Soudan – Alaa Salah : « La CPI doit juger Omar el-Béchir et tous ses complices »

Alaa Salah le 20 mai 2021, à Paris

Icône de la révolution qui a précipité la chute d’Omar el-Béchir, Alaa Salah continue de réclamer justice et de porter la voix des femmes et de la jeunesse, déterminés à chasser les militaires du pouvoir.

« Ce n’est pas les balles qui tuent, c’est le silence du peuple. » Pour porter le message des révolutionnaires soudanais à la tribune de la Conférence internationale d’appui à la transition, organisée à Paris le 17 mai, Alaa Salah a revêtu son toub, sa tenue de combat. La même toge blanche qu’elle portait le 8 avril 2019, trois jours avant la chute d’Omar el-Béchir, dans une vidéo qui a fait d’elle le symbole du soulèvement. Juchée sur le toit d’une voiture au milieu du sit-in de la place al-Qiyadah de Khartoum, drapée dans ce vêtement devenu l’uniforme des opposantes au régime militaire, elle entonnait alors un chant révolutionnaire auquel répondait la foule des manifestants.

Lors de notre rencontre, dans la foulée du sommet élyséen qui a abouti à l’annulation de près de 5 milliards de dollars de dette, cette militante de 25 ans issue d’une famille aisée de Khartoum a opté pour un tailleur noir plus occidental, un chemisier à fleurs et un foulard bleu. Mais c’est surtout sa détermination qui retient l’attention.

Deux ans après la fin de l’ancien régime et dans la perspective des élections générales de 2022 qui doivent clore la transition, elle raconte le combat ininterrompu des révolutionnaires dans « Le chant de la révolte », co-écrit avec le journaliste Martin Roux, et dit tout à la fois la défiance vis-à-vis des militaires qui détiennent toujours une partie du pouvoir, la soif de justice pour les victimes et l’impatience face aux promesses non tenues. Entretien.

Jeune Afrique : Vous vous êtes exprimée lors de la Conférence internationale de soutien à la transition démocratique au Soudan. Pourquoi était-il important pour vous d’y participer ?

Alaa Salah : L’objectif de cette conférence était de soutenir le développement du Soudan et notre pays en a énormément besoin, surtout en ce moment. Nous avons hérité de dettes colossales de l’ancien régime et nous payons un lourd tribut au quotidien. On le voit partout dans les rues. Cette conférence a déjà donné des premiers résultats, dont l’annulation de la dette par la France mais aussi des promesses venant d’autres États. Je suis sûre que cela aura un impact positif sur l’économie.

CES IMAGES SONT VENUES METTRE LA LUMIÈRE SUR NOTRE COMBAT PACIFIQUE

Nous sommes reconnaissants à Emmanuel Macron et à la France d’avoir invité la jeunesse, de lui avoir donné l’opportunité de s’exprimer. Nous sommes là pour parler du nouveau Soudan, le Soudan post-révolution.

Les images du 8 avril 2019, où l’on vous voit chanter sur la place al-Qiyadah de Khartoum, ont fait le tour du monde et ont fait de vous le symbole de la révolution. Comment assume-t-on une telle responsabilité ?

En tant que révolutionnaires, nous sommes tous d’accord pour dire que nos rôles respectifs se complètent, personne ne joue un rôle plus important qu’un autre. Mais alors que l’ancien régime a tenté d’isoler le Soudan du reste du monde en bannissant toute présence médiatique dans le pays, ces images sont venues mettre la lumière sur notre combat pacifique. Elles ont porté le message de notre révolution dans le monde entier.

Lorsque je regarde ces images aujourd’hui, je ne me vois pas moi, Alaa Salah, je vois la femme soudanaise. Son courage, sa volonté, sa force. Les femmes ont toujours été en première ligne dans cette lutte, elles représentaient 60 % des participants dans les manifestations.

Historiquement, les Soudanaises ont toujours été actives dans les mouvements sociaux. Votre grand-mère a participé à la révolution de 1964, votre mère à celle de 1985. Cela a été décisif dans votre engagement ? 

Elles m’ont bien évidemment inspirée. Mais c’est surtout la révolution de septembre 2013 qui m’a marquée. Ma sœur, qui avait à l’époque le même âge que moi aujourd’hui, y a participé mais moi, je n’en avais pas le droit, on me disait que j’étais trop jeune pour descendre dans la rue. Cela m’a mise en colère, je n’ai pas participé à cette révolution comme je l’aurais voulu.

En 2019, j’ai ressenti que c’était le moment pour moi. Je savais qu’il fallait par tous les moyens faire partie de ce mouvement.

L’armée a remis le 15 mai les résultats de son enquête sur le massacre perpétré le 3 juin sur la place Qiyadah, et durant lequel au moins 130 personnes ont été tuées par la police et les paramilitaires, dressant une liste de soldats impliqués. Faites-vous confiance aux militaires pour que justice soit faite ?

Nous n’avons jamais eu confiance en eux. Ils donnent aujourd’hui quelques noms de soldats, mais le premier jour de la révolution, ils étaient des milliers, de toute appartenance, à nous empêcher de manifester. C’est plus facile de rejeter la responsabilité sur une ou deux personnes.

C’EST À NOUS DE DIRE AUX MILITAIRES DE DÉGAGER. C’EST NOTRE RÉVOLUTION

Les militaires qui sont aujourd’hui au gouvernement ne mènent pas l’enquête correctement parce qu’ils sont eux-mêmes impliqués dans les massacres. Leurs déclarations se contredisent, leurs mains sont sales, elles sont tachées du sang de nos martyrs. Nous n’allons pas fermer les yeux sur leurs crimes.

Omar el-Béchir est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) depuis 2009. Êtes-vous favorable à ce qu’il soit jugé à La Haye ?

Oui, nous attendons beaucoup de la CPI. Mais elle ne doit pas juger seulement Omar el-Béchir, elle doit juger ses complices, toutes les personnes impliquées dans des crimes contre l’humanité et la violation de droits humains. Le jour où cela sera fait, nous pourrons considérer que justice a été faite, en toute transparence, et qu’il n’y a pas d’impunité.À LIRE Pour l’icône de la contestation au Soudan, la mobilisation ne doit pas faiblir

Je ne dis pas que nous n’avons pas confiance dans la justice soudanaise, mais elle a été très corrompue, comme l’ensemble des institutions. Omar el-Béchir a déjà comparu lors de plusieurs procès mais il a dû répondre de chefs d’accusation qui sont pour nous dérisoires [corruption et atteinte à l’ordre constitutionnel]. Ce qu’il a fait dépasse de loin ces questions.

La loi sur l’ordre public, qui restreignait les libertés des femmes, a été abrogée en novembre 2019. Qu’est-ce que cela a changé concrètement pour les Soudanaises ?

La société soudanaise est une société très riche par sa culture, c’est ce qui nous rend unique, mais l’ancien régime a tenté de créer un moule pour tout le monde, surtout pour les femmes. La loi de 1991 restreignait les libertés des Soudanaises et elle donnait une sorte d’autorité à tout le monde pour leur demander de rendre des comptes, pour leur imposer une façon de s’habiller. Parfois, les choses allaient très loin, il y avait des violences, des insultes dans la rue. Et si nous nous rassemblions pour faire entendre notre voix, cela se soldait toujours par des arrestations, des agressions et des poursuites judiciaires.

Les choses ont beaucoup changé aujourd’hui. Le fait d’avoir abrogé cette loi nous a permis d’avoir plus de libertés, de revendiquer nos droits, de parler de notre quotidien, des questions qui nous intéressent.

LES ÉLECTIONS DE 2022 SONT NOTRE SEUL ESPOIR, NOTRE SEUL MOYEN D’ASSEOIR UN ÉTAT CIVIL

Vous affirmez dans votre livre Le chant de la révolte soutenir le gouvernement civil tout en reconnaissant que sa marge de manœuvre est limitée. Vous paraît-il possible aujourd’hui de renvoyer les militaires dans les casernes ?

Depuis l’indépendance, le Soudan a vécu plus de cinquante ans sous le joug militaire. Pendant toutes ces années, les militaires n’ont rien fait pour le pays. Bien au contraire, ils l’ont anéanti. Ces moments ont été très difficiles pour les Soudanais.

Aujourd’hui, les militaires ne peuvent plus faire comme bon leur semble. Ce sont nos décisions, c’est notre révolution. Et c’est à nous de leur dire de partir. Comme le disaient nos slogans pendant la révolution, il n’y a pas de place pour eux.

« Le chant de la révolte – le soulèvement soudanais raconté par son icône » de Alaa Salah et Martin Roux, éditions Favre

Qu’espérez-vous du scrutin de 2022 ? Les élections pourront-elles être libres ?

Oui, et je dirais même que c’est notre seul espoir. Sous l’ancien régime, les résultats étaient connus d’avance, les élections n’étaient jamais transparentes. Aujourd’hui, les femmes, la jeunesse travaillent ensemble pour préparer cette nouvelle étape, notre seul moyen pour asseoir un État civil.

Lorsque la révolution a débuté, vous étiez étudiante en architecture. Comment envisagez-vous votre avenir ?

L’architecture a toujours été un rêve pour moi et pour mon père, je ne veux pas l’abandonner. Le problème, c’est que les universités privées, comme celle où j’étudiais, appartiennent à des membres de l’ancien régime. J’ai donc dû faire un choix pour rester fidèle à la cause et renoncer à mon diplôme.

Il serait difficile pour moi de continuer mes études au Soudan, je serai toujours la cible de pressions académiques et psychologiques. Je préférerais le faire à l’étranger, dans une université où l’on respecte mes idées. Mais cela ne m’empêchera pas de poursuivre le combat.

Avec Jeune Afrique par Julie Gonnet

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Soudan – Alaa Salah : « La CPI doit juger Omar el-Béchir et tous ses complices »”

  1. Bouesso Says:

    Bravo pour cet engagement et courage politiques !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :