Canada-Québec/Exploitation sexuelle : l’ex-enseignante Arielle Leclerc-Fortin écope de 15 mois de prison

Arielle Leclerc-Fortin.

Arielle Leclerc-Fortin, une ex-enseignante de Sherbrooke, avait admis sa culpabilité en octobre 2021. Photo : Radio-Canada/Source : Facebook

L’ex-enseignante de Sherbrooke Arielle Leclerc-Fortin, coupable d’exploitation sexuelle sur un mineur, a reçu une peine de 15 mois de prison pour avoir eu des relations sexuelles avec un élève en 2021.

La jeune femme est arrivée au palais de justice avec son sac d’effets personnels. Elle a serré ses proches dans ses bras, avant d’entrer dans la salle d’audience.

C’est la juge Danielle Côté qui a prononcé la peine, à la suite d’une suggestion commune de la défense et de la Couronne. Cette peine sera suivie de deux ans de probation, et Arielle Leclerc-Fortin devra également faire un suivi en psychothérapie.

C’est très raisonnable comme peine, étant donné la situation de confiance, a mentionné la juge Côté, tout en ajoutant qu’elle devait refléter la gravité des gestes commis.Arielle Leclerc-Fortin, entourée de ses proches, au palais de justice de Sherbrooke.

L’accusée est arrivée au palais de justice de Sherbrooke avec ses effets personnels. Photo: Radio-Canada/Geneviève Proulx

La juge a cependant rapporté que la forte judiciarisation du dossier avait eu un effet dissuasif sur l’ex-enseignante, et diminuait fortement son risque de récidive. Elle a aussi souligné la bonne collaboration de la jeune femme au rapport présentenciel qui était, selon elle, l’un des plus positifs qu’elle ait lus de sa carrière.

« Quelle erreur de parcours, c’est triste pour vous […] C’est avec votre collaboration qu’on ne vous reverra pas. Je suis convaincue que vous allez repartir du bon pied. »— Une citation de  Danielle Côté, juge à la Cour du Québec

La jeune femme avait admis sa culpabilité en octobre 2021. Elle avait toutefois plaidé coupable d’une infraction sommaire plutôt que criminelle. Ce changement réduisait la peine maximale de 14 ans de laquelle elle était passible à 2 ans moins un jour.

Arielle Leclerc-Fortin, alors âgée de 22 ans, travaillait comme enseignante suppléante à l’École internationale du Phare. Elle avait entamé des discussions sur Snapchat avec la victime avant de décider de le rencontrer.

Selon les faits relatés par le ministère public, l’élève ne s’était pas senti comme une victime, mais avait admis qu’il ne [pouvait] plus reculer à ce moment-là. L’enseignante et la victime ont eu deux relations sexuelles en un mois.

Lors de l’enquête, l’enseignante avait admis savoir qu’il lui était interdit d’avoir des relations sexuelles avec un élève, mais que cet interdit lui procurait de l’excitation.

Par Radio-Canada avec les informations de René-Charles Quirion

Étiquettes : , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :