Vote de la résolution de l’ONU sur l’Ukraine : une abstention des pays africains remarquée

<p>Résultat du vote de la résolution de l'ONU "exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine" à l'Assemblée générale des Nations Unies le 2 mars 2022.</p>

Résultat du vote de la résolution de l’ONU « exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine » à l’Assemblée générale des Nations Unies le 2 mars 2022. AP/ Seth Wenig

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté ce mercredi 2 mars par une écrasante majorité une résolution qui « exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine« . S’il y a eu un vote massif en faveur de la résolution une vingtaine de pays africains ont préféré s’abstenir, à la grande surprise de nombreux observateurs.

Le vote a été salué comme « historique » et accueilli par une salve d’applaudissements. Après plus de deux jours d’interventions à la tribune de l’ONU, la résolution réclame à Moscou qu’il « retire immédiatement, complètement et sans conditions toutes ses forces militaires » d’Ukraine et « condamne la décision de la Russie d’accentuer la mise en alerte de ses forces nucléaires« .

Piloté par l’Union européenne en coordination avec l’Ukraine, le texte « déplore » également « dans les termes les plus vifs l’agression de la Russie contre l’Ukraine » et affirme « son attachement à la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale » de ce pays. Intitulée « Agression contre l’Ukraine« , la résolution appelle par ailleurs à accorder à l’aide humanitaire un accès sans entrave et « déplore l’implication du Bélarus » dans l’attaque de l’Ukraine.

TV5MONDE

Sur les 193 membres de l’Organisation, 141 pays ont approuvé le texte « exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine.« 

Cinq s’y sont cependant opposés : la Russie, la Biélorussie, la Corée du Nord, l’Erythrée et la Syrie.

35 se sont abstenus. L’abstention de la Chine, allié supposé de Moscou, a été remarquée. Tout comme celle de 16 pays du continent africain : l’Algérie, l’Angola, le Burundi, le Congo- Brazzaville, la Guinée équatoriale, Madagascar, le Mali, le Mozambique, la Namibie, le Soudan, le Soudan du Sud, l’Afrique du Sud, le Sénégal, la Tanzanie, l’Ouganda et le Zimbabwe.

Résultat du vote de la résolution de l'ONU "exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine".

Résultat du vote de la résolution de l’ONU « exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine ».

Le doctorant en droit international au Centre de droit international de Nanterre (CEDIN, Université Paris-Nanterre) et chargé de projet à  l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) au Mali souligne toutefois la similarité des positions de certains pays entre le vote de 2014 sur le conflit avec la Crimée et celui actuel de l’Ukraine. 

Par ailleurs, 12 pays n’ont pas pris part au vote dont 8 africains : le Burkina Faso, la Guinée, la Guinée-Bissau, Eswatini, l’Ethiopie, le Cameroun, le Maroc et le Togo. 

Au total, 22 pays du continent n’ont pas exprimé d’opinion sur l’actuel conflit en Ukraine. Comment expliquer cela ? TV5MONDE a demandé des précisions à Michel Galy, politologue spécialiste de l’Afrique de l’Ouest.

TV5 MONDE : Comment expliquer ces 16 abstentions de la part de ces pays d’Afrique ? 

Michel Galy : À la zone d’influence française (celles des anciennes colonies), correspond habituellement un vote automatique qui suit la ligne occidentale lors des assemblées de l’ONU. On peut d’ailleurs le voir avec la Côte d’Ivoire ou le Niger avec ce vote. On s’étonne donc de l’abstention du Sénégal qui n’est pourtant pas connu pour être un régime hostile à l’influence française. C’est à se demander s’il n’y a pas eu un raté diplomatique.

Cependant, pour d’autres pays comme le Mali et la Centrafrique, c’est beaucoup plus compréhensible. Ces pays sont à la fois sous l’influence française traditionnelle et sous nouvelle influence russe avec l’appel aux mercenaires de Wagner. L’importance que prend Wagner dans la situation politico-militaire va plus loin qu’on ne le pense et se rapproche d’un retournement d’alliance.

Pour d’autres pays, il ne faut pas omettre les traditions historiques. Si l’Afrique du Sud est unanimement considérée par le monde occidental comme un modèle des droits de l’homme, on oublie l’alliance forte qu’avait Nelson Mandela avec l’URSS et la Libye à son époque. 
 

On s’étonne donc de l’abstention du Sénégal qui n’est pourtant pas connu pour être un régime hostile à l’influence française. C’est à se demander s’il n’y a pas eu un raté diplomatique.Michel Galy politologue, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest

TV5MONDE : Toutes les abstentions se valent-elles ? 

Michel Galy : Le résultat de ces votes montre que l’Afrique est divisée. Il y a une catégorie qu’il faut mettre en évidence, ce sont ceux qui considèrent que ces conflits leur sont lointains et qu’il faut, d’une certaine manière, ménager la chèvre et le chou dans leurs différentes coopérations. À Madagascar par exemple, il y a une forte coopération russe, même si elle n’est pas militaire comme au Mali ou en Centrafrique.

Ces pays ne souhaitent plus rester face à face avec le monde occidental et prennent le parti de se garder des possibilités de tractation, voire de chantage d’un bloc à l’autre.

Concernant, le Congo-Brazzaville, le régime de Sassou-Nguesso doit beaucoup à l’influence française, avec des élections régulièrement contestées. C’est un vote surprenant, comme celui du Sénégal. Je pense que c’est par prudence que des pays comme ceux-ci ne veulent pas s’immiscer d’un côté comme de l’autre.

TV5 MONDE : Quel symbole politique ce vote renvoie-t-il ? 

Michel Galy :  Le vote révèle un malaise et la division d’une Afrique qui ne sait pas s’il est préférable de suivre le pays référence ou prudemment s’abstenir tant qu’on n’a pas encore le dernier mot du conflit.

Ce vote est divisé en trois parties avec les pays niches de l’Occident qui sont des alliés automatiques, les anciens alliés de l’URSS et de la Russie comme l’Algérie et l’Afrique du Sud ainsi qu’un groupe un peu erratique qui démontre une incapacité de décision commune. 

Avec TV5Monde

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :