Posts Tagged ‘Emmanuel Macron’

Donald Trump a invité Emmanuel Macron à la Maison Blanche

janvier 23, 2018

Washington – Le président américain Donald Trump déroulera cette année le tapis rouge à la Maison Blanche à son homologue français Emmanuel Macron, a indiqué mardi à l’AFP un responsable américain.

La date exacte de cette visite n’a pas encore été arrêtée, a-t-on ajouté de même source.

M. Macron devrait avoir droit à la première « visite d’Etat » organisée par le président américain depuis son arrivée au pouvoir il y a un an.

Les deux dirigeants, qui se sont rencontrés à plusieurs reprises, entretiennent de bonnes relations en dépit de nombre de désaccords de fond, en particulier sur la question du climat.

Le président français, qui a déploré la décision du locataire de la Maison Blanche de sortir de l’accord de Paris, a ouvertement exprimé l’espoir que son « ami » Trump change d’avis dans les mois ou les années à venir.

M. Macron avait reçu M. Trump en grande pompe le 14 juillet à Paris.

Ce dernier s’était déclaré particulièrement impressionné par le « formidable » défilé militaire, évoquant l’idée d’en organiser un à Washington le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine.

Lors de leur nouvelle rencontre en septembre à l’ONU, M. Trump n’avait pas tari d’éloges sur le président français, de 31 ans son cadet.

« Il fait un super boulot en France. Il fait ce qui doit être fait », avait-il lancé. « Il est respecté par les Français et les Américains ».

Romandie.,com avec(©AFP / 23 janvier 2018 23h02)                                            

Publicités

Francophonie, langue française: lettre ouverte à Emmanuel Macron

janvier 15, 2018

Mabanck

Le président de la République a proposé à Alain Mabanckou de contribuer aux « travaux de réflexion » qu’il souhaite « engager autour de la langue française et de la Francophonie ». L’auteur de « Verre cassé » lui répond.

Monsieur le Président,

Dans votre discours du 28 novembre à l’université de Ouagadougou, puis dans un courrier officiel que vous m’avez adressé le 13 décembre, vous m’avez proposé de «contribuer aux travaux de réflexion que vous souhaitez engager autour de la langue française et de la Francophonie.»

Au XIXème siècle, lorsque le mot «francophonie» avait été conçu par le géographe Onésime Reclus, il s’agissait alors, dans son esprit, de créer un ensemble plus vaste, pour ne pas dire de se lancer dans une véritable expansion coloniale. D’ailleurs, dans son ouvrage «Lâchons l’Asie, prenons l’Afrique» (1904), dans le dessein de «pérenniser» la grandeur de la France il se posait deux questions fondamentales: «Où renaître ? Comment durer ?»

Qu’est-ce qui a changé de nos jours ? La Francophonie est malheureusement encore perçue comme la continuation de la politique étrangère de la France dans ses anciennes colonies. Repenser la Francophonie ce n’est pas seulement «protéger» la langue française qui, du reste n’est pas du tout menacée comme on a tendance à le proclamer dans un élan d’auto-flagellation propre à la France. La culture et la langue françaises gardent leur prestige sur le plan mondial.

Les meilleurs spécialistes de la littérature française du Moyen-Âge sont américains. Les étudiants d’Amérique du Nord sont plus sensibilisés aux lettres francophones que leurs camarades français. La plupart des universités américaines créent et financent sans l’aide de la France des départements de littérature française et d’études francophones. Les écrivains qui ne sont pas nés en France et qui écrivent en français sont pour la plupart traduits en anglais: Ahmadou Kourouma, Anna Moï, Boualem Sansal, Tierno Monénembo, Abdourahman Waberi, Ken Bugul, Véronique Tadjo, Tahar Ben Jelloun, Aminata Sow Fall, Mariama Bâ, etc. La littérature française ne peut plus se contenter de la définition étriquée qui, à la longue, a fini par la marginaliser alors même que ses tentacules ne cessent de croître grâce à l’émergence d’un imaginaire-monde en français.

Tous les deux, nous avions eu à cet effet un échange à la Foire du livre de Francfort en octobre dernier, et je vous avais signifié publiquement mon désaccord quant à votre discours d’ouverture dans lequel vous n’aviez cité aucun auteur d’expression française venu d’ailleurs, vous contentant de porter au pinacle Goethe et Gérard de Nerval et d’affirmer que «l’Allemagne accueillait la France et la Francophonie», comme si la France n’était pas un pays francophone!

Dois-je rappeler aussi que le grand reproche qu’on adresse à la Francophonie «institutionnelle» est qu’elle n’a jamais pointé du doigt en Afrique les régimes autocratiques, les élections truquées, le manque de liberté d’expression, tout cela orchestré par des monarques qui s’expriment et assujettissent leurs populations en français? Ces despotes s’accrochent au pouvoir en bidouillant les constitutions (rédigées en français) sans pour autant susciter l’indignation de tous les gouvernements qui ont précédé votre arrivée à la tête de l’Etat.

Il est certes louable de faire un discours à Ouagadougou à la jeunesse africaine, mais il serait utile, Monsieur le Président, que vous prouviez à ces jeunes gens que vous êtes d’une autre génération, que vous avez tourné la page et qu’ils ont droit, ici et maintenant, à ce que la langue française couve de plus beau, de plus noble et d’inaliénable: la liberté.

Par conséquent, et en raison de ces tares que charrie la Francophonie actuelle – en particulier les accointances avec les dirigeants des républiques bananières qui décapitent les rêves de la jeunesse africaine –, j’ai le regret, tout en vous priant d’agréer l’expression de ma haute considération, de vous signifier, Monsieur le Président, que je ne participerai pas à ce projet.

Bibliobs.nouvelobs.com par Alain Mabanckou
Santa Monica, le 15 janvier 2018

France-Chine: Macron annonce un Centre Pompidou à Shanghai

janvier 9, 2018

Pékin – La France et la Chine ont conclu un partenariat pour établir un Centre Pompidou d’art contemporain à Shanghai, a annoncé mardi le président français Emmanuel Macron, lors d’une déclaration à Pékin aux côtés de son homologue Xi Jinping.

Le musée parisien, qui possède l’une des plus importantes collections d’art contemporain au monde, mène une intense politique d’ouverture à l’international, notamment en Asie.

Un protocole d’accord avait été signé à l’été 2017 avec le West Bund Group, un groupe public chinois. L’ouverture au public de ce Centre Pompidou shanghaïen était alors envisagée pour début 2019. Une place importante devrait notamment y être accordée à l’art contemporain chinois.

Le concept de « Centre Pompidou provisoire » est testé depuis mars 2015 à Malaga (Espagne). Cette première implantation à l’étranger doit durer cinq ans. L’objectif est de la décliner en Asie.

Le Centre Pompidou est le grand musée mondial le plus offensif à l’international. Outre Shanghai et Malaga, il avait annoncé en 2016 un projet d’implantation à Séoul, la capitale sud-coréenne. En 2020, un espace devrait également être créé à Bruxelles.

Cette politique du musée français vise à valoriser son savoir-faire et sa collection, une des plus importantes du monde, après celle du MoMA à New York.

Inauguré en 1977 à Paris, le Centre Pompidou, établissement public culturel national qui porte le nom de l’ancien président français Georges Pompidou (1969-1974), conserve près de 120.000 œuvres d’art.
Le Louvre a lui aussi entamé son développement international: il est impliqué dans l’ouverture aux Emirats arabes unis du « Louvre Abou Dhabi » qui expose des œuvres de musées français (Pompidou, Guimet, Quai Branly, Orsay…). Le Louvre, premier prêteur, a cédé l’utilisation de sa « marque » pour 30 ans et six mois moyennant une redevance de 400 millions d’euros.

Pratiquant cette « diplomatie des musées », M. Macron avait inauguré le Louvre d’Abou Dhabi en novembre dernier.

Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé mardi qu’une édition des Rencontres photographiques d’Arles serait organisée dans la ville de Xiamen (est de la Chine).

Romandie.com avec(©AFP / 09 janvier 2018 14h15)                                            

Iran: Rohani demande à Macron d’agir contre « les terroristes » basés en France

janvier 2, 2018

Téhéran – Le président iranien Hassan Rohani a demandé mardi à son homologue français Emmanuel Macron de prendre des mesures contre les activités d’un « groupe terroriste » iranien basé en France et impliqué selon lui dans les récentes manifestations en Iran, a rapporté la télévision d’Etat.

« Nous critiquons le fait qu’un groupe terroriste ait une base en France et agisse contre le peuple iranien et encourage la violence. Nous attendons du gouvernement français qu’il agisse contre ce groupuscule terroriste », a déclaré le président iranien lors d’une conversation téléphonique, dans une claire allusion aux Moudjahidine du peuple.

Les autorités iraniennes accusent les Moudjahidine du peuple, qualifiés par le pouvoir iranien d’hypocrites (monafeghines) d’alimenter les violences et d’être liés à l’Arabie saoudite, rivale régionale de l’Iran.

La demande de M. Rohani intervient au sixième jour d’un mouvement de contestation marqué par des violences meurtrières et des centaines d’arrestations dans son pays.

Le général Rassoul Sanaïrad, l’adjoint politique du chef des puissants Gardiens de la révolution, a affirmé mardi que le groupe Moudjahidine du peuple « avait été chargé par les Al-Saoud (la dynastie qui règne sur l’Arabie saoudite) et certains pays européens de créer de l’insécurité », selon l’agence Tasnim.

Enfin, le vice-gouverneur de Téhéran a affirmé qu’aucun incident n’avait été signalé mardi soir à Téhéran, selon l’agence Isna.

La capitale iranienne a connu de petites manifestations les trois nuits précédentes avec à chaque fois quelques centaines de personnes lançant des slogans contre le pouvoir dans le quartier de l’université dans le centre de Téhéran.

Romandie.com avec(©AFP / 02 janvier 2018 19h21)                                            

Iran: Macron dit à Rohani sa « préoccupation », appelle à « retenue »

janvier 2, 2018

Paris – Le président français Emmanuel Macron a dit mardi à son homologue iranien Hassan Rohani sa « préoccupation » face « au nombre de victimes liées aux manifestations » des derniers jours en Iran et a appelé à « la retenue et à l’apaisement », a indiqué la présidence française.

Lors d’un entretien téléphonique, les deux dirigeants ont décidé de reporter à une date ultérieure la visite que devait effectuer le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, à Téhéran à la fin de la semaine, a précisé le palais de l’Elysée.

Cet entretien est intervenu au sixième jour d’un mouvement de contestation marqué par des violences meurtrières et des centaines d’arrestations dans plusieurs villes iraniennes.

Au cours de cet appel, prévu avant ces évènements, M. Macron a fait « part de sa préoccupation face au nombre de victimes liées aux manifestations » et a « encouragé son homologue à la retenue et l’apaisement. Les libertés fondamentales, notamment les libertés d’expression et de manifestation, doivent être respectées », a indiqué l’Elysée dans un communiqué.

Rendant compte un peu plus tôt de cette discussion, la télévision iranienne a indiqué que M. Rohani avait demandé à M. Macron de prendre des mesures contre les activités d’un « groupe terroriste » iranien basé en France et impliqué selon lui dans les récentes manifestations. Téhéran accuse notamment les Moujahidine du peuple, qualifiés par le pouvoir iranien d’hypocrites (monafeghines), d’alimenter les violences et d’être liés à l’Arabie saoudite, rivale régionale de l’Iran.

« Ces propos reflètent avant tout l’affolement du régime des mollahs face à l’étendue du soulèvement contre la dictature religieuse et face à la popularité grandissante de l’organisation des Moujahidine du peuple d’Iran (OMPI) et de la Résistance iranienne », a affirmé dans un communiqué envoyé dans la nuit à l’AFP à Paris Afchine Alavi, membre du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). Il affirme, sans préciser ses sources, que « jusqu’à ce jour, on dénombre des dizaines de manifestants sans défense tués par les gardiens de la révolution et des milliers d’autres arrêtés ».

Selon des chiffres officiels, 21 personnes ont été tuées depuis le début le 28 décembre à Machhad (nord-est) des rassemblements contre les difficultés économiques et le pouvoir.

Le communiqué de l’Elysée n’a pas fait état de la présence en France de moujahidine mais a précisé que les deux présidents avaient évoqué l’accord nucléaire de 2015, « dont la France soutient l’application stricte, sous supervision internationale ». M. Rohani « a demandé l’appui de la communauté internationale pour défendre cet accord et respecter les engagements pris », a précisé la présidence française.

L’avenir de cet accord est incertain après la décision du président américain Donald Trump de le remettre en cause.

MM. Rohani et Macron ont également discuté de la situation au Moyen-Orient, notamment en Irak et en Syrie, le président français appelant à « un dialogue renforcé sur le contrôle des armements, y compris balistiques, dans la région » selon l’Elysée.

La visite de M. Le Drian, pour laquelle une nouvelle date sera trouvée selon l’Elysée, doit préparer celle de M. Macron, qui a annoncé mi-octobre son intention de se rendre en Iran en 2018.

Romandie.com avec(©AFP / 03 janvier 2018 00h53)                                            

Indignation en France après le passage à tabac de deux policiers

janvier 1, 2018

Paris – Le passage à tabac de deux policiers dans la banlieue de Paris dans la nuit de la Saint-Sylvestre a soulevé une vague d’indignation en France, où le président Emmanuel Macron a dénoncé un « lynchage lâche et criminel ».

Au total, huit policiers et trois militaires ont été blessés en France dans la nuit de dimanche à lundi, au cours de laquelle 1.031 véhicules ont été incendiés et 510 personnes arrêtées, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

Le nombre de véhicules incendiés, soit directement soit par propagation, est passé de 935 l’année dernière à 1.031, a précisé le ministère, le nombre de personnes interpellées de 456 à 510.

A Champigny-sur-Marne, dans la banlieue est de Paris, deux policiers –un homme et une femme– appelés pour une rixe pendant une soirée privée ont été pris à partie et roués de coups peu avant minuit.

Des vidéos largement reprises sur les réseaux sociaux montrent un grand nombre d’individus se précipitant sur un véhicule retourné. Une femme en uniforme, à terre, encerclée, reçoit des coups de pied pendant que plusieurs personnes s’acharnent sur le véhicule.

Les renforts policiers, arrivés sur place, « ont fait usage de tirs de grenades et de moyens de désencerclement » pour venir en aide à leurs collègues agressés, selon une source proche du dossier. Les deux policiers souffrent l’un d’une fracture du nez, l’autre de commotions au visage. Plusieurs véhicules des pompiers et de la sécurité civile ont été saccagés.

Deux personnes ont été interpellées pendant ces affrontements, mais les agresseurs des deux policiers restent en fuite, selon la même source.

L’incident a provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux en France. Le président Emmanuel Macron a promis, sur Twitter, que les « coupables du lynchage lâche et criminel des policiers » seront « retrouvés et punis ».

« Honneur à la police et soutien total à tous les agents bassement agressés », a-t-il affirmé.

« S’attaquer à nos forces de sécurité, c’est s’attaquer à notre République », a tweeté le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

« Ces scènes d’une rare violence viennent rappeler que perdure et s’amplifie dans notre pays, à côte de la menace terroriste, une insécurité confinant parfois à la guérilla urbaine », a dénoncé pour sa part la présidente du Front national (extrême droite) Marine Le Pen.

Quelque 140.000 policiers, gendarmes, militaires, sapeurs-pompiers et personnels de secours avaient été mobilisés durant la nuit de la Saint-Sylvestre.

En octobre 2016, la violente agression de deux policiers, grièvement blessés par des cocktails Molotov dans leurs voitures à Viry-Châtillon, dans la banlieue sud de Paris, avait déclenché un mouvement de protestation inédit parmi les forces de l’ordre françaises. Les policiers avaient manifesté pour exprimer leur « malaise » face à la « haine anti-flics », et dénoncer le manque de moyens financiers.

Romandie.com avec (©AFP / 01 janvier 2018 20h54)                   

France/Turquie: Macron recevra vendredi Erdogan, parlera des « droits de l’homme » (Paris)

décembre 30, 2017

Paris – Le président français Emmanuel Macron recevra vendredi à Paris son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, avec lequel il abordera notamment « la question des droits de l’homme », a annoncé samedi soir l’Elysée.

M. Erdogan avait annoncé plus tôt dans la journée qu’il se rendrait en France vendredi pour discuter des relations bilatérales entre Paris et Ankara, sans préciser s’il rencontrerait son homologue français.

Cet entretien entre les deux hommes, « qui fait suite aux conversations régulières des derniers mois, sera l’occasion d’évoquer les questions liées aux relations bilatérales entre nos deux pays, ainsi que les questions régionales dont notamment un focus tout particulier sur le dossier syrien, sur lequel ils ont de multiples échanges, mais aussi palestinien », a précisé l’entourage du chef de l’Etat français.

Il s’agit de la première visite du président turc en France depuis le putsch manqué du 15 juillet 2016 et l’élection d’Emmanuel Macron en mai 2017, mais les deux hommes ont déjà eu l’occasion de se rencontrer lors de sommets internationaux.

M. Erdogan avait mentionné l’éventualité d’une telle visite il y a quelques jours, se félicitant notamment que Paris n’ait pas « laissé tomber » la Turquie sur la question de Jérusalem alors qu’Ankara a très vivement condamné la décision américaine de reconnaître cette ville comme capitale d’Israël.

Le 10 décembre, Emmanuel Macron avait demandé à son homologue, lors d’un entretien téléphonique, de « contribuer à l’apaisement » entre Israël et les Palestiniens et « d’éviter les répercussion négatives dans l’ensemble de la région ».

Le président français lui avait rappelé « que la France désapprouvait la décision des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et de transférer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem ».

– Tension entre la Turquie et l’Union européenne –

L’annonce de cette visite à Paris survient alors que la Turquie a vu en 2017 ramenées quasiment à l’arrêt les négociations au long cours sur sa candidature d’adhésion à l’UE tandis qu’une crise l’opposait à l’Allemagne à propos de la répression de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

Si la chancelière allemande Angela Merkel s’était dit favorable à un arrêt de ces négociations, Emmanuel Macron avait exprimé, dans une interview au quotidien grec Kathimerini en septembre, sa volonter d' »éviter les ruptures » entre l’UE et la Turquie,un « partenaire essentiel » sur de nombreux dossiers, notamment la crise migratoire et la lutte contre le terrorisme.

Le président français avait néanmoins estimé, dans cet entretien, que « la Turquie s’est objectivement éloignée de l’Union européenne ces derniers mois, avec des dérives préoccupantes qui ne peuvent pas rester sans conséquence, sur le projet concernant l’union douanière par exemple ».

MM. Macron et Erdogan ont également régulièrement échangé cette année à propos de l’arrestation des journalistes français Loup Bureau, détenu plus de 50 jours car accusé d’appartenir à une « organisation terroriste », et Mathias Depardon, détenu un mois en Turquie pour « propagande terroriste ».

Tous deux avaient finalement été expulsés vers la France.

Les relations entre la Turquie et l’Union européenne s’étaient particulièrement tendues lors de la campagne pour le référendum du 16 avril sur la révision constitutionnelle renforçant les pouvoirs du président turc, lorsque plusieurs pays, dont l’Allemagne et les Pays-Bas, avaient refusé la tenue sur leur sol de meetings tenus par des ministres turcs.

Or, la France avait alors autorisé le ministre turc des Affaires étrangères à tenir un meeting électoral à Metz, dans l’est du pays.

Par ailleurs, la Turquie a signé en novembre une lettre d’intention avec la France et l’Italie ouvrant la voie à l’achat par Ankara de missiles sol-air au consortium franco-italien Eurosam.

M. Erdogan a déclaré cette semaine vouloir « avoir de bonnes relations avec l’UE et avec les pays de l’UE », dans le but de « réduire le nombre d’ennemis et augmenter le nombre d’amis », a-t-il ajouté dans des propos rapportés par plusieurs journaux turcs, dont le quotidien Hürriyet.

Romandie.com avec(©AFP / 30 décembre 2017 19h59)                                            

Le président français félicite Weah pour son élection et l’invite en France

décembre 29, 2017

Paris – Le président français Emmanuel Macron a félicité sur Twitter l’ancien footballeur George Weah « pour sa brillante élection » à la présidence du Liberia, avant de s’entretenir avec lui vendredi par téléphone pour l’inviter en France, selon la présidence française.

« Félicitations à George Weah pour sa brillante élection et à l’ensemble du peuple libérien pour le chemin parcouru vers la paix et la réconciliation. Congrats Mister George », a écrit le chef de l’État dans un tweet en français, doublé d’un message en anglais.

Un peu plus tard, le président français a appelé son nouvel homologue pour le féliciter directement et « l’assurer de son soutien », en soulignant « la place particulière qu’il avait conservée dans le coeur des Français », a indiqué son entourage.

« Tous deux ont partagé le souhait de développer davantage les liens entre la France et le Liberia » et Emmanuel Macron a invité George Weah « à se rendre en France, ce que le nouveau président du Liberia a accepté », a ajouté l’Élysée.

Au second tour de la présidentielle, George Weah a recueilli 61,5% des suffrages, contre 38,5% pour son adversaire, le vice-président Joseph Boakai, selon des résultats officiels portant sur plus de 98% des suffrages annoncés en début de soirée jeudi, 48 heures après la fermeture des bureaux de vote.

Attaquant star de Monaco, du PSG et du Milan AC dans les années 1990, George Weah doit prêter serment le 22 janvier, marquant ainsi la première transition démocratique depuis plus de 70 ans dans ce pays anglophone d’Afrique de l’Ouest.

Romandie.com avec (©AFP / 29 décembre 2017 14h05)                                            

France: l’anniversaire royal du président Macron critiqué par ses détracteurs

décembre 16, 2017

brig

Brigitte et Macron

Paris – Le président français Emmanuel Macron fête ce week-end ses 40 ans près du château de Chambord, ancienne demeure de François Ier, un anniversaire royal dénoncé par les détracteurs du « président des riches ».

M. Macron, qui aura 40 ans jeudi, fête son anniversaire samedi soir dans un salon du château, un des plus beaux joyaux architecturaux de la Loire, a indiqué le quotidien local La Nouvelle République.

Les services de la présidence française ont simplement confirmé que « le président et son épouse (Brigitte) passent le week-end à titre privé dans le Loir-et-Cher, à proximité du château » de Chambord, « sur les deniers personnels du président de la République ».

Selon plusieurs médias, Emmanuel Macron réside à la Maison des réfractaires, ancienne maison forestière située « au coeur du domaine royal, à quelques mètres du château », selon son site internet.

Cette demeure abrite dorénavant plusieurs gîtes 4 étoiles qu’on peut louer pour le prix de 800 à 1.000 euros pour un week-end.

Le château de Chambord, tout proche, est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco et reçoit près d’un million de visiteurs par an. Il a été construit il y a près de cinq siècles sur un caprice du roi François Ier (1494-1547).

Le président Macron est très attaché aux symboles depuis le début du quinquennat, entamé le soir de son élection avec une mise en scène théâtrale, au pied de la Pyramide du Louvre à Paris, dont les accents monarchiques ont pu choquer dans une France qui a guillotiné son dernier roi.

M. Macron a dit vouloir redonner au président de la République un statut à part, le comparant à Jupiter, roi des dieux dans la mythologie romaine, dans le sens où il prend du recul et de la hauteur, en opposition à un président « normal, comme les autres », avait-il expliqué en octobre 2016, avant son élection, dans le magazine Challenges.

Le terme de « jupitérien » est dorénavant régulièrement utilisé par les opposants au chef d’Etat pour le qualifier de président « des riches », déconnecté des moins nantis.

« Pourquoi est-ce qu’il s’en va célébrer son anniversaire à Chambord ? Je suis tellement républicain que tout ce qui touche aux symboles royalistes m’exaspère, je trouve ça ridicule » a commenté Jean-Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise (gauche radicale), cité par le quotidien Le Figaro.

La sénatrice écologiste Esther Benbassa a comparé sur Twitter « les 40 ans qu’@EmmanuelMacron au château de #Chambord » aux « malheureux 1,24% de revalorisation » du salaire minimum tout récemment annoncé par le gouvernement.

« Pendant que les Français subissent impôts, insécurité, immigration, M. Macron fête ses 40 ans à #Chambord. Les époques passent, l’oligarchie coupée du peuple reste », a pour sa part réagi Nicolas Dupont-Aignan (extrême droite).

Romandie.com avec(©AFP / 16 décembre 2017 16h50)                                            

France: Macron reçoit une cinquantaine de Chefs d’États dont Denis Sassou Nguesso

décembre 12, 2017

 

Le président français, Emmanuel Macron a reçu une cinquantaine de Chefs d’Etats dont le congolais Denis Sassou Nguesso, ce mardi à 12h30, au palais de l’Elysée à Paris.

Lors de cette rencontre, Emmanuel Macron a offert un déjeuner prestigieux à ses homologues et aux chefs de délégations du One Planet Summit dans la grande salle des fêtes du Palais. Un acte qui prouve que la nourriture est aussi une affaire d’Etat.

Ce déjeuner prestigieux était organisé à l’occasion du One Planet Summit ouvert ce mardi matin à Ile Seguin, Boulogne-Billancourt à Paris.

Le but officiel de cette journée, qui regroupe des centaines d’organisations, d’entreprises ainsi qu’une cinquantaine de Chefs d’Etats, est de trouver de l’argent pour financer l’énorme transition énergétique mondiale nécessaire pour limiter le réchauffement climatique à 2°C, voire 1,5°C, comme le précise l’Accord de Paris.

Selon plusieurs sources, le One Planet Summit qui réuni 130 pays et 4.000 invités devrait notamment permettre à des entreprises, organisations ou regroupements d’Etats, villes et collectivités de dévoiler de nouveaux engagements, à plus ou moins court terme.

Germaine Mapanga / Les Echos du Congo Brazzaville