Coronavirus en Haïti: la reprise des vols avec les États-Unis «pas une erreur»

 

Le gouvernement haïtien considère que la reprise des liaisons aériennes avec les Etats-Unis ce mercredi n’est «pas une erreur», à l’heure où l’Union Européenne refuse encore l’ouverture de ses frontières avec le pays en raison de la flambée des cas de Covid-19 sur le sol américain. «Ça n’est pas une erreur», a affirmé mardi Marie-Greta Roy Clément, ministre haïtienne de la santé. «Il y a l’économique et le sanitaire: il nous faut trouver un équilibre entre les deux pour nous permettre de faire à nouveau fonctionner le pays», a-t-elle ajouté lors d’une visite gouvernementale de l’aéroport de Port-au-Prince.

Après plus de trois mois d’interruption du trafic aérien commercial, le premier vol attendu sur le tarmac à Port-au-Prince mercredi matin provient de Fort Lauderdale, en Floride. Une majorité d’Haïtiens de la diaspora réside dans cet État américain qui enregistre actuellement un fort regain de l’épidémie de nouveau coronavirus. Un protocole sanitaire est prévu pour les passagers arrivant à Port-au-Prince, mais son annonce tardive rend impossible son application dès l’arrivée des premiers vols ce mercredi. «Les gens qui viennent de pays où l’incidence du coronavirus est élevé devront venir avec un test négatif au coronavirus. Cependant, comme c’est aujourd’hui que nous l’annonçons, nous sommes obligés d’attendre un petit moment avant de l’appliquer», a reconnu Mme Roy Clément.

Une caméra thermique était en cours d’installation mardi dans le hall d’arrivée de l’aéroport Toussaint Louverture, avant le passage des passagers au service d’immigration, a constaté une journaliste de l’AFP. «Nous savons que c’est un risque mais nous allons renforcer la surveillance épidémiologique et tous les gens qui rentrent dans le pays à partir de demain devront observer une quarantaine domiciliaire», a conclu la ministre.

Questionné sur cette nécessité de test négatif à présenter à l’entrée en Haïti, le Premier ministre Joseph Jouthe s’est voulu ferme. «Quand les gens sont aux États-Unis, ils se conforment à tout ce qu’on leur demande mais, quand ils arrivent en Haïti, c’est la débandade. Et bien non! Haïti est un pays souverain et quelle que soit la personne, elle doit obéir à toute décision prise par les autorités gouvernementales ou bien qu’elle ne vienne pas», a-t-il répondu sèchement.

Avec moins de 6.000 cas positifs et 105 décès officiellement attribués au Covid-19, la faible virulence du virus en Haïti est une «heureuse surprise» pour la communauté médicale qui craignait une hécatombe dans le pays aux infrastructures hospitalières lacunaires.

Par Le Figaro avec AFP

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :