Posts Tagged ‘Tunisie’

Coupe du monde 2022 : la Tunisie dos au mur

novembre 26, 2022

DÉCEPTION. Bien entrée dans la compétition avec un match nul contre le Danemark, la Tunisie s’est fait surprendre par l’Australie avant le choc contre la France.

Le joueur Ali Abdi cherche la parade durant le match contre l'Australie, a Al Wakrah. Il faut dire que les Aigles de Carthage n'ont jamais trouve la solution pour renverser les Socceroos.
Le joueur Ali Abdi cherche la parade durant le match contre l’Australie, à Al Wakrah. Il faut dire que les Aigles de Carthage n’ont jamais trouvé la solution pour renverser les Socceroos.© FOTO OLIMPIK / NurPhoto via AFP

Stérile offensivement, la Tunisie s’est mise dans une situation très délicate au Mondial en s’inclinant samedi 1-0 contre l’Australie, mais elle veut croire à l’exploit contre la France lors du troisième match, mercredi, pour passer en huitièmes de finale. Une victoire contre les champions du monde en titre est impérative, mais pas suffisante. Les Aigles de Carthage auront besoin d’une conjoncture favorable dans l’autre match qui opposera l’Australie au Danemark. Pour les « Socceroos », la situation est plus claire puisqu’une victoire contre le Danemark lui ouvrirait les portes de la phase à élimination directe.

« On a bien conscience que le prochain match sera face à un adversaire très fort, mais il y a parfois des surprises », a lancé, après le match, le sélectionneur Jalel Kardi, qui a estimé que son équipe n’avait « pas mérité de perdre ». Mais il a reconnu qu’elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. « Il faudra que l’on donne le meilleur de nous-mêmes, espérer concrétiser nos occasions et corriger nos erreurs des matchs précédents. »

Une Tunisie timidement dangereuse

Après vingt premières minutes soporifiques, où l’Australie a monopolisé le ballon mais sans jamais porter le danger vers le but d’Aymen Dahmen, les Tunisiens se sont fait surprendre sur la première occasion adverse.

Sur un contre, Mitchell Duke a repris victorieusement de la tête un centre dévié de Craig Goodwin, l’homme qui avait marqué l’unique but australien contre la France (4-1). « Ce match, on l’a perdu surtout en première période, surtout dans les 30 premières minutes », a pesté le milieu de terrain Naïm Sliti.

Ce but n’a pas vraiment réveillé les Tunisiens, présents dans l’engagement physique mais longtemps dénués d’inspiration offensive. Il a fallu attendre la 38e minute pour voir la première action tunisienne intéressante, lorsque le capitaine Youssef Msakni a tenté de s’infiltrer dans la défense adverse, en vain.

Les Tunisiens, qui avaient montré d’autres qualités lors de leur entame de compétition contre le Danemark (0-0), ont de nouveau souffert du même mal : un manque de réalisme rédhibitoire.

Ils se sont créé deux occasions franches juste avant la pause, Mohamed Dräger, à la conclusion d’un contre, obligeant d’abord le gardien australien Mathew Ryan à une belle parade (41e), avant que Msakni, encore lui, ne rate le cadre dans une position idéale face au but, à la réception d’un centre d’Issam Jebali (45+ 3).

La défense australienne n’a pas plié face à la pression tunisienne

Les Tunisiens sont revenus après la pause avec de bien meilleures intentions, soutenus par plus de 20 000 supporteurs.

Possession, tentative de percussion, utilisation des couloirs. Tout y était, sauf l’efficacité qui a fui les Nord-Africains : Jebali s’est enferré dans la défense (52e), Msakni a échoué sur Ryan, juste avant de tenter un tir de loin encore capté par le portier australien (72e). Ni Msakni, qui à 32 ans revient de blessure et a peu joué dans son club qatari de tout le mois d’octobre, ni le Montpelliérain Wahbi Khazri, entré en fin de match pour tenter de sauver son équipe, n’ont réussi à faire oublier l’absence lors de ce Mondial d’un véritable buteur tunisien.

Plus maîtres de leur destin, les Tunisiens refusent de s’avouer vaincus par avance face à des Bleus qui, s’ils battent le Danemark en soirée, seront déjà qualifiés. « Il y a eu des exploits dans le football, maintenant on va jouer la France, il faut gagner, et si on gagne on aura peut-être une chance de se qualifier », a résumé Sliti. La France, « c’est la grande nation du groupe, donc il faudra faire un exploit, mais on en est capable. Dans les grands rendez-vous on est là. On va bien étudier nos erreurs d’aujourd’hui pour revenir plus fort », a-t-il promis. « Peut-être que les gens n’y croient pas, mais moi j’y crois, jusqu’à la dernière minute je vais y croire. On a un rêve et ça continue », a-t-il conclu.

Avec Le Point avec AFP

Niger, RDC, Tunisie… Qui sont les gagnants et les perdants de la crise ?

octobre 14, 2022

En Afrique, les déséquilibres macroéconomiques atteignent des niveaux jamais vus depuis plusieurs décennies. Pourtant, certains pays s’en sortent mieux que d’autres. Décryptage à la lumière du dernier rapport du FMI.

L’île de Mahé, aux Seychelles, en 2019. © Yasuyoshi Chiba/AFP

En 2022, en Afrique, la reprise économique a été brisée par le ralentissement mondial, par le durcissement des conditions financières et par la volatilité du prix des matières premières. En 2021 l’activité sur le continent avait rebondi, et le PIB avait crû de 4,7 %. Changement de décor en 2022, année pour laquelle le Fonds monétaire international (FMI) s’attend à une progression de +3,6% des revenus, soit un recul de 1 point de croissance sur un an.

Dans son rapport, le FMI observe une certaine hétérogénéité dans les trajectoires des pays de la région. Les estimations de 2022 ont été revues à la hausse pour l’Afrique du Sud grâce à la forte reprise de l’activité des services, et malgré l’impact des inondations, des coupures d’électricité et des grèves. En revanche, pour 33 des 44 pays passés au crible, la situation est bien moins favorable.

Les Seychelles (+10,9%) et le Malawi (+0,9%) occupent respectivement la première et la dernière place du podium. Entre les deux, le Nigeria et le Soudan du Sud (+6,1%), ainsi que la Guinée équatoriale, le Congo, le Rwanda et Maurice (+6%) s’en sortent bien. Le Gabon, le Mali (+2,5%) et la Centrafrique (+1,5%) peinent, pour leur part, à relancer leur économie.

Top 5  des taux de croissance les plus élevés en 2022

Taux de croissance du PIB
Taux de croissance du PIB

Les 5 taux de croissance les moins élevés en 2022

Taux de croissance Afrique bas © Taux de croissance du PIB. Source : FMI
Taux de croissance Afrique bas © Taux de croissance du PIB. Source : FMI

Le spectre du surendettement

S’agissant de la dette publique, 19 des 35 pays à faibles revenus sont en situation de surendettement ou de risque élevé dans ce domaine. À leur tête, la RDC (où la dette représente 85% du PIB), le Ghana (81,8%) et la Tunisie (80%).

L’endettement régional se rapproche désormais des niveaux observés au début des années 2000, avant l’adoption de l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés. Toutefois, la composition de ces dettes est à présent différente. L’émergence de créances sous forme de fonds privés a, par ailleurs, « entraîné une hausse des coûts du service de la dette et engendré des risques de refinancement », note le Fonds.

Composition de la dette publique en Afrique subsaharienne en % du PIB © Composition de la dette publique en Afrique subsaharienne en % du PIB. Source : FMI
Composition de la dette publique en Afrique subsaharienne en % du PIB © Composition de la dette publique en Afrique subsaharienne en % du PIB. Source : FMI

Inflation grandissante

Sur le front de l’inflation et comparées aux projections publiées en avril 2022, les prévisions ont été significativement revues à la hausse. En glissement annuel, la médiane régionale a augmenté de près de 2 points, portant la prévision de la fin de 2022 à 8,7% en moyenne, avec un minimum de 6%, et un maximum 12,2% selon les pays. L’Angola constitue une exception notable : l’inflation y a diminué de plus de 3 points en raison de l’appréciation rapide du kwanza, associée à la hausse des prix du pétrole.

Taux d’inflation en Afrique subsaharienne
Taux d’inflation en Afrique subsaharienne

Pour l’institution de Bretton Woods, « une hausse du taux directeur pour faire face à la montée de l’inflation et aux pressions sur les taux de change peut s’avérer nécessaire dans les pays particulièrement touchés », comme le Zimbabwe et le Ghana.

À noter toutefois que ces hausses interviennent dans le contexte d’une reprise encore fragile et de besoins sociaux élevés. « Jusqu’à présent, la hausse de l’inflation était principalement due à des facteurs externes. À l’avenir, la demande devrait rester relativement faible, notamment en raison [des mesures] d’assainissement budgétaire », conclut le rapport.

Avec Jeune Afrique par Yara Rizk

Tunisie : Kaïs Saïed, l’Iran et le chiisme

août 5, 2022

Rumeurs de visites de pèlerins chiites, tropisme iranien de Kaïs Saïed, changement d’identité religieuse… Depuis plusieurs semaines, la question chiite agite la très sunnite Tunisie.

Commémoration du martyre de l’imam Hussein, petit-fils du Prophète, pendant la ‘Achoura, à Kerbala, en Irak. © HAIDAR MOHAMMED ALI / AFP

Depuis quelques jours, la rumeur se fait insistante à Tunis : 263 Iraniens sont attendus à Mahdia (Est) pour commémorer la ‘Achoura, les 7 et 8 août. Et un autre groupe d’Algériens chiites devrait en faire autant à Kairouan (Centre). Un événement qui ne revêt pas le même sens pour les sunnites et les chiites.

Pour ces derniers, la ‘Achoura est la commémoration du martyre de l’imam Hussein et de sa famille durant la bataille de Kerbala, en 680, alors que les sunnites rendent grâce à Dieu d’avoir permis à Moïse de traverser le mer Rouge et d’échapper à Pharaon.

L’information surprend, la Tunisie n’étant pas une terre de pèlerinage ou de tourisme religieux. Mais ces derniers mois, la question chiite revient de manière régulière et persistante.

Les chaînes télé Telvza TV et Attounissia se sont emparées du sujet avec un reportage de vulgarisation sur Kerbala en Irak ou des débats avec le cheikh chiite Ahmed Salmane de l’association Ahl El Beyt. Cette petite musique interpelle une opinion essentiellement sunnite malékite, peu coutumière des confrontations confessionnelles.

Les liens MTI-Téhéran

« Pourquoi parle-t-on autant du chiisme, qui a toujours existé en Tunisie de manière minoritaire ? » s’interroge Kamel, qui admet assimiler les chiites « aux invasions arabes des Banou Hilal au XIe siècle ». Les esprits s’échauffent avec un imaginaire nourri d’approximations historiques. « Il faudrait rétablir la vérité sur les chiites, qui sont musulmans, croient au Prophète et au Coran. On devrait en avoir fini avec la grande discorde… », déplore de son côté un enseignant de Skhira converti au chiisme en 2019.

Sans réellement distinguer le chiisme et l’ismaélisme (une branche du chiisme) des Fatimides, la plupart des Tunisiens situent l’âge d’or des chiites dans leur pays à l’époque du califat fatimide (909-1171). En Tunisie, ce dernier a renversé la dynastie aghlabide (800-909), fondé la ville côtière de Mahdia, avant de s’établir au Caire en 973.

La communauté chiite compte aujourd’hui en Tunisie près de 5 000 fidèles. Une progression qui remonte à la lointaine révolution iranienne de 1979. À ses premières heures, la République islamique a accueilli des militants tunisiens du Mouvement de la tendance islamique (MTI) persécutés par le régime de Bourguiba, puis de Ben Ali. Ultime témoignage de ses liens, en 2018, le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, était présent à la fête de la révolution à l’ambassade iranienne à Tunis.

Impressionnés par l’effervescence et les promesses de la révolution iranienne, certains Tunisiens ont cherché à s’en inspirer pour provoquer une révolution islamique sunnite similaire. Un moment marquant qui a également conduit des islamistes au chiisme, comme Mbarek Baadech, chef de la communauté à Gabès. Mais, de façon contre-intuitive, la sphère chiite intéresse également des militants de la gauche nationaliste arabe, davantage attirés par l’anti-impérialisme du régime iranien et de son protégé libanais le Hezbollah que par le mysticisme chiite.

Le Sud, terre de prosélytisme

Une tendance générale que l’ancien président Zine al-Abidine Ben Ali a contrée « en s’accordant avec l’Iran pour que la révolution islamique ne fasse pas de prosélytisme en Tunisie et ne se rapproche pas des islamistes tunisiens », rappelle le politologue Slaheddine Jourchi.

« C’est après 2011 et la chute du régime que des associations, dont l’influente Ahl El Beyt et son réseau international, ont eu pignon sur rue en finançant et en menant des actions dans le cadre culturel et associatif », raconte un proche du courant chiite qui rappelle le rôle du centre culturel iranien, lequel se livrait discrètement au prosélytisme sous couvert d’activités culturelles.

Mais la chute du régime de Ben Ali et la sortie de la clandestinité des islamistes tunisiens ont favorisé l’apparition d’un courant salafiste violemment anti-chiite. Dans ses prêches en 2012-2013, le cheikh intégriste Béchir Ben Hassen réclamait ainsi la déchéance de nationalité, voire l’exécution pour les chiites tunisiens. Des propos brutaux qui ont fait dire au cheikh Mbarek Baadach que la religion des adeptes du cheikh Ben Hassen « est autre que celle de Mohammed ».

« Il n’y a pas de déploiement chiite en Tunisie mais une minorité qui jouit des libertés accordées par le pays », tempère le journaliste Wajdi Ben Messaoud, qui a travaillé sur le sujet.

De nombreux Tunisiens ignorent que le chiisme a pris ses quartiers principalement dans le Sud, région rude et conservatrice. « C’est une survivance des Fatimides. Le chiisme a été préservé par le fait qu’il était vécu en communauté, mais comme un secret de famille ou de tribu », explique Wajdi Ben Mansour. Reste que le travail du cheikh Mbarek Baadech a fait de Gabès un foyer chiite qui rayonne jusqu’à Ksibet El Mediouni (Sahel).

Dans la région du Djerid (Sud-Ouest), le cheikh Tijani Smaoui relaie depuis Gafsa la tradition chiite à laquelle il s’est initié après un voyage initiatique qui l’a conduit jusqu’en Irak.

Mais dans cette région profondément marquée par le soufisme et où le prestige des marabouts est encore vivace, cette présence soulève des inquiétudes. « Il faudrait aimer suffisamment ce pays pour lui éviter d’être divisé en deux clans qui s’affronteraient sans raison tangible sur un si petit territoire… », assène Meriem, une militante pour la laïcité originaire de Mahdia.

Sur la dernière décennie, Téhéran a ainsi pu, par son entregent en Tunisie, poser un pied au Maghreb et s’ouvrir vers l’Afrique, une approche inenvisageable en Algérie et au Maroc.

Fascination pour l’Iran

Le petit tropisme iranien du président Kaïs Saïed suscite également des interrogations. Son rapport à l’Iran intrigue depuis sa prise de fonction en octobre 2019 et sa volonté de s’entourer de proches comme l’ancien ambassadeur tunisien à Téhéran, Tarak Bettaieb, qui sera son chef de cabinet. Naoufel Saïed, frère et conseiller officieux du président, co-dirigeant de la Ligue tunisienne pour la culture et la pluralité, est un admirateur notoire de la pensée de l’Iranien Ali Shariati, l’idéologue de la révolution iranienne.

« De là à affirmer que le président est un crypto-chiite, il y a une grande marge. Il n’y a que quelques présomptions », commente le sociologue Mouldi Gassoumi. Qui reprend : « Le régime que veut instaurer Kaïs Saïed est un régime présidentiel ultra renforcé où il incarne un pouvoir absolu », à l’image des pouvoirs extensifs que l’article 107 de la Constitution iranienne octroie au Guide de la révolution. « Sa fascination pour l’Iran est évidente mais le chiisme n’est pas le monopole de l’Iran… », admet un soutien de Kaïs Saïed.

Ce tropisme iranien de Kaïs Saïed provoque incontestablement des remous, notamment au sein du Parti destourien libre (PSL) de Abir Moussi, dont l’un des membres dénonce dans les colonnes du médias Business News « la falsification de la volonté des Tunisiens et le recours à un référendum illégitime et illégal afin de forcer le passage, en Tunisie, vers un système politique similaire et inspiré de l’expérience de la révolution iranienne et du règne de l’ayatollah Rouhollah Khomeiny ».

Le juriste Sadok Belaïd, dont le projet de Constitution n’a pas été retenu par le président Kaïs Saïed, se fait le relais de ces craintes dans une conférence sur la loi fondamentale donnée le 22 juillet 2022. Évoquant l’émergence du chiisme en Tunisie avec le consentement du pouvoir, il a ainsi affirmé que « l’enjeu est la transformation profonde de l’identité tunisienne ».

Avec Jeune Afrique par Frida Dahmani – à Tunis

Tunisie : pour la Fête de l’indépendance, Kaïs Saïed fait le procès de l’ère Bourguiba

mars 21, 2022
Kaïs Saïed, lors de son discours du 20 mars 2022. © DR

À l’occasion de la fête du 20 mars, le président tunisien a réservé un discours quelque peu surprenant à ses concitoyens, alors que son projet de consultation nationale s’est soldé par un échec.

Avant de devenir président, Kaïs Saïed était enseignant. Il ne l’a pas oublié. Pour commémorer les soixante-six ans de l’indépendance, il a troqué à minuit, entre le 20 et le 21 mars, ses notes de juriste pour se faire historien.

Toute la journée, les Tunisiens ont attendu que le président de la République évoque les pères fondateurs de leur pays en un hommage fédérateur. Tout s’est déroulé comme si le gouvernement, accaparé par la préparation de décrets examinés lors d’un conseil ministériel convoqué au pied levé en cette fin de journée du 20 mars, avait occulté la Fête de l’indépendance. Certaines rumeurs faisaient état d’un président très affecté après la dégradation à CCC de la note souveraine de la Tunisie par Fitch Ratings, le 18 mars.

Avant le conseil des ministres, le président a choisi de valoriser les trois décrets en question, dont ceux de la réconciliation nationale et de la création d’entreprises citoyennes. Des projets qu’il a déjà abondamment présentés et dont « on attend de voir l’application », selon un membre du courant des Citoyens contre le coup d’État.

Mais les interrogations de l’opinion sur la célébration de l’anniversaire de l’indépendance semblent être remontées jusqu’à Carthage et ont provoqué une intervention in extremis avant que la journée du 20 mars ne s’achève. « Kaïs Saïed attendait aussi la fin de la consultation nationale en ligne qui se terminait à minuit », signale plus prosaïquement un observateur de la vie du Palais.

Les travers du parti unique

Cette consultation en ligne constitue la première étape cruciale du projet présidentiel, dont le chef d’État compte intégrer les résultats à la Constitution qu’il va soumettre au référendum le 25 juillet 2022. Il s’est ainsi félicité du succès de la démarche, 534 915 Tunisiens s’étant exprimés, soit « plus de suffrages que certains partis aux législatives », a-t-il rappelé. En rapportant ce chiffre à un corps électoral de plus de 8 millions d’électeurs, force est de constater que l’enthousiasme présidentiel a quelque chose de forcé.

LE PRÉSIDENT TUNISIEN S’EST LIVRÉ À UNE RÉTROSPECTIVE DE L’HISTOIRE MODERNE DU PAYS, RÉINTERPRÉTÉE À SA MANIÈRE

Mais Kaïs Saïed, loin de s’interroger sur la pertinence de son initiative, dénonce plutôt les malveillances et les offensives technologiques destinées à bloquer le site de la consultation. Il évoque une coupure d’internet, fomentée par des hackers, mais aussi des manipulations qui auraient permis de changer de manière ciblée l’indicatif téléphonique de la Tunisie de 216 en 212, ce qui aurait empêché des citoyens de recevoir un code d’identification et d’accéder au formulaire.

Surtout, le président tunisien s’est livré à une rétrospective de l’histoire moderne du pays, réinterprétée à sa manière. Sans faire référence au Premier ministre Tahar Ben Ammar (1889-1985), signataire de l’indépendance, Kaïs Saïed est abondamment revenu sur les années de la construction nationale, tout en dénonçant les travers du régime de Bourguiba et du parti unique.

Il cite ainsi la réduction des libertés, le complot de 1962, les tribunaux exceptionnels et l’interdiction du Parti communiste. Il fustige aussi le Parti socialiste destourien (PSD) qui n’a pas su, à l’issue du congrès de Monastir en 1974, accepter le principe de la pluralité politique.

Poids des symboles

L’hostilité de Kaïs Saïed à Bourguiba n’est pas un secret mais sa sortie est interprétée comme une tentative de réduire l’aura de celui qui est encore considéré comme le père de la Nation. « Kaïs Saïed ne fait pas la part des choses alors qu’il a bénéficié du système Bourguiba », dénonce une militante du Collectif contre le coup d’État.

« Le président agit et s’exprime comme s’il voulait s’accaparer le passé du pays et substituer aux faits historiques ses propres actions. Le 25 juillet, Fête de la République, il a mis la main sur tous les pouvoirs, et le 20 mars 2022, Fête de l’indépendance, il a signé des décrets dont il estime qu’ils sont un temps fort de l’histoire nationale », précise un historien qui souhaite conserver l’anonymat.

« Les décrets ne valent que par leur pertinence », s’agace de son côté Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), qui souhaite la tenue d’un dialogue national.

Pour ce discours à la tonalité historique, les services de communication de la présidence ont imaginé faire signer les décrets à Saïed sur la table qui a servi à signer le traité du Bardo (1881), par lequel la Tunisie est devenue protectorat français.

« Il n’en est rien. Le guéridon du traité figure parmi les pièces bien connues présentes au palais Ksar Saïd et ne ressemble en rien à celui filmé par Carthage », affirme une conservatrice qui a travaillé en 2016 sur « L’éveil d’une nation », exposition portant sur le réformisme tunisien et les origines du protectorat, dont cette pièce était un élément majeur.

Avec Jeune Afrique par Frida Dahmani – à Tunis

Maroc, Algérie, Tunisie : comment les États s’organisent face à l’offensive russe en Ukraine

février 24, 2022
Gare centrale de Kiev, le 24 février 2022. © REUTERS/Volodymyr Petrov

Pour la plupart étudiants, les ressortissants des pays du Maghreb vivant en Ukraine se retrouvent pris au piège d’un conflit qui ne les concernent pas. Quels sont les dispositifs mis en place par leurs États pour les assister ou les rapatrier ?

Le 22 février, alors que l’escalade des tensions entre la Russie et l’Ukraine fait craindre au monde un embrasement militaire imminent, le ministère tunisien des Affaires étrangères estimait que la situation était sous contrôle, tout en invitant ses ressortissants en Ukraine a demeurer en contact avec la chancellerie tunisienne à Moscou.

Moins de 48 heures après cet avis, les premiers tirs provoquent la panique au sein de la communauté tunisienne. Ils sont 1 500, principalement des étudiants, à se sentir livrés à eux-mêmes, au cœur d’une guerre qui ne les concernent pas.

Acheminement depuis la Roumanie

Certains ont été rapatriés par précaution par leurs familles, mais la plupart sont restés chez eux à Odessa et Kharkiv, deux villes ciblées par les premiers tirs russes, selon Tarek Aloui, président de l’Association des Tunisiens d’Ukraine, qui insiste sur la nécessité d’un rapatriement rapide vers la Tunisie.

En attendant, il invite les Tunisiens présents en Ukraine à rester chez eux, à se faire connaître auprès de l’ambassade à Moscou – la Tunisie ne dispose pas d’ambassade à Kiev –, à rester en contact via les réseaux sociaux et à avoir toujours sur eux leurs documents d’identité.

AVEC 10 000 RESSORTISSANTS, LES MAROCAINS REPRÉSENTENT LA DEUXIÈME COMMUNAUTÉ ESTUDIANTINE EN UKRAINE

Des consignes qui permettraient de faciliter l’organisation d’un départ collectif en dépit de la fermeture de l’espace aérien ukrainien. Le gouvernement tunisien négocie actuellement avec la Roumanie l’autorisation d’acheminer les ressortissants tunisiens par bus depuis la frontière ukrainienne jusqu’à un aéroport roumain d’où ils pourraient décoller pour Tunis.

À plus long terme, les étudiants tunisiens pourraient voir leur avenir compromis, les autorités ukrainiennes ayant déjà fait savoir aux étudiants étrangers qui quittent le territoire qu’ils ne seront pas autorisés à revenir et à se réinscrire dans les facultés.

Quand, le 12 février, Vladimir Poutine dénonce « l’hystérie américaine » à propos d’une potentielle invasion russe en Ukraine, le Maroc n’en prend pas moins la situation au sérieux. Avec 10 000 ressortissants, les Marocains représentent la deuxième communauté estudiantine en Ukraine.

Dans un communiqué, l’ambassade du Maroc à Kiev a donc appelé les ressortissants marocains à quitter le pays « pour leur sécurité » et les citoyens marocains souhaitant se rendre en Ukraine à reporter leur voyage.

Vols spéciaux

Les services consulaires marocains ont également mis en place trois numéros de téléphone à destination des ressortissants ayant besoin d’assistance, sans toutefois prévoir d’opération d’évacuation spécifique.

Pour rappel, dès la fin du mois de janvier, de nombreux étudiants ont manifesté leur volonté de rentrer au royaume face à l’éventualité d’une attaque russe. L’ambassade du Maroc à Kiev leur avait rétorqué que leur rapatriement était tributaire de la réouverture des frontières marocaines – à nouveau ouvertes depuis le 7 février.

La Royal Air Maroc (RAM) et Air Arabia ont mis en place des vols spéciaux (Casablanca-Kiev et Tanger-Kiev) dès le 15 février pour pallier l’absence de vols commerciaux directs entre le Maroc et l’Ukraine.

UN DÉPART D’UKRAINE IMPLIQUE, POUR LES ÉTUDIANTS MAROCAINS, ALGÉRIENS ET TUNISIENS, UNE EXPULSION PURE ET SIMPLE DE LEUR UNIVERSITÉ

Les Marocains désireux de rentrer devront débourser 4 700 dirhams (443 euros) pour la RAM et 4 100 dirhams (387 euros) pour Air Arabia. Le 16 février, Valerian Shuvaev, ambassadeur de la Fédération de Russie à Rabat, a commenté ces mesures admettant que « la décision marocaine est souveraine », mais que « l’appel au retrait collectif est d’une logique incompréhensible, politiquement et humainement ».

Limiter les déplacements

Depuis, plusieurs centaines d’étudiants sont rentrés au bercail, soulagés mais très inquiets pour leur avenir. En effet, un départ d’Ukraine implique, pour les étudiants marocains, algériens et tunisiens, une expulsion pure et simple de leur université, sans espoir de s’y réinscrire.

L’ambassade d’Algérie en Ukraine a de son côté appelé ses ressortissants, au nombre de 10 000, à « faire preuve de vigilance, en respectant les instructions données par les autorités ukrainiennes, notamment celles liées à la nécessité de rester chez soi et de se déplacer uniquement en cas de nécessité absolue ».

Le 12 février, l’ambassade d’Algérie à Kiev a informé les ressortissants algériens de la mise en place d’un numéro vert et leur a recommandé de prendre des mesures de protection et de quitter le pays si nécessaire.

L’ambassade n’a pas été évacuée et les Algériens qui l’ont jointe aujourd’hui ont reçu pour consigne de limiter leurs déplacements et de se protéger.

Par Jeune Afrique

Tunisie : notre collaborateur Mathieu Galtier raconte son passage à tabac par la police

janvier 17, 2022
Des heurts et des arrestations ont marqué la manifestation contre la politique de Kaïs Saïed, le 14 janvier 2022, à Tunis. © YASSINE GAIDI/AFP

Alors qu’il couvrait la manifestation du 14 janvier, le correspondant de « Libération » et collaborateur de « Jeune Afrique » à Tunis a été violemment agressé par les forces de l’ordre. Il témoigne.

Le 14 janvier, Mathieu Galtier, collaborateur de Jeune Afrique à Tunis, couvrait avec d’autres confrères la manifestation marquant à la fois le 11e anniversaire de la chute de Ben Ali et l’opposition au projet politique du président Kaïs Saïed. Ce qui aurait dû être une journée ordinaire dans la vie d’un journaliste a viré au cauchemar pour Mathieu. Son tort ? Avoir voulu faire son travail et tourné des images.

« C’était assez irréel. Par rapport aux manifestations précédentes, celle du 14 janvier n’a pas vraiment drainé la foule des grands jours mais le dispositif policier était totalement disproportionné.

IL FALLAIT QUE JE ME PROTÈGE, JE NE CESSAIS DE HURLER QUE J’ÉTAIS JOURNALISTE

Un déploiement de forces qui se voulait dissuasif pour empêcher l’accès à l’avenue Bourguiba, là où, en 2011, aux abords du ministère de l’Intérieur, quelques milliers de protestataires avaient scellé la fin du régime Ben Ali et inscrit le fameux “dégage” au lexique de la révolution.

Nasse

Une brèche dans le cordon sécuritaire sur l’avenue Mohammed V a permis aux manifestants de se rapprocher de l’avenue Bourguiba, au cœur de Tunis. Les policiers ont ouvert le dispositif, attendu que les manifestants se rassemblent à la croisée des avenues, sur la place de l’Horloge, puis l’ont refermé comme une nasse.

La même technique du piège que celle mise en place lors des mouvements de protestation au quartier Ettadhamen, en janvier 2021, et ceux du 9 avril 2021, selon des témoins. Les camions à eau prennent immédiatement le relais, pendant que les manifestants sont dispersés à coups de matraques et de gaz lacrymogène.

Certains sont arrêtés. A posteriori, il est évident que ce jeu du chat et de la souris et que la bousculade étaient délibérés pour faire un maximum d’arrestations.

J’ai filmé, à ce moment là, l’interpellation musclée d’un homme que les policiers tentaient de mettre dans une fourgonnette. Un agent me demande de ne plus filmer, je lui réponds, en arabe et en français, que je suis journaliste et brandis ma carte de presse.

Ses collègues arrivent, me soulèvent, m’écartent de la manifestation, me mettent au sol entre deux fourgons et commencent à me passer à tabac.

Tout se passe très vite. Dès que j’ai été mis à l’écart, j’ai compris ce qui m’attendait. Je me suis remémoré les positions à adopter pour parer les coups enseignées lors de la formation sécurité de France Médias Monde.

Carte SD confisquée

Il fallait que je me protège, je ne cessais de hurler que j’étais journaliste. De toute évidence, ceux qui distribuaient des coups de brodequins n’en avaient cure. J’essayais d’esquiver en me mettant en position fœtale et en me protégeant la tête.

Ils savaient comment frapper pour faire assez mal sans occasionner de dégâts irréparables. Pour finir, ils m’ont maintenu par les bras, contraint à soulever la tête et l’un d’eux m’a aspergé de gaz lacrymogène à bout portant.

Cet acte délibéré avait pour objectif de me neutraliser pour récupérer mon téléphone. Il ne fallait pas que je sois trop amoché, mais les policiers avaient une certaine latitude pour m’infliger ce qu’ils doivent considérer comme une leçon pour m’ôter toute envie de recommencer.

Je récupérerai ma carte de presse et mon téléphone au commissariat, où je serai conduit après que les pompiers, auxquels je suis reconnaissant, m’ont administré les premiers soins. Mais ma carte SD avec les images de mon reportage a été confisquée, et je m’apercevrai plus tard qu’un cahier de notes a disparu de mon sac, probablement subtilisé pendant que j’étais ausculté par les pompiers. Un moyen de savoir qui sont mes contacts mais est-ce significatif de quoi que ce soit ?

CE PASSAGE À TABAC ME VAUT 15 JOURS D’ARRÊT DE TRAVAIL », RACONTE LE JOURNALISTE ENCORE SOUS LE CHOC

Au commissariat, j’aurai droit à une chaise, alors que des manifestants sont assis à même le sol, et un laconique « c’est bon » me signifiera que je peux quitter les locaux. À l’extérieur, des policiers tentent de minimiser les faits en expliquant, en riant, à des confrères qui m’attendent que “dans des manifs, il est normal de se prendre des lacrymogènes”. »

« Une manière de s’excuser qui n’empêche pas que ce passage à tabac me vaut 15 jours d’arrêt de travail », raconte avec sobriété Mathieu Galtier, encore sous le choc après cette mésaventure, mais bien décidé à continuer à travailler et à couvrir des événements.

Durant cette journée tendue, le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a fait état de 20 journalistes empêchés de travailler ou arrêtés. « Pour une petite manif’, ça interpelle », remarque un cameraman, qui note qu’à l’inverse des mobilisations récentes, les manifestants n’étaient que 1200, selon le ministère de l’Intérieur. Mais, contrairement aux dernières manifestations contre Kaïs Saïed, celle du 14 janvier n’a pas été dominée par le parti islamiste Ennahdha.

Avec Jeuene Afrique par Frida Dahmani – à Tunis

Tunisie : incendie au siège d’Ennahdha, Kaïs Saïed cherche à apaiser les tensions

décembre 10, 2021
Bilan du sinistre : 1 mort et 18 blessés, dont Abdelkrim Harouni, président de la Choura, et Ali Laarayedh, ancien chef du gouvernement et vice-président du parti à la colombe. © FETHI BELAID/AFP

Le siège du parti islamiste a été ravagé par un incendie causé par l’immolation d’un militant. Explications.

Le 9 décembre, en début d’après-midi, un incendie s’est déclaré au siège d’Ennahdha, situé dans le quartier de Montplaisir, à Tunis. Le feu a ravagé une grande partie des locaux du parti islamiste. Bilan : 1 mort et 18 blessés, dont Abdelkrim Harouni, président de la Choura, qui souffre de brûlures, et Ali Laarayedh, ancien chef du gouvernement et vice-président du parti à la colombe, qui présente des fractures après avoir sauté du deuxième étage du bâtiment en feu.

Les rumeurs sur les causes du drame sont allées bon train, avant que les faits ne se précisent : Samir, un militant d’Ennahdha de 51 ans, s’est immolé dans le hall de l’immeuble. Un geste de désespoir et de dépit.

L’homme, qui avait participé à l’attentat contre la cellule du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) à Bab Souika (Tunis) en 1991, avait été libéré en 2006, puis embauché par Ennahdha, qui a renoncé à ses services voilà un an.

UNE PARTIE DE L’OPINION PUBLIQUE S’EST FÉLICITÉE DU DRAME SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Sans emploi, l’homme, qui escomptait percevoir les dédommagements que l’Instance Vérité et Dignité (IVD) avait accordés aux islamistes persécutés par l’ancien régime, n’a pu rencontrer le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, ce qui aurait motivé son passage à l’acte.

Détestation

Le chef du parti et président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) – gelée par le président Kaïs Saïed depuis le 25 juillet – s’est exprimé en fin de journée sur l’identité de celui qu’il qualifie de « martyr » : « Sami a passé plus de dix ans en prison et a mené une longue bataille contre la dictature […]. Même si l’Instance Vérité et Dignité s’est prononcée en sa faveur, Sami a souffert de la discrimination sociale. »

Depuis 2011, de nombreux protestataires ont tenté ou menacé de s’immoler par le feu. Exprimant d’ordinaire son empathie à l’endroit de ceux qui se tuent ainsi par désespoir, une partie de l’opinion publique s’est au contraire félicitée du drame sur les réseaux sociaux. Un phénomène qui en dit long sur la ténacité et l’ampleur de la détestation du parti islamiste. Alors qu’Ennahdha est le principal parti qui pâtit des décisions présidentielles du 25 juillet, Kaïs Saïed ne peut laisser les profondes divisions qui traversent la société mettre en péril son projet.

Dans la matinée du 9, le président s’est réuni avec son trio de conseillers en droit constitutionnel, les professeurs Sadok Belaïd, Amine Mahfoudh et Mohamed Salah Ben Aïssa. Kaïs Saïed se prépare à faire des annonces majeures à l’occasion de la commémoration de la révolution, qu’il vient de fixer au 17 décembre et non plus au 14 janvier.

Le président estime que la Constitution en vigueur n’est pas l’émanation de la volonté populaire et dénonce les politiciens qui cherchent des appuis auprès de puissances étrangères. Ce qui donne une idée des mesures que le chef de l’État va annoncer le 17 décembre.

LE SOIR, LORS D’UNE SÉANCE DU CONSEIL NATIONAL DE SÉCURITÉ, KAÏS SAÏED SE PRÉSENTE COMME FÉDÉRATEUR ET CONCILIANT

Changement de ton en fin de journée après l’incendie au siège d’Ennahdha : celui qui dit vouloir mettre en œuvre ce que « le peuple veut », selon le slogan qu’il a fait sien, se présente lors d’une séance du Conseil national de sécurité comme fédérateur et conciliant. Il s’est dit garant de la continuité de l’État sur un ton apaisé qu’on ne lui connaissait pas.

Pas de marche arrière

Entre le matin et le soir, Kaïs Saïed n’a pas changé d’avis mais il a jugé qu’il fallait calmer les tensions. « Il a bien affirmé et répété qu’il ne compte pas opérer de marche arrière et il faut se le tenir pour dit. Il a révélé que son problème et son projet est d’ordre constitutionnel mais les mesures qu’il prépare ne sont pas toutes les bienvenues, notamment la modification de la loi fondamentale qui revient à reconnaître que le 25 juillet était bien un coup d’État », commente une source proche des Affaires étrangères.

Dans ce contexte tendu, certains craignent que le chef de l’État n’ait recours à la force publique pour enrayer les mouvements de protestation qui s’organisent pour le 17 décembre. « Attendons de voir si les acquis seront préservés par son projet constitutionnel », tempère une militante féministe qui participera à la marche contre les violences faites aux femmes prévue à Tunis le 10 décembre.

Avec Jeune Afrique par RFrida Dahmani – à Tunis

Tunisie : vers un pass vaccinal obligatoire

novembre 29, 2021
À ce jour, plus de 5 millions de Tunisiens ont un schéma vaccinal complet. © FETHI BELAID/AFP

Malgré un taux de vaccination satisfaisant et une baisse des nouveaux cas de Covid-19, la Tunisie reste en état d’alerte en prévision d’une quatrième vague. Et durcit les conditions d’entrée sur son territoire.

Après avoir accusé des retardsla Tunisie ne craint plus les ruptures de stock de vaccins pour les mois à venir. Elle vient de recevoir de la France, par l’intermédiaire de Covax, près de 400 000 doses de Pfizer/BioNtech.

Ce don porte à plus de 3,7 millions le total de doses reçues par le pays grâce à ce dispositif. Quelque 600 000 doses supplémentaires seraient en cours d’acheminement depuis les États-Unis à travers Covax, ainsi que via des commandes.

« Les hésitations des premiers mois de campagne vaccinale étaient liées à la pénurie de vaccins et aux incertitudes du dispositif Covax, mais nous nous sommes rattrapés à travers des achats directs ou des dons », explique Hechmi Louzir, directeur de l’Institut Pasteur de Tunis, à la tête du comité opérationnel de vaccination.

Objectif atteint

« Le circuit est désormais bien rodé, nous avons réussi à administrer les vaccins dans de bonnes conditions en dépit des difficultés. Rien qu’en août nous sommes ainsi parvenus à réaliser 2,8 millions d’injections dans le cadre de campagnes massives, malgré la chaleur et la nécessité impérative de respecter la chaîne du froid, parfois jusqu’à -20 °C », se félicite-t-il encore.

La Tunisie a dépassé ces dernières semaines son objectif de vaccination initialement fixé pour la fin de l’année : plus de la moitié des personnes éligibles (15 ans et plus) ont été vaccinées. 

L’OBJECTIF DES AUTORITÉS SANITAIRES EST DÉSORMAIS DE TOUCHER CEUX QUI N’ONT REÇU AUCUNE DOSE

Près de 10 millions de doses de vaccins anti-Covid-19 ont été injectées. À ce jour, plus de 5 millions de personnes ont un schéma vaccinal complet (vaccin unidose, à deux doses ou à une dose après avoir contracté la maladie).

Près de 1 million de Tunisiens attendraient encore de compléter leur parcours vaccinal à deux doses. Ils sont par ailleurs plus de 270 000 à avoir déjà reçu une troisième dose. Laquelle peut être administrée aux plus de 50 ans cinq mois après l’inoculation de la deuxième.

L’objectif des autorités sanitaires est désormais de toucher ceux qui n’ont reçu aucune dose, en insistant sur les plus de 40 ans, cible prioritaire. « Dans cette frange de la population, nous pouvons faire face à des formes qui peuvent se compliquer », explique Hechmi Louzir. À terme, l’ambition serait de vacciner 70 % de la population.

Anticiper les nouvelles vagues

« On estime que 80 % à 85 % de la population a développé une immunité, une grande partie d’entre elle ayant été en contact avec le virus, de manière symptomatique ou non, via par exemple le variant Delta, qui a largement circulé, détaille Louzir. Je pense que ce niveau nous place relativement à l’abri de nouvelles vagues importantes qui entraineraient des formes graves. »

Selon les indicateurs épidémiologiques, le nombre de nouveaux cas est à la baisse, mais les courbes sont moins rassurantes à l’étranger, même dans les pays où la population est largement vaccinée.

Au vu de la situation que connaît son voisin algérien et après plus de 25 000 décès des suites du Covid-19 sur son territoire, la Tunisie se prépare à l’éventualité d’une quatrième vague via les campagnes de vaccinations, mais aussi en continuant de mobiliser ses hôpitaux.

LE PASS VACCINAL POURRAIT ÊTRE EXIGÉ DÈS LE 22 DÉCEMBRE DANS LES LIEUX CLOS RECEVANT DU PUBLIC

Ils ont reçu l’instruction de ne pas fermer leurs circuits Covid (les personnes contaminées sont placées dans des structures spécifiques pour éviter les contagions) et de garder ouverts les services et lits supplémentaires réservés à la pandémie en cas de recrudescence des cas graves.

Renforcement des contrôles

Un test PCR de moins de 48 heures sera par ailleurs requis dès le 1er décembre pour entrer sur le territoire tunisien à la suite de la propagation mondiale du variant Omicron, identifié en Afrique du Sud. Les voyageurs non ou partiellement vaccinés seront soumis à un confinement obligatoire de 10 jours. Des tests antigéniques aléatoires sont également prévus aux frontières.

Enfin, un passeport vaccinal est désormais opérationnel dans le pays. Téléchargeable sur l’application e-vax, il sera exigé dès le 22 décembre prochain dans les lieux clos recevant du public (restaurants, cafés) et pour certaines professions, sous peine de sanctions.

Avec Jeune Afrique

Tunisie : Kaïs Saïed assure « préparer la sortie » de l’état d’exception

novembre 21, 2021
Kaïs Saïed, le 11 octobre à Tunis. © TUNISIAN PRESIDENCY/ANADOLU AGENCY/AFP

Le président tunisien Kaïs Saïed a assuré « préparer la sortie » de l’état d’exception, en vigueur depuis le 25 juillet, lors d’une conversation téléphonique avec le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken.

La Tunisie « prépare les prochaines étapes » politiques afin de « sortir de la situation exceptionnelle » dans laquelle se trouve le pays, a assuré Kaïs Saïed à Antony Blinken samedi soir, confirmant « sa volonté » de ramener le pays à une « situation normale ».

Le 25 juillet, le président avait créé la surprise en limogeant le Premier ministre, en suspendant les activités du Parlement et en reprenant le contrôle de l’appareil judiciaire. Il avait ensuite promulgué, le 22 septembre, un décret officialisant la suspension de certains chapitres de la Constitution et instaurant des « mesures exceptionnelles », le temps de mener des « réformes politiques ».

« Péril imminent »

Le président tunisien, qui ne pas fait pas mystère de sa volonté d’instaurer un système politique présidentialiste, a aussi l’intention de faire approuver les changements constitutionnels par référendum, avant tout nouveau scrutin parlementaire. Il a justifié ses décisions par un « péril imminent », lié aux blocages politiques et à la profonde crise socio-économique et sanitaire dans laquelle se trouvait la Tunisie en juillet.

Ses détracteurs dénoncent toutefois un « coup d’Êtat » et « un accaparement du pouvoir ». À Antony Blinken, Kaïs Saïed a expliqué avoir agi face à un Parlement tunisien qui s’était « transformé en théâtre d’affrontements » où « les travaux ont été perturbés à maintes reprises par des violences verbales et physiques ».

Le président Saïed a par ailleurs souligné que les difficultés économiques et sociales sont « le problème essentiel » de la Tunisie. Le taux de chômage atteint désormais 18,4% et le pays, dont la croissance reste faible (3 à 4% prévus pour 2021), a demandé récemment au FMI une nouvelle aide de près de 4 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros).

Par Jeune Afrique avec AFP

Tunisie : Sfax, couvrez ces déchets que je ne saurais voir

novembre 10, 2021
Amoncellement de déchets dans une rue de Sfax. © HOUSSEM ZOUARI/AFP

Face à la crise des déchets qui frappe Sfax, les responsables se renvoient la balle et n’ont d’autre parade que des solutions à court terme.

Depuis quarante jours, la deuxième ville de Tunisie, Sfax (Centre Est), suffoque et croule sous les déchets. Une crise qui a atteint son paroxysme le 7 novembre avec un soulèvement populaire et des affrontements à Agareb, localité située à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Sfax, qui refuse la réouverture de la décharge d’El-Guenna, dont elle a obtenu la fermeture en 2019 par un jugement.

Les protestataires estiment que ce centre de traitement des ordures leur a occasionné de nombreux problèmes de santé et qu’il faut s’en tenir à la sentence des magistrats.

Le précédent de Djerba

Les autorités tunisiennes, dont le ministère de l’Environnement, ont fait fi de la décision judiciaire et souhaitent que le site accueille les ordures de Sfax, au moins à titre temporaire. Elles ont même suggéré qu’une décharge sauvage soit installée dans le voisinage de l’oliveraie de Chaal, la plus vaste d’Afrique.

« À vouloir éteindre un feu, ils en allument d’autres, encore plus dommageables. Il ne manque plus à notre région qu’une contamination de la nappe phréatique », s’emporte un régisseur du domaine oléicole de Chaal.

Des décisionnaires de l’environnement pris au dépourvu et un service public totalement paralysé : ce n’est pas la première fois que pareille situation se produit depuis la révolution de 2011.

Oubliée de tous, la crise similaire qui a immobilisé l’île de Djerba en 2014 après la fermeture de la décharge contrôlée de Guellala a été simplement « résolue » avec l’exploitation d’une décharge sauvage à Telbet, à quelques kilomètres d’une zone industrielle où 15 hectares avaient été attribués au développement d’un centre de traitement, de valorisation et de recyclage des déchets et de production d’énergies renouvelables. Le projet est encore dans les cartons sans que les études aient abouti.

« La situation actuelle peut provoquer la même crise qu’en 2014 », selon le maire de Houmt Souk (Djerba), Houcine Jared. Qui rappelle que « les municipalités sont chargées de la collecte des déchets qu’elles déposent auprès d’un centre de transfert de l’Agence nationale de gestion des déchets [Anged], laquelle pourvoie à leur transport et enfouissement. »

Sur le papier, la politique publique privilégie la valorisation et le recyclage des déchets à l’enfouissement. Mais cela reste un vœu pieu et le problème des ordures devient endémique. Raouf Ellouze, agriculteur et acteur de la société civile, s’indigne : « Le problème des déchets est à l’image de la situation du pays. Les Anged ne servent à rien d’autre qu’à entretenir des ronds de cuir. Depuis 2007, aussi bien la société Eolia que la ville de Grenoble [jumelée avec Sfax, NDLR] ont tenté de sensibiliser les autorités locales au traitement et à la valorisation des déchets. »

LOIN DE CONSIDÉRER QU’IL S’AGIT D’UN PROBLÈME DE GOUVERNANCE, KAÏS SAÏED Y VOIT PLUTÔT L’EFFET D’ACTIONS MALVEILLANTES

Mais là encore, rien n’a été fait et la municipalité de Sfax, malgré ses plus de 260 000 habitants, n’a pas anticipé la crise, qui pourtant était prévisible au vu de l’abandon et du délabrement progressif de la ville la plus productive de Tunisie.

« Tunis ne saurait prétendre traiter seul la gestion des déchets, il s’agit d’un service de proximité et c’est de fait une question de développement local. Les communes devraient prendre les choses en main », commente Samir Meddeb, consultant en environnement et développement durable. Aujourd’hui, la crise d’Agareb illustre les défaillances des politiques publiques.

Difficile pourtant d’admettre que l’État, aussi démuni soit-il, en est réduit à user de violence et à envoyer en première ligne les forces de l’ordre pour contenir la colère des habitants d’Agareb. « C’est inadmissible », assène Romdhane Ben Amor, porte-parole du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), qui estime que l’action collective est essentielle pour les territoires.

De son côté, loin de considérer qu’il s’agit là d’un problème de gouvernance, le président Kaïs Saïed y voit plutôt l’effet d’actions malveillantes, au risque d’alimenter la polémique. Il assure ainsi que « certains refusent de ramasser les déchets pour noyer la Tunisie sous les poubelles ».

Avec Jeune Afrique par Frida Dahmani – à Tunis