Posts Tagged ‘COVID-19’

Canada: La frontière entre le Québec et l’Ontario fermée dès lundi

avril 16, 2021

Le Québec a emboîté le pas au gouvernement ontarien et a décidé de fermer lui aussi sa frontière la plus à l’ouest, vendredi soir, au moment où l’Ontario est en proie à une situation sanitaire qui n’a rien de rassurante, selon les experts. À partir de lundi, des barrages routiers seront érigés par les deux provinces pour restreindre les déplacements non-essentiels.

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault

© Jacques Boissinot La Presse canadienne La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault

« Dès lundi, nous fermerons notre frontière avec l’Ontario et nous assurerons un contrôle serré des déplacements. Nous sommes en discussion avec le gouvernement ontarien pour déterminer les modalités », a annoncé la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, vendredi soir.

Son annonce est survenue peu après celle du premier ministre ontarien, Doug Ford, qui s’est dit inquiet de « perdre la bataille entre les variants et les vaccins ». Il a annoncé la fermeture de ses frontières avec le Québec et le Manitoba, parmi une série nouvelles mesures sanitaires.

Les seules exceptions permises pour se rendre en Ontario seront pour le travail, l’obtention de soins médicaux et le transport de marchandises. Le premier ministre Ford a également exhorté le fédéral de restreindre encore plus les déplacements internationaux.

« Si une personne n’a pas de raison valide pour se rendre en Ontario, elle devra faire demi-tour », a averti la solliciteuse générale de l’Ontario, Sylvia Jones, lors d’un point de presse, vendredi après-midi.

L’Ontario a également prolongé à six semaines son « ordonnance de rester à la maison », décrétée la semaine dernière et ayant pour but de réduire les déplacements non essentiels. La province a rejeté l’idée d’imposer un couvre-feu similaire à celui en vigueur au Québec. Elle imposera toutefois de nouvelles restrictions à la pratique de sports extérieurs, comme le golf, et interdira dès samedi les rassemblements extérieurs de personnes issues de foyers différents.

Nouveaux barrages

Les villes d’Ottawa et de Gatineau seront ainsi une nouvelle fois séparées par des barrages policiers, après une première interdiction des déplacements interprovinciaux non-essentiels au printemps dernier, imposée par le Québec. « J’espère que les raisons humanitaires seront permises. On a besoin d’exceptions », a réagi le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, peu après l’annonce de l’Ontario qui n’en faisait pas mention. Le maire invite le gouvernement Ford à tenir compte de la réalité de la région frontalière, où les résidants ont l’habitude de se déplacer d’une rive à l’autre de la rivière des Outaouais. « Mais c’est une décision qui leur appartient », conclut-il.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a pour sa part critiqué plus sévèrement la mesure de son gouvernement. « Je n’ai jamais été un grand adepte des barrages », a-t-il laissé tomber, vendredi soir, dans un appel avec des journalistes. « Nous n’avons pas été consultés. C’est une loi de la province de l’Ontario, nous n’avons pas beaucoup de choix, et ça va nous coûter beaucoup d’argent pour les services policiers. »

Bientôt 15 000 cas ?

Les nouvelles mesures imposées par l’Ontario sont justifié par une importante dégradation de sa situation sanitaire, et des projections qui laissent entrevoir une catastrophe à venir. La province enregistrait vendredi un autre record de nouveaux cas de COVID-19, à 4812. Des modélisations présentées par des experts gouvernementaux vendredi ont dressé un portrait encore plus inquiétant : si des mesures fortes n’étaient pas prises par l’Ontario, le nombre de ses nouveaux cas par jour pourrait dépasser les 15 000. Déjà, tant les cas de COVID-19 et les hospitalisations sont à leur plus haut niveau depuis le début de la pandémie dans cette province.

Le premier ministre fédéral Justin Trudeau a par ailleurs offert vendredi matin au gouvernement Ford de déployer en Ontario des effectifs de la Croix-Rouge, dont des unités mobiles de vaccination et un coup de main dans les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée. Une porte-parole du premier ministre Ford a toutefois indiqué aussitôt que le gouvernement déclinait l’offre d’Ottawa, parce qu’inutile. Selon son gouvernement, l’Ontario a besoin de plus de vaccins, pas de vaccinateurs.

Appel aux autres provinces

Le gouvernement Ford a par contre demandé à d’autres provinces de lui prêter des infirmières et d’autres travailleurs de la santé, alors que les hôpitaux sont poussés à bout, surtout aux soins intensifs, par la flambée des infections et la pénurie de personnel.

Dans une lettre à ses homologues des autres provinces et territoires, la sous-ministre de la Santé de l’Ontario, Helen Angus, explique que sa province aura besoin de 4145 infirmières de plus dans le seul secteur hospitalier au cours des quatre prochains mois. Elle demande aussi 620 autres professionnels de la santé, y compris des infirmières et des inhalothérapeutes. Le besoin est le plus aigu dans le sud de l’Ontario, plus précisément dans le Grand Toronto et les environs immédiats.

Avec La Presse canadienne par  Boris Proulx

Canada: Le variant britannique du coronavirus est désormais prédominant à Moose Jaw

avril 16, 2021

Le variant britannique du coronavirus est désormais prédominant à Moose Jaw, à l’ouest de Regina, ce qui ajoute de la pression sur l’Hôpital régional Wigmore.

L'Hôpital Dr. Fred H. Wigmore, à Moose Jaw, a dû agrandir son unité de soins intensifs en raison de la montée des cas. (archives)

© Neil Cochrane/Radio-Canada L’Hôpital Dr. Fred H. Wigmore, à Moose Jaw, a dû agrandir son unité de soins intensifs en raison de la montée des cas. (archives)

L’unité de soins intensifs de l’Hôpital a été agrandie après avoir atteint le maximum de sa capacité d’accueil, un problème qu’on retrouve dans les zones rurales du sud de la province, selon le médecin hygiéniste chargé du sud de la Saskatchewan, David Torr.

Néanmoins, la capacité d’agrandissement reste limitée, selon le Dr Torr :«On peut peut-être ajouter 2 ou 3 lits, mais pas 10, car nous sommes limités en personnel.»

Au cours des dernières semaines, la région centre-sud a connu une augmentation de 46 % des cas de COVID-19, avec près de 400 cas.

La propagation est rapide, selon le médecin hygiéniste, puisque de plus en plus de villes et de villages de la région sont touchés par l’augmentation du nombre des cas.

Cette augmentation des cas serait notamment due aux rassemblements survenus pendant la fin de semaine de Pâques, tels que des barbecues au cours desquels les mesures sanitaires n’ont pas été respectées, selon le médecin hygiéniste.

Il ajoute que de nombreuses personnes sont sorties de leur ville ou encore qu’il y aurait eu beaucoup de voyages interprovinciaux.

David Torr conseille également au public d’acheter des masques chirurgicaux et d’éviter les masques en tissu, qui ne sont pas assez efficaces, selon lui.

Les Fransaskois redoublent de prudence

De leur côté, les résidents francophones de Moose Jaw considèrent qu’ils font leur part pour limiter la propagation du virus. 

Philolin Ngomo, un résident de la municipalité, affirme qu’il prend les précautions nécessaires. «Comme tous les autres habitants de Moose Jaw, nous suivons l’évolution [de la situation] et nous essayons d’être prudents en restant chez soi», explique-t-il.

À proximité de Moose Jaw, on dit aussi respecter les mesures sanitaires autant que possible. «Les masques sont toujours sur nos visages», relate le directeur du centre culturel de Ponteix, Walter Chizzini. «On a fortement réduit les rencontres occasionnelles au café ou dans la rue. Vraiment, on est inquiet.»

Mercredi, l’Autorité de la santé de la Saskatchewan a sonné l’alarme pour plusieurs villes de la région, notamment Maple Creek, Swift Current, Kindersley et Outlook, en raison des risques accrus d’infection par les variants du coronavirus.

Jeudi, le ministre de la Santé, Paul Merriman, a confirmé que plusieurs événements avaient eu lieu dans le sud-ouest de la province, dont un est à l’origine de 21 infections à l’heure actuelle.

Des enquêtes sont en cours.

Par CBC/Radio-Canada avec les informations de Mickey Djuric

Allemagne/Vaccin anti-Covid : Angela Merkel a reçu sa première dose d’AstraZeneca

avril 16, 2021

La chancelière allemande s’est fait vacciner et a incité les Allemands à la suivre, la vaccination étant selon elle « la clé pour sortir de la pandémie ».

Comme d’autres dirigeants européens avant elle, Angela Merkel a été vaccinée vendredi 16 avril au matin. La chancelière allemande a annoncé avoir reçu sa première dose d’AstraZeneca, l’Allemagne ayant décidé de réserver l’usage de ce vaccin aux personnes de plus de 60 ans, en raison des inquiétudes liées aux rares cas de thromboses repérés en Europe. « Je suis contente d’avoir reçu aujourd’hui (vendredi) ma première dose avec AstraZeneca », indique la chancelière allemande, citée dans un tweet de Steffen Seibert qui montre aussi le certificat de vaccination. « Se faire vacciner est la clé pour sortir de la pandémie », a-t-elle souligné.

« Je remercie tous ceux qui participent à la campagne de vaccination – et tous ceux qui se font vacciner », a ajouté Angela Merkel. La chancelière, âgée de 66 ans, entre dans la catégorie d’âge du public éligible à la vaccination par le sérum anglo-suédois.

Au 2 avril, il y avait 42 cas répertoriés de thrombose veineuse cérébrale en Allemagne après une vaccination AstraZeneca. Dans 35 cas, il s’agit de femmes de 20 à 63 ans et huit personnes sont décédées.

Plus de 15 millions d’Allemands ont reçu une dose de vaccin

Le ministre des Finances et candidat social-démocrate à la chancellerie aux élections du 26 septembre, Olaf Scholz, devait lui aussi recevoir vendredi une dose de ce vaccin. Le président de la République fédérale d’Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, a lui aussi reçu une première dose de ce vaccin au début du mois.

Avec Le Point avec AFP

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100 000 morts

avril 15, 2021

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l’Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines.

En franchissant la barre symbolique des 100 000 morts, la France rejoint en Europe la Grande-Bretagne (127 000 morts) et l'Italie (115 000 morts), mais d'autres pays (Belgique, Portugal) ont une mortalite plus elevee par habitant.
En franchissant la barre symbolique des 100 000 morts, la France rejoint en Europe la Grande-Bretagne (127 000 morts) et l’Italie (115 000 morts), mais d’autres pays (Belgique, Portugal) ont une mortalité plus élevée par habitant.© LARA BALAIS / AFP

C’était un cap attendu mais redouté par Emmanuel Macron. La France a dépassé ce jeudi 15 avril le seuil des 100 000 morts du Covid-19 depuis le début de l’épidémie. 300 personnes sont décédées ce jeudi portant le bilan à plus de 100 000 victimes du virus. Malgré les efforts faits sur la vaccination, la troisième vague est rude et la perspective de rouvrir commerces et restaurants mi-mai devient incertaine. Avec plus de 5 900 malades en réanimation, au plus haut depuis le printemps 2020, « la troisième vague n’est pas derrière nous », avait prévenu Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement.

En franchissant cette barre symbolique, la France rejoint en Europe la Grande-Bretagne (127 000 morts) et l’Italie (115 000 morts), mais d’autres pays (Belgique, Portugal) ont une mortalité plus élevée par habitant.

Malgré la violence de la première vague (près de 30 000 morts entre mi-mars et mi-mai 2020), la grande majorité des décès sont survenus depuis fin octobre (environ 65 000), conséquence d’une deuxième vague, puis d’une nouvelle forte reprise épidémique durant l’hiver, portée par le variant anglais, plus contagieux.

Avec Le Point par AFP

Covid-19: l’OMS «inquiète» d’une possible aggravation de la pandémie pendant le ramadan

avril 14, 2021

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est dite «inquiète» mercredi 14 avril d’une possible aggravation de la pandémie de Covid-19 durant les célébrations du ramadan en Afrique du Nord et au grand Moyen-Orient.

Le nombre de cas a augmenté de 22% et le nombre de décès de 17% «la semaine dernière par rapport à la semaine précédente» dans la région, a dit le Dr Ahmed al-Mandhari, directeur du bureau régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale.

S’exprimant lors d’une conférence de presse virtuelle au Caire, le Dr al-Mandhari a estimé que la situation dans cette vaste région qui va du Maroc au Pakistan traduit une «tendance inquiétante». «Nous sommes particulièrement inquiets que la situation actuelle puisse s’aggraver durant le ramadan si les gens ne suivent pas» les mesures sanitaires recommandées par l’OMS.

Le jeûne du mois de ramadan, durant lequel les musulmans s’abstiennent de manger, boire et fumer entre le lever et le coucher du soleil, a débuté mardi dans la plupart des pays musulmans. Les mesures, notamment de distanciation et de port du masque, doivent «être maintenues pour aider à contenir la pandémie», a plaidé le Dr al-Mandhari.

«Distanciation physique, ventilation» des mosquées

L’OMS souhaite que «les pays fassent une évaluation des risques afin de prévenir la dissémination de l’infection», a de son côté indiqué le Dr Dalia Samhouri, responsable pour la région de la préparation aux situations d’urgence. Elle a énuméré plusieurs mesures souhaitables selon l’OMS autour des mosquées pendant le mois de ramadan: «distanciation physique, ventilation, désinfection régulière». «Si je suis malade, je reste à la maison», a-t-elle dit avant d’ajouter que «les gens vulnérables (…) ceux atteints de maladies chroniques, doivent rester chez eux».

Parallèlement, Ahmed al-Mandhari a précisé que l’ensemble des pays de la région avaient reçu des vaccins, mais que ceux qui avaient l’accès le plus limité étaient le Yémen et la Syrie. La région comprend 21 pays outre et les Territoires palestiniens occupés, avec une population de près de 679 millions d’habitants. Selon lui, «il reste un déséquilibre choquant dans la distribution des vaccins» dans le monde. «C’est particulièrement vrai dans notre région où les soignants et les gens vivant dans des conditions de vulnérabilité comme en Syrie et au Yémen, ont l’accès le plus limité aux vaccins». Ainsi, au Yémen, où quelque 14 millions de doses ont été promises via le dispositif Covax, seules 360.000 ont été livrées.

Par Le Figaro avec AFP

Covid-19 : un mort et une personne dans un état critique aux États-Unis après avoir reçu le vaccin Johnson & Johnson

avril 13, 2021

Une personne est morte d’une thrombose sanguine et une autre se trouve dans un état critique aux Etats-Unis après avoir reçu le vaccin Johnson & Johnson contre le Covid-19, a annoncé mardi 13 avril un responsable de l’Agence américaine des médicaments (FDA).

Au total, six personnes âgées de 18 à 48 ans ont présenté, 6 à 13 jours après l’injection, des symptômes de thrombose cérébrale, conjugués avec une chute de leur niveau de plaquettes sanguines. «Un cas s’est révélé mortel et un patient se trouve dans un état critique», a déclaré Peter Marks, de la FDA.

Il a comparé ces cas avec les caillots sanguins répertoriés comme un effet secondaire «très rare» du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19. Selon les experts, les caillots sanguins pourraient être provoqués par une très rare réponse immunitaire à ces deux vaccins.

Selon Anne Schuchat, une responsable des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique américaine, le risque est très faible pour les personnes ayant reçu le vaccin Johnson & Johnson il y a un mois ou davantage.

Par Le Figaro avec AFP

Covid-19 : Paris suspend «jusqu’à nouvel ordre» tous les vols entre le Brésil et la France

avril 13, 2021

Les craintes liées aux variants brésiliens ont amené la France à suspendre les vols entre les deux pays.

Paris a décidé de suspendre «jusqu’à nouvel ordre» tous les vols entre le Brésil et la France en raison des inquiétudes autour du variant brésilien du Covid-19, a annoncé mardi le Premier ministre Jean Castex.

«Nous constatons que la situation s’aggrave et nous avons donc décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre tous les vols entre le Brésil et la France», a expliqué le chef du gouvernement lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

La situation sanitaire n’a cessé de s’aggraver au Brésil depuis février en raison de l’émergence d’un variant local du virus, appelé P1, considéré comme plus contagieux et plus mortel, mais encore très minoritaire en France.

Craintes dues au variant P1

Le variant P1 a été observé pour la première fois à la mi-décembre dans la ville de Manaus, dans la partie brésilienne de la forêt amazonienne. Il se caractérise par les mutations de la protéine Spyke N501Y et E484K, comme les souches britanniques et sud-africaines, ainsi que K417T. Cela impacte la contagion et la résistance à l’immunité de cette nouvelle variante. Selon la revue médicale MedRxiv , le variant brésilien peut s’avérer jusqu’à 2,5 fois plus contagieux que la souche originelle. Son potentiel de réinfection, soit sa capacité à contaminer des personnes infectées par le passé, est estimé entre 25 à 61%.

Plusieurs indices laissent également croire que P1 touche des patients bien plus jeunes que les autres variants. L’Association brésilienne des soins intensifs(AMIB) a révélé dimanche 11 avril que plus de la moitié des quelque 11.000 malades en réanimation dans le pays avaient moins de 50 ans.

Lundi, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari avait expliqué que la France avait «gardé quelques lignes» avec le Brésil, en justifiant le maintien des liaisons aériennes par le respect du droit, le Conseil d’Etat ayant disposé que les ressortissants français «au nom de la liberté de circulation, devaient pouvoir continuer à venir».

Critiques de l’opposition

De nombreux responsables de l’opposition, surtout à droite, ont réclamé mardi la suspension des vols avec le Brésil ou une mise en quarantaine plus stricte.

«Nous sommes gouvernés par des irresponsables qui, depuis un an, n’ont rien compris et rien appris. Qu’attendent-ils pour suspendre TOUS les vols en provenance du #Brésil où l’épidémie est hors de contrôle ?», s’est ainsi offusquée la patronne du Rassemblement national sur Twitter. «La fermeture des frontières est utile et absolument nécessaire et je ne vois pas comment au moment où on confine les Français, on puisse maintenir cette liaison aérienne », a affirmé sur la radio RFI le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, Damien Abad, quand le communiste Alain Roussel a appelé à «prendre des mesures de fermeture des frontières ou d’isolement strict des personnes qui viennent des pays où il y a un variant dangereux».

Le numéro 2 du Rassemblement national Jordan Bardella a lui estimé que «le gouvernement laisse entrer 1.000 passagers par semaine en provenance du Brésil, où l’épidémie est hors de contrôle avec un variant résistant». «Après tout ce que notre pays a subi, et alors qu’on continue d’enfermer les Français, comment cette dinguerie est-elle encore possible ?», s’est-il demandé.

Mesures mises en place

En France, les mesures prises avant la suspension des vols étaient un peu moins restrictives. Dans le cas du Brésil, les voyages touristiques étaient interdits dans les deux sens, «y compris via un autre pays». Les voyageurs depuis le Brésil devaient présenter un test PCR négatif de moins de 72h et les passagers non-résidents européens ou non européens devaient présenter «une preuve d’un motif impérieux nécessitant une venue en France». À l’arrivée en France, les passagers présentant un «test douteux» étaient testés, et, «dans la majorité des cas, l’ensemble des passagers des vols venant du Brésil sont resoumis à un test antigénique», moins fiable mais plus rapide, précise le ministère de la Transition écologique. Si le test s’avérait positif, la personne devait obligatoirement se placer en quatorzaine et «réaliser au plus vite un test PCR» pour confirmer le résultat.

Face aux critiques de l’opposition, le Premier ministre s’est donc défendu de toute inaction.

Par Le Figaro avec AFPP

Canada-Québec: Une 4e école ferme ses portes en raison des variants en Mauricie

avril 12, 2021

L’École secondaire des Chutes, à Shawinigan, sera fermée jusqu’au 22 avril en raison de la présence de deux cas de variants. Les élèves devront donc suivre tous leurs cours en ligne.

Archives

© /iStock Archives

Environ 750 élèves fréquentent cet établissement, selon le site Internet du Centre de services scolaire de l’Énergie.

«Nous savons maintenant que 2 cas positifs du COVID reliés à un variant ont été identifiés à notre école», a indiqué dimanche la direction de l’école sur sa page Facebook. Il s’agit d’un élève et d’un membre du personnel.

Comme il y a présence d’un variant, 40 élèves et 14 membres du personnel, majoritairement des enseignants, sont donc en isolement préventif.

160 périodes d’enseignement et de surveillance auraient été à combler en l’absence d’autant d’employés. La direction n’a donc eu d’autre choix que de suspendre l’enseignement en présentiel.

Les élèves peuvent aller récupérer leurs effets personnels lundi, à l’exception de ceux qui se trouvent dans les groupes visés par les cas et qui seront contactés par la direction à ce sujet.

Trois autres écoles du Centre de services scolaire de l’Énergie sont déjà fermées en raison du grand nombre de personnes en retrait préventif, ce qui nuit au fonctionnement des établissements scolaires.

Il s’agit de l’École secondaire Paul-Le Jeune et de l’École primaire La Providence, toutes deux situées à Saint-Tite, ainsi que de l’École du Rocher à Shawinigan où les élèves font l’école à distance.

Au Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy, neuf classes sont fermées dans six écoles différentes.

Par  CBC/Radio-Canada avec des informations de Jacob Côté

A la veille des élections, le Pérou enregistre un nombre record de décès dus au COVID-19

avril 11, 2021

A LA VEILLE DES ÉLECTIONS, LE PÉROU ENREGISTRE UN NOMBRE RECORD DE DÉCÈS DUS AU COVID-19

© Reuters/SEBASTIAN CASTANEDA

LIMA (Reuters) – À la veille de la tenue des élections présidentielles et législatives, le Pérou a enregistré samedi un deuxième record quotidien de décès dus à la pandémie de coronavirus qui sévit à nouveau dans le pays.

    Le ministère de la santé a déclaré que 384 décès avaient été enregistrés, portant le nombre total de morts à 54.669, alors que les travailleurs de la santé luttent contre la pénurie d’oxygène médical et la saturation des hôpitaux, et que le gouvernement s’efforce d’assurer un approvisionnement suffisant en vaccins. Mercredi, le Pérou a enregistré son premier record de morts – 314 – le pire depuis que la pandémie a frappé le pays.

    Dimanche, des millions de Péruviens sont appelés à aller voter pour choisir leur prochain président et leurs représentants au Congrès. Le vote est obligatoire, sous peine d’une amende de 25 dollars. Le nombre de bureaux de vote a été augmenté pour faciliter la distanciation sociale et les électeurs ont été invités à apporter leurs propres stylos et à porter des masques.

    La nation andine, qui compte quelque 33 millions d’habitants, a reçu jusqu’à présent un peu plus de 1,5 million de doses de vaccins de Sinopharm et de Pfizer/BioNTech, un chiffre inférieur à celui de ses voisins d’Amérique latine.

avec Reuters par (Marco Aquino, version française Camille Raynaud)

Covid-19 : à Madagascar, la riposte face au variant sud-africain

avril 9, 2021
Campagne de vaccination à Kigali, le 10 mars 2021

Déjà présent dans 18 pays du continent, le variant sud-africain du coronavirus, réputé plus agressif et résistant, inquiète. À Madagascar, les soignants adaptent leurs traitements face à ce nouvel ennemi.

Quel mal frappe Madagascar ? Depuis la fin de la première vague, en septembre 2020, on croyait le pays tiré d’affaires. Les hôpitaux avaient repris une activité normale. En août 2020, des spécialistes interrogés par Jeune Afrique estimaient même probable que le pays avait atteint une certaine immunité collective.

Une hypothèse aujourd’hui balayée. Depuis la mi-mars, le Covid s’est réveillé. Plus dur que jamais. Les hôpitaux débordent de patients. Les malades manquent d’oxygène et en meurent. Et la maladie dégénère plus vite en forme grave et en décès.

L’assassin, cette fois-ci, s’appelle « variant sud-africain ». Un nouvel avatar du coronavirus, aussi connu sous le nom de code B.1.351 ou encore 501Y.V2, plus résistant aux anticorps, selon une étude de l’institut Pasteur de Paris datée du 26 mars, et au vaccin de Pfizer (le seul étudié).

Problèmes cardiaques

À la fin mars, il avait déjà été signalé dans 18 pays d’Afrique, dont le Cameroun, le Rwanda, ou la RDC, selon le Africa Centres for Disease Control and Prevention (Africa CDC), une instance de l’Union Africaine. Si le centre ne cite pas Madagascar, « ce variant y est bien présent, confirme l’épidémiologiste André Spiegel, directeur de l’Institut Pasteur de Madagascar. Nous l’avons caractérisé dans les séquençages des génomes des virus Sars-Cov-2 identifiés ici. Mais nous ne savons pas encore quelle est sa proportion par rapport aux autres coronavirus qui circulent dans le pays. »

LE COVID N’EST PAS ESSENTIELLEMENT UNE ATTEINTE RESPIRATOIRE. IL ATTAQUE BIEN D’AUTRES ORGANES »

Comme dans les autres zones touchées, la compréhension de la maladie – et des traitements – s’améliore peu à peu sur la Grande île, déconstruisant certaines idées reçues. « Le Covid n’est pas essentiellement une atteinte respiratoire, affirme le cardiologue Rakotoarimanana Solofonirina, qui mène actuellement des recherches. C’est une maladie vasculaire et systémique qui attaque le cœur, tous les vaisseaux du corps humain, y compris ceux des poumons, des intestins, du cerveau, des reins et des autres organes », souligne-t-il. En observant plusieurs dizaines d’échographies, le professeur a notamment constaté que le virus atteignait le cœur du patient dans l’immense majorité des cas.

En conséquence, au-delà de l’oxygène en cas d’insuffisance respiratoire, Rakotoarimanana Solofonirina plaide pour « des traitements plus spécifiques en fonction des organes atteints ou lésés, comme des anticoagulants pour les complications cardiovasculaires et les embolies pulmonaires, ou comme des anti-inflammatoires (corticoïdes) pour les syndromes inflammatoires ».

Plus agressifs, plus précoces

Le cardiologue estime aussi qu’il faut également changer de comportement face à l’ennemi : « Nous devons nous montrer plus précoces et plus agressifs. Pour le diagnostic, nous devons nous fier à des faisceaux d’indices pointant vers le Covid pour ne pas être pris de court ».

En septembre 2020, une étude de l’OMS a bien confirmé que, sur des patients déjà gravement atteints par le Covid, « l’administration de corticostéroïdes systémiques, par rapport aux soins habituels ou au placebo, a été associée à une baisse de la mortalité toutes causes confondues à 28 jours. » Plus simplement, l’aspirine, par son effet anti-coagulant, réduirait aussi les risques d’admission en unité de soins intensifs et de mortalité à l’hôpital, selon une autre étude sur 412 patients.

À Madagascar, la conséquence directe de ces protocoles, déjà appliqués, est une pénurie d’anticoagulants comme le Lovenox. Les malades peinent également à trouver des vitamines et des oligo-éléments bons pour le cœur, comme le magnésium. « Les besoins actuels dépassent très largement le pic de l’année dernière, affirme un pharmacien. Sur le magnésium, c’est inimaginable : les ventes ont été multipliées de 7 à 10 fois. »

Avec Jeune Afrique par Emre Sari