Posts Tagged ‘Arrestation’

Royaume-Uni : plusieurs personnes poignardées à Reading, un homme arrêté

juin 20, 2020

Plusieurs personnes ont été hospitalisées et un homme est actuellement en garde à vue, selon la police locale.

Plusieurs personnes ont été poignardées samedi soir dans un parc à Reading, à l’ouest de Londres, et transportées à l’hôpital, selon la police. Un homme a été arrêté et est actuellement en garde à vue, précise la police locale dans un communiqué.

La police et les secours sont intervenus sur place après avoir été appelés en début de soirée pour un incident dans lequel plusieurs personnes avaient été poignardées à Forbury Gardens vers 19H00 locales (18H00 GMT), selon la même source. Un périmètre de sécurité a été mis en place sur les lieux, la police appelant le public à «éviter la zone».

The Telegraph évoque trois personnes décédées et deux personnes hospitalisées, mais la police ne confirme pas. L’incident se serait produit dans les jardins de Forbury.

«Mes pensées vont vers ceux qui ont été touché par cet épouvantable incident à Reading et mes remerciements vont aux services d’urgences sur place», a réagi le premier ministre Boris Johnson dans un tweet.

Sur Twitter, la ministre de l’Intérieur Priti Patel s’est dite pour sa part «profondément inquiète».

Plus tôt dans la journée, plusieurs manifestants du mouvement antiraciste Black Lives Matter s’étaient rassemblé à Reading. Certains participants de cette manifestation s’inquiètent d’ores et déjà, sur Twitter, que cette attaque leur soit attribuée.

Nieema Hassan, organisatrice de la manifestation aux jardins de Forbury, indique dans une vidéo relayée sur le réseau social que cet incident n’a aucun lien avec la manifestation.

Par Le Figaro avec Reuters

Arrestation d’un proche de Maduro accusé de corruption par Washington

juin 13, 2020

 

Un homme d’affaires colombien accusé par Washington d’orchestrer un réseau de corruption au profit du président vénézuélien Nicolas Maduro a été arrêté au Cap-Vert, a indiqué samedi à l’AFP son avocate américaine. Visé par une «notice rouge» d’Interpol, Alex Saab, inculpé à Miami pour blanchiment d’argent, a été appréhendé vendredi dans l’archipel de l’océan Atlantique, a confirmé l’avocate Maria Dominguez, sans donner davantage de détails.

«Son arrestation est un coup dur pour le régime et montre (…) qu’il n’y a aucun avenir avec Maduro, pas même pour ceux qui le soutiennent», a réagi l’un des responsables de l’opposition vénézuélienne, Julio Borges. Les Etats-Unis accusent Alex Saab de tirer les ficelles d’un vaste réseau ayant permis au dirigeant socialiste Nicolas Maduro et à son régime de détourner à leur profit de l’aide alimentaire à destination du Venezuela. «Ils utilisent la nourriture comme forme de contrôle social, pour récompenser leurs soutiens politiques et punir les opposants, pendant qu’ils empochent des centaines de millions de dollars grâce à plusieurs montages frauduleux», avait dénoncé en juillet 2019 le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin en annonçant des sanctions économiques à l’encontre de M. Saab.

Washington avait imposé deux mois plus tard de nouvelles sanctions contre une quinzaine de sociétés liées à l’homme d’affaires colombien, placé sur une liste noire américaine en tant que «profiteur». L’administration de Donald Trump, qui a reconnu l’an dernier l’opposant Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela, cherche à pousser Nicolas Maduro à quitter le pouvoir. Elle a notamment imposé un embargo pétrolier et visé les plus hautes personnalités du régime de ce pays en crise, sans parvenir toutefois jusqu’ici à obtenir le départ du dirigeant socialiste.

Par Le Figaro avec AFP

Congo: Deux médecins arrêtés après le décès d’une femme enceinte mal prise en charge

juin 4, 2020

 

Photo de BrazzaNews.
Justice Pour Chloé : Que justice soit faite.

Bien décontracté le Procureur de la République, André Ngakala Oko, est descendu lundi à la clinique municipale Albert Leyono, un des hôpitaux qui s’occupent de la prise en charge des malades du coronavirus à Brazzaville.

Dans la foulée il a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire pour faire la lumière et établir les responsabilités sur la mort de Chloé Bafouidinsoni.

 

Photo de BrazzaNews.

Aussitôt deux médecins évoluant dans cette structure hospitalière ont été arrêtés.

« Il y a eu mort d’homme. Il y a une femme qui à trouvé la mort. Suite à la mort de cette dame, j’ordonne l’ouverture d’une enquête de flagrance. Il y a eu deux médecins qui sont arrêtés et doivent répondre des faits qui leur sont reprochés. Pour le moment je n’ai pas encore à dire. Attendons que l’enquête aboutisse », a déclaré le Procureur.

Chloé Bafouidissoni, une femme âgée de 29 ans souffrant d’une dyspnée qui a compliqué sa grossesse de huit mois, nécessitant alors une césarienne, a trouvé la mort le 30 mai à la clinique Leyono où elle aurait été prise pour une personne souffrant du Coronavirus, une maladie qui touche à ce jour plus de 600 Congolais.
Mais, le test post-mortem sur la victime s’est révélé négatif.

« Bon ! On remercie la justice congolaise pour tout ce qu’elle fait pour éclaircir la situation de la mort de ma sœur. C’est une très bonne nouvelle pour nous. Notre attente est que ma sœur soit enterrée dans de bonnes conditions; que la justice congolaise puisse nous aider», espère Marco, le frère de la victime.

Pour Patricia Mbimi, voisine de Chloé, « L’ouverture de cette enquête par le procureur est une bonne nouvelle pour nous par rapport à la mort de notre sœur Chloé. Ça nous attriste tous. Ce qu’on veut c’est que la loi fasse son travail. Nous remercions ceux qui sont là toujours pour nous soutenir au mauvais moment.»

À en croire le Parquet, l’enquête a bien démarré et toutes les personnes concernées de près comme de loin dans cette affaire seront interpellées et entendues.
Sur le lieu de deuil de Chloé, les parents se préparent pour réserver à leur fille des obsèques dignes. La nouvelle de l’enquête les réjouit tous.

L’ordre des médecins n’était pas disponible mardi pour répondre à Africanews au sujet de l’arrestation de leurs deux collègues.

Par Brazzanews avec Africanews.

Rwanda : Félicien Kabuga, le « financier du génocide », arrêté près de Paris

mai 16, 2020

Félicien Kabuga, considéré comme le "financier du génocide rwandais" a été arrêté samedi 16 mai, près de Paris.

Félicien Kabuga, considéré comme le « financier du génocide rwandais » a été arrêté samedi 16 mai, près de Paris. © Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux/Nations Unies

 

Félicien Kabuga, 84 ans, est notamment accusé d’avoir créé les milices Interahamwe, principaux bras armés du génocide de 1994.

Félicien Kabuga, considéré comme le « financier du génocide rwandais » et l’un des principaux accusés encore recherchés par la justice internationale, a été arrêté samedi matin près de Paris, ont annoncé le parquet général de Paris et la gendarmerie dans un communiqué commun.

Agé de 84 ans, Félicien Kabuga, qui résidait à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) sous une fausse identité, est notamment accusé d’avoir créé les milices Interahamwe, principaux bras armés du génocide de 1994 qui fit 800 000 morts selon l’ONU.

Il est visé par un mandat d’arrêt du Mécanisme international, la structure chargée d’achever les travaux du tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Pensées pour les victimes et les survivants

Le procureur en chef du TPIR, Serge Brammertz, a détaillé, dans un communiqué, que la police française a arrêté le fugitif lors d’une « opération sophistiquée » et « coordonnée avec des fouilles simultanées dans plusieurs endroits ».

« L’arrestation de Félicien Kabuga aujourd’hui rappelle que les responsables du génocide peuvent être poursuivis, même vingt-six ans après leurs crimes, a-t-il poursuivi. Nos premières pensées doivent être avec les victimes et les survivants du génocide rwandais. »

Serge Brammertz a précisé que Félicien Kabuga « a été inculpé par le Tribunal pénal international des Nations Unies pour le Rwanda en 1997 de sept chefs d’accusation de génocide, de complicité de génocide, d’incitation directe et publique à commettre le génocide, de tentative de génocide, de complot en vue de commettre le génocide, de persécution et d’extermination, tous en relation avec des crimes commis pendant le génocide de 1994 contre les Tutsi au Rwanda ».

Par Jeune Afrique avec AFP

Congo : une vague d’arrestation des prétendus putschistes contre Sassou en préparation

avril 27, 2020

L’introduction du couvre-feu dans la déclaration de l’État d’urgence sanitaire n’est que l’arbre qui cache la forêt. Le pouvoir de Brazzaville a déjà planifié une vague d’arrestation qui sera concrétisée dans les jours à venir. Les deux camps qui croient que le Congo est leur bien privé affûtent chacun les couteaux. Jean Dominique Okemba est un gros morceau dont la neutralisation ne sera pas facile. Il détient le secret de la faiblesse mystique de Sassou Nguesso.

« …Ils ont des armes, j’en ai aussi, ils ont des hommes, j’en ai aussi.. » est la déclaration de JDO qui a poussé le clan opposé à préparer minutieusement son arrestation afin de banaliser la voie à Denis Christel Sassou Nguesso. En Afrique, quand on veut neutraliser un adversaire politique, on l’accuse juste de déstabilisation des institutions. C’est ce que subit actuellement Okemba.

Depuis un moment, les congolais ont bien compris que le couvre-feu n’était qu’une fallacieuse décision qui masquait une guerre de succession entre le camp Jean Dominique Okemba et le clan Denis Christel Sassou Nguesso, incarné par le Général Nianga Mbouala.

On sait d’ores et déjà que dans certaines officines, on parle d’arrestations de certains hommes politiques et leaders d’opinion. Pour cela, le pouvoir a pris le soin de se rassurer du nombre des militaires en sa faveur avant de lancer l’opération de neutralisation.

Mais, dans l’armée, des voix discordantes se font entendre et une riposte fatale serait envisagée au point de rompre tous les ponts entre les frères d’hier devenus ennemis. Le clan de Kiki et Nianga Mbouala accusent celui de JDO d’avoir déjà introduit sur le sol congolais des mercenaires de la RDC pour leur prêter main forte.

De son côté JDO dément toute velléité putschiste et accuse Nianga Mbouala et Kiki de vouloir juste le neutraliser dans leur volonté de conserver le pouvoir dans la famille Sassou Nguesso.

Entre temps, la ville de Pointe-Noire est en train d’être militarisée alors qu’on fait juste face à un virus invisible. Pourquoi autant de militaires déployés et fouille des véhicules ? Comme qui dirait cette chanson de la RDC.

« tala bango na bango ba komi ko bunda ! Eyi Mabé ! »

Avec Sacer-infos par Stany Franck

 

RDC: Arrestation de Ne Muanda Nsemi à Kinshasa par la police après une brève résistance

avril 25, 2020

Après une courte résistance, Ne Mouanda Nsemi a été arrêté avec ses milices, le vendredi 24 avril 2020, par la police, puis conduit à la prison de Makala pour rejoindre Vital Kamerhe. Les deux hommes – l’un critiquant l’autre, il y a peu – tandis que Vital était en posture silencieuse muet comme carpe – auront du bon temps pour discuter politique et se partager un peu de Mpadi (foufou ya ma sangu) dit farine de maïs avec un peu de Matembele, feuilles de patates douces, afin de tenir le coup dans cette détention.

 

Avec Congofrance

Coronavirus: 74 jeunes arrêtés à Dakar pour violation du couvre-feu

avril 21, 2020

La police sénégalaise a annoncé mardi 21 avril l’interpellation dans la nuit de lundi à mardi de 74 jeunes d’un quartier populaire de Dakar pour violation du couvre-feu instauré contre le Covid-19.

«Ils sont 74 jeunes de la Médina à avoir été interpellés entre 20H00 et 06H00 pour non respect du couvre-feu. Ils traînaient dans la rue», a déclaré à l’AFP un responsable de la police. Des jeunes de la Médina, quartier jouxtant le centre de Dakar, bravent depuis plusieurs jours le couvre-feu annoncé le 23 mars par le président Macky Sall pour tout le pays. Des images circulant sur les réseaux sociaux les montrent défiant la police ou jubilant en groupe au retour de proches sortis de quarantaine.

Inquiétude autour d’une transmission «communautaire»

Le ministre sénégalais de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye avait prévenu que ces actes allaient cesser. Le Sénégal a déclaré officiellement 412 cas de contamination par le Covid-19, et cinq décès. Plusieurs cas ont été rapportés à la Médina. La pandémie est restée jusqu’alors relativement contenue au Sénégal, mais les autorités observent avec préoccupation la progression des transmissions dites «communautaires», c’est-à-dire que l’on ne peut relier à des cas connus.

Les autorités sénégalaises ont fermé les frontières et les écoles et interdit les rassemblements et les prières collectives ainsi que la circulation entre les villes. Elles ont imposé dimanche le port obligatoire du masque dans les services publics et privés, les commerces et les transports. Elles se sont gardées jusqu’alors d’imposer le confinement. Il représenterait un défi considérable dans ce pays pauvre dont une bonne partie de la population vit au jour le jour.

Par Le Figaro avec AFP

Togo : arrestation de l’opposant Agbeyomè Kodjo

avril 21, 2020

L'opposant togolais Agbéyomé Kodjo, le 24 février à Lomé.

L’opposant togolais Agbéyomé Kodjo, le 24 février à Lomé. © Sunday Alamba/AP/SIPA

 

Après s’être proclamé « président élu » du Togo, Agbeyomè Kodjo a été arrêté ce mardi pour n’avoir pas répondu à sa troisième convocation successive devant le Service central de recherches et d’investigations criminelles de la gendarmerie.

Tous les signes d’une arrestation prochaine étaient là : depuis lundi, le domicile de l’opposant togolais était encerclé par un fort dispositif de forces de l’ordre. Ce mardi matin, Agbeyomè Kodjo a donc, sans surprise, été interpellé à son domicile du quartier de Tokoin-Forever, à Lomé, alors qu’il se trouvait avec sa famille.

Selon une source judiciaire de Jeune Afrique, celui qui n’a cessé de revendiquer la victoire à la présidentielle du 22 février a ensuite été conduit dans les locaux des services de renseignements, pour y être interrogé.

Détention provisoire ?

Il doit ensuite être auditionné par le procureur de la République, avant que le magistrat ne statue sur un éventuel placement en détention préventive. Celle-ci semble d’ores et déjà acquise, à en croire une source proche du parquet, qui assure qu’« il sera détenu pendant toute la procédure ».

« C’est un enlèvement pur et simple », a dénoncé pour sa part Bessan Kodjo, un cadre du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD), dont Agbeyomè Kodjo est le président.

L’ancien Premier ministre est poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation, notamment ceux d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État, d’usage des insignes de l’État, de nominations illégales, de troubles aggravés à l’ordre public ainsi que de dénonciations calomnieuses.

Levée de l’immunité

L’Assemblée nationale avait, le 16 mars, levé la double immunité dont bénéficiait Agbéyomè Kodjo comme député et ancien président du Parlement. Une mesure contestée par le président du MPDD qui a saisi, début avril, le tribunal de première instance de Lomé, affirmant que cette procédure aurait violé son droit à la défense.

« La suspension provisoire de toute enquête judiciaire entamée sur la base d’une décision contestée et attaquée devant une juridiction indépendante compétente pour rendre une décision à l’issue d’un procès équitable s’impose », avaient alors, vainement, plaidé ses avocats auprès du procureur de la République

S’il n’a pas répondu physiquement aux deux premières convocations du Service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC) de la gendarmerie, Agbéyomè Kodjo s’est fait représenter à chaque fois par ses avocats, qui ont notamment présenté un certificat médical justifiant l’absence de leur client.

Lundi, face à la presse, les avocats de l’opposant avaient annoncé que leur client était souffrant et ne pouvait pas se déplacer pour répondre à la troisième convocation délivrée en moins d’un mois. Me Atsoo Kokou Totékpo-Mawu a notamment avait notamment argué du « réveil récent d’une pathologie locorégionale ancienne » entravant « douloureusement depuis quelques temps, toute mobilité spontanée ».

Messe « d’investiture »

Selon les résultats définitifs de la présidentielle du 22 février, proclamés par la Cour constitutionnelle, Agbéyomè Kodjo a été crédité de 19,46% des suffrages contre 70,78% pour Faure Gnassingbé, et 5% à l’opposant historique, Jean-Pierre Fabre.

Le candidat du MPDD conteste cependant ces chiffres, et affirme que sa victoire lui a été « volée ». Il s’est auto-proclamé « président » lors d’une messe « d’investiture » organisée le 1er février sous l’égide de Mgr Philippe Fanoko Kossi Kpodzro, l’archevêque émérite de Lomé. Il a également nommé un Premier ministre et s’est même adressé à l’armée en endossant le rôle de son « chef suprême ». Autant de faits qui lui valent aujourd’hui les poursuites dont il est l’objet.

Avec Jeuneafrique par Fiacre Vidjingninou

Coronavirus: un activiste nigérien en garde à vue après une fausse alerte

mars 6, 2020

Une figure de la société civile au Niger, Kaka Touda, a été arrêtée par la police après avoir annoncé sur Facebook la détection d’un «cas suspect» de coronavirus à Niamey, a appris vendredi 6 mars l’AFP auprès de son association.

Naka Touda a été «convoqué hier (jeudi) après-midi et placé en garde à vue à la police judiciaire, en lien avec une publication sur la détection d un de cas de coronavirus sur Facebook » à Niamey, a précisé Moussa Tchangari, le responsable de l’Association alternative espace citoyen (AEC), où milite Kaka Touda.

Ce dernier avait écrit sur sa page Facebook : «Dernière heure: un cas suspect (Italien) de coronavirus à l’hôpital de référence à Niamey. Service des urgences fermé personne ne sort». L’hôpital avait démenti l’annonce mercredi dans un communiqué, précisant «qu’aucun cas confirmé de coronavirus n’a été détecte au Niger». Kaka Touda avait aussitôt relayé le démenti.

Un porte-parole du ministère nigérien de la Santé a expliqué à l’AFP qu’un ressortissant italien avait effectivement été admis dans cet hôpital «par précaution» mas avait pu le quitter, les tests de coronavirus étant négatifs. Pour le moment, le Niger n’a recensé aucun cas sur son territoire. L’Algérie voisine, le pays le plus touché en Afrique à ce jour, a enregistré jusqu’à présent 17 cas de coronavirus, selon le ministère de la Santé

Par Le Figaro avec AFP

Pour ses 100 ans, une Américaine demande à être arrêtée… et l’obtient

mars 5, 2020

 

Pour son centième anniversaire, une Américaine avait souhaité connaître les frissons d’une arrestation. Son voeu a été exaucé mardi par deux agents, qui l’ont interpellé pour «exhibitionnisme» en plein repas à la maison de retraite.

Sous les yeux de ses proches complices, Ruth Bryant a été menottée à son déambulateur et conduite, sirènes hurlantes, jusqu’à la prison du comté de Person en Caroline du nord, rapporte le site d’informations local Courier Times.

Peinant à s’extraire du véhicule, elle a suggéré aux policiers de s’en prendre plutôt «aux gens qui fabriquent ces maudits sièges! Vous devriez tous les arrêter». Photographiée comme tous les suspects, elle est repartie avec le cliché en souvenir.

Par Le Figaro avec AFP