Sur le terrain, l’offensive des forces ukrainiennes se poursuivait vendredi dans plusieurs localités autour des fiefs insurgés de Donetsk et Lougansk.

A Donetsk même, d’intenses bombardements ont de nouveau touché les faubourgs de la ville dans la nuit, endommageant plusieurs maisons et le réseau électrique, selon la mairie.

L’eau courante, dont l’approvisionnement a été compromis par de précédents pilonnages, a été rétablie dans de larges secteurs de la ville et un camion de la municipalité a même été vu arrosant les espaces verts du centre-ville, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Dans le quartier d’Abakoumova, dans le sud-ouest de Donetsk, un barrage des rebelles a été bombardé au petit matin par l’armée ukrainienne, positionnée à quelques centaines de mètres de là.

Nous nous sommes cachés dans la cave, c’était vraiment effrayant. Ceux qui font ça seront jugés par Dieu, raconte Valentina en montrant les traces de shrapnel et les vitres brisées de sa petite maison.

Où puis-je aller ? Si seulement je savais où mettre mes enfants et mes petits-enfants à l’abri…, regrette-t-elle.

– ‘Parler de paix’ –

Sur le front diplomatique, le président ukrainien Petro Porochenko a promis de parler de paix avec son homologue russe Vladimir Poutine lors d’un sommet régional mardi à Minsk au Bélarus en présence des dirigeants de l’Union européenne.

M. Porochenko veut notamment convaincre M. Poutine de retirer les combattants rebelles de l’est du pays, alors que les forces ukrainiennes ne parviennent pas à sceller hermétiquement la frontière russe, par où transite, selon Kiev et certains pays occidentaux, armes et mercenaires qui viennent renforcer les rangs des insurgés.

Avant il recevra samedi à Kiev la chancelière allemande Angela Merkel pour une visite hautement symbolique à la veille de la fête de l’indépendance de l’Ukraine qui doit être célébrée avec un défilé militaire à Kiev.

Romandie.com avec(©AFP / 22 août 2014 13h34)

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :