Posts Tagged ‘Inde’

France: Les «Rafale Papers», enquête explosive de Mediapart

avril 9, 2021

Une enquête de Mediapart révèle les dessous de l’un des plus gros contrats d’armement jamais conclus par l’État français : la vente de trente-six chasseurs Rafale à l’État indien pour 7,8 milliards d’euros.
Une enquête de Mediapart révèle les dessous de l’un des plus gros contrats d’armement jamais conclus par l’État français : la vente de trente-six chasseurs Rafale à l’État indien pour 7,8 milliards d’euros. AP

Une enquête de Mediapart révèle les dessous de l’un des plus gros contrats d’armement jamais conclus par l’État français : la vente de trente-six chasseurs Rafale à l’État indien pour 7,8 milliards d’euros. Entre commissions occultes, documents confidentiels qui ont fuité ou encore clauses anticorruption supprimées, Yann Philippin, le journaliste auteur de l’enquête en trois volets, explique ce que son équipe a découvert. 

RFI : Que dévoile votre enquête en trois volets ?

Yann Philippin : Notre enquête dévoile beaucoup de choses. Mediapart révèle des documents qui montrent que, d’une part, Dassault et son partenaire Thales ont versé des millions d’euros de commissions occultes à un intermédiaire qui était au cœur du contrat Rafale, que cet intermédiaire, dans une note, fait des avertissements très explicites, par exemple, « des gens en fonction demandent de l’argent, si on ne les paie pas, on va aller en prison… »

D’autre part, ce même intermédiaire, trois ans plus tard – en 2015 – en pleine négociation sur le prix des Rafale, a obtenu des documents confidentiels du ministère indien de la Défense, sur l’activité des négociateurs indiens et notamment la manière dont ils calculaient les prix, ce qui est évidemment, dans une négociation, un élément très fort.

Enfin, nous avons découvert que, parallèlement à toutes ces manœuvres que l’on peut qualifier de suspectes, c’est la France et les industriels français, dont Dassault, qui se sont battus pour que les clauses anticorruption soient retirées des annexes à l’accord gouvernemental.

C’est là que c’est embarrassant pour le pouvoir, parce que c’était un contrat d’État à État qui a été signé par Jean-Yves Le Drian, à l’époque ministre de la Défense, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères d’Emmanuel Macron. Donc c’est lui qui avait l’autorité sur les négociations et nous aimerions bien savoir s’il a accepté le retrait de ces clauses anticorruption et s’il en a été informé. Il ne nous a malheureusement pas répondu précisément. Tout ce qu’il nous a dit, c’est : « Je ne valide pas vos informations ».

En quoi cette enquête peut-elle être explosive pour le gouvernement français ?

Cette enquête est explosive pour le gouvernement français, d’une part, de par le rôle qu’a joué un éminent ministre, qui est Jean-Yves Le Drian. Et d’autre part, parce qu’il y avait déjà eu des soupçons en 2018 au sujet du partenaire de Dassault en Inde, Reliance, qui aurait été imposé par le gouvernement indien. Ce monsieur est un très proche du Premier ministre indien. Il y avait deux épisodes qui étaient susceptibles de concerner, d’une part l’ancien président François Hollande et d’autre part, l’actuel président Emmanuel Macron, qui était à l’époque du deal, ministre de l’Économie.

Dans votre enquête, vous dites que l’Agence française anticorruption (AFA) a découvert des choses suspectes, mais n’a rien fait ?

C’est vraiment un mystère. Ce que l’on révèle, c’est que l’AFA, lors d’un contrôle de routine de Dassault, a découvert un paiement suspect d’un million d’euros à cet intermédiaire, au cœur du contrat Rafale, pour l’achat de maquettes de Rafale. Et malgré les suspicions, l’Agence française anticorruption n’a pas signalé ces faits à la justice.

De son côté, le Parquet national financier avait reçu un signalement de Sherpa, une ONG anticorruption. Ce que nous révélons dans l’enquête, c’est que cette affaire a été classée dans des circonstances troubles, étant donné que l’ancienne patronne du Parquet national financier a classé l’affaire contre l’avis d’un de ses adjoints en charge du dossier et n’a effectué aucune vérification sérieuse. À tel point que, la seule personne qu’elle a reçue dans son bureau, c’est l’avocat de Dassault et ce, sans qu’aucun procès-verbal de cette rencontre ne soit rédigé.

Éliane Houlette a dit publiquement dans Paris Match que, si elle l’a classée, c’est en partie parce qu’elle jugeait que les soupçons n’étaient pas assez sérieux, mais aussi parce que – dit-elle – il fallait « préserver les intérêts de la France ». Or, c’est une déclaration qui n’avait pas fait beaucoup de bruit à l’époque, mais c’est quand même très étonnant de voir une figure de la lutte anticorruption comme madame Houlette – qui a été la toute première patronne du Parquet national financier – justifier ainsi le classement d’une affaire sensible, au nom de la raison d’État.

À quoi vous attendez-vous suite à vos révélations ?

Ce qui nous a frappés, dans cette enquête, c’est que cette affaire a été enterrée en France, et que – semble-t-il – les autorités indiennes ne se sont pas montrées très diligentes non plus. Je ne suis que journaliste, mais j’ai la conviction qu’aujourd’hui il y a suffisamment d’éléments sur la table, entre les premières révélations de 2018 et ces nouvelles révélations de Mediapart avec les Rafale Papers, pour qu’une enquête soit ouverte.

Avec RFI Texte par :Clea Broadhurst

Pandémie: la vaccination connaît des ratés, contaminations record en Inde

avril 8, 2021
Pandemie: la vaccination connait des rates, contaminations record en Inde
Pandémie: la vaccination connaît des ratés, contaminations record en Inde© AFP/Pascal GUYOT

Défiance vis-à-vis du vaccin AstraZeneca et problèmes d’approvisionnement font patiner les campagnes de vaccination contre le coronavirus, qui continue sa progression mortelle, notamment en Inde avec un record de contaminations.

Jeudi, plusieurs pays ont annoncé limiter les injections du vaccin d’AstraZeneca au lendemain de rapports confirmant un lien avec de rares mais graves cas de caillots sanguins: les Philippines ont suspendu son utilisation pour les moins de 60 ans, l’Australie pour les moins de 50 ans.

La veille déjà, l’Italie et l’Espagne avaient choisi la prudence, annonçant réserver le vaccin du laboratoire anglo-suédois aux plus de 60 ans, tandis que la Belgique le destine désormais aux plus de 55 ans et le Royaume-Uni aux plus de 30 ans.

La région de Castille-et-Leon, dans le nord-ouest de l’Espagne, a elle totalement suspendu son utilisation, tout comme le Danemark, tandis que plusieurs autres pays de l’Union européenne avaient déjà décidé de ne plus administrer ce vaccin en-dessous d’un certain âge, comme la France et l’Allemagne.

Ces décisions ont été prises malgré l’appel de la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides aux 27 Etats membres de l’UE à « parler d’une seule voix », afin de ne pas nourrir la défiance contre ce vaccin sur lequel Bruxelles table pour mener à bien sa campagne, en retard par rapport aux Etats-Unis ou au voisin britannique.

L’Allemagne discute sur le Spoutnik V

L’Allemagne a annoncé jeudi vouloir discuter avec Moscou de possibles livraisons de son vaccin contre le Covid-19 Spoutnik V, sans attendre le feu vert de Bruxelles.

« J’ai expliqué au nom de l’Allemagne au Conseil des ministres de la Santé de l’UE, que nous discuterions de manière bilatérale avec la Russie, tout d’abord pour savoir quand et quelles quantités pourraient être livrées », a déclaré le ministre de la Santé Jens Spahn, selon qui la Commission européenne refuse de négocier au nom des Vingt-Sept l’achat de Spoutnik V.

Le commissaire européen Thierry Breton s’est montré très réservé sur l’utilité pour l’UE de recourir aux vaccins chinois ou russe, estimant qu’ils n’aideront pas l’UE « à atteindre (son) objectif d’immunité (de la population) d’ici l’été 2021 ».

L’UE n’est pas la seule à s’inquiéter des ratés de sa campagne: l’Australie n’a pas atteint son objectif de quatre millions de doses administrées (elle en est à un million) tandis que l’Indonésie a dénoncé jeudi des retards pris dans la livraison de plus de 100 millions de doses d’AstraZeneca, du fait notamment de restrictions aux exportations observées par l’Inde.

Ce dernier pays, qui abrite le plus grand fabricant de vaccins au monde (SII), a décidé de privilégier l’immunisation de sa propre population, alors qu’il connaît un record de contaminations. Plus de 126.000 nouvelles infections ont été enregistrées au cours des dernières 24 heures. Or seules 87 millions de doses ont été administrées jusqu’ici pour une population de 1,3 milliard d’habitants et selon les médias locaux, plusieurs Etats sont confrontés à une pénurie de sérum, comme le Maharashtra où se trouve la mégapole Bombay.

Le ministre de la santé de cet Etat a averti mercredi que les stocks risquaient d’être épuisés dans les trois jours. « Nous devons dire aux gens que, puisque les vaccins ne sont pas arrivés, ils doivent rentrer chez eux », a déclaré Rajesh Tope.

Au moins 708,4 millions de doses de vaccins anti-Covid ont été administrées dans le monde, selon un comptage réalisé jeudi par l’AFP à partir de sources officielles.

Inégalités d’accès

Mais de fortes inégalités subsistent entre pays à « revenu élevé » au sens de la Banque mondiale, qui concentrent près de la moitié des doses administrées, et pays à « faible revenu », où n’ont été administrées que 0,1 % des doses.

L’Afrique demeure « en marge », avec seulement « 2 % des vaccins administrés dans le monde », a déploré jeudi la directrice pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) Matshidiso Moeti. Amnesty International a dénoncé le « quasi-monopole » des pays riches sur les vaccins face à une pandémie qui a fait plus de 2,89 millions de morts dans le monde, selon un bilan établi par l’AFP.

Aux Etats-Unis, la vaccination « est en pleine effervescence », s’est réjoui le président Joe Biden, assurant qu’à partir du 19 avril tous les adultes américains seraient éligibles.

Pays le plus endeuillé avec près de 560.000 morts, les Etats-Unis en sont à plus de trois millions d’injections quotidiennes en moyenne sur les sept derniers jours.

Pour autant, le nombre d’infections quotidiennes a recommencé à augmenter et reste à un niveau très élevé (plus de 74.000 nouveaux cas mercredi).

Des pays comme l’Argentine, l’Inde, le Qatar, Cuba ou encore la Tunisie ont annoncé un renforcement des restrictions en vigueur dans l’espoir d’enrayer la hausse des contaminations. L’Ontario, province la plus peuplée du Canada, se reconfine à partir de jeudi.

Au Brésil, plus de 4.000 personnes sont mortes du Covid-19 mardi et plus de 3.800 mercredi.

L’institut de référence en santé publique Fiocruz a estimé mardi « absolument nécessaire » le confinement pour faire face à la saturation des hôpitaux. Mais le président d’extrême droite Jair Bolsonaro l’a exclu.

La Pologne a annoncé jeudi 954 décès dus au Covid-19, un record journalier. L’Iran a elle franchi la barre des deux millions de cas confirmés.

Par Le Point avec AFP

Des milliers de personnes dans les rues pour la fête des couleurs en Inde

mars 29, 2021

Des cris de joie résonnent dans les petites rues bondées de Vrindavan, dans le nord de l’Inde, à trois heures de route de Delhi. Des milliers de festivaliers s’aspergent de poudre colorée.Des festivaliers colorés défient la pandémie en Inde.© /Radio-Canada Des festivaliers colorés défient la pandémie en Inde.

C’est la fête la plus joyeuse et la plus colorée en Inde. Elle est célébrée par les citoyens de toutes les castes et de tous les horizons depuis le 4e siècle.

Même en temps de pandémie, les foules ont accouru.Plusieurs villes indiennes ont banni les célébrations de la fête de Holi cette année.© /Radio-Canada Plusieurs villes indiennes ont banni les célébrations de la fête de Holi cette année.

Ces rassemblements ont lieu au moment où la deuxième vague progresse de façon inquiétante et où les autorités envisagent d’imposer un nouveau confinement.

L’Inde rapportait lundi 68 020 nouveaux cas de COVID-19, un sommet depuis le 11 octobre dernier.

Plusieurs villes indiennes, dont Mumbai, le principal foyer d’éclosion du pays, ont banni les célébrations de la fête de Holi cette année afin de limiter les rassemblements.

Les Indiens étaient encouragés à ne pas voyager et à célébrer à la maison.La distanciation sociale ne semble plus exister, et seules quelques rares personnes portent un masque.© /Radio-Canada La distanciation sociale ne semble plus exister, et seules quelques rares personnes portent un masque.

La fête, malgré les mises en garde

Une jeune femme, toute de rouge vêtue et le visage traversé par des traits de peinture verte, a tout de même fait cinq heures de route pour venir fêter à Vrindavan. Avec un grand sourire contagieux, elle peint en vert le visage des festivaliers.

«C’est la joie, dit-elle simplement. Le festival me remplit de bonheur et me permet de rencontrer tout plein d’étrangers.»Philippe Leblanc et Maxime Beauchemin avant le tournage

© /Radio-Canada Philippe Leblanc et Maxime Beauchemin avant le tournage

Un peu plus loin, des enfants ciblent des passants avec leurs fusils remplis d’eau rosée. Personne n’échappe aux gentilles attaques d’eau et de poudre colorée. Pas le droit d’être fâché la journée de Holi.

Philippe Leblanc et le caméraman Maxime Beauchemin après leur tournage

© Philippe Leblanc/Radio-Canada Philippe Leblanc et le caméraman Maxime Beauchemin après leur tournage

Les assaillants s’excusent : «Bura na mano, Holî hai.» Ce qui signifie «Ne soyez pas fâché, c’est Holi» en hindi.

Un peu plus loin dans la rue, des amis se serrent dans les bras les uns des autres. La distanciation sociale n’existe plus ici, et seules quelques rares personnes portent un masque.

«Il faudra reprendre la distanciation physique après la fête. Mais d’ici là, joyeux Holi à tous», lance un homme couvert de poudre rose.

Chaque couleur a sa signification : orange pour l'optimisme, jaune pour la joie.

© /Radio-Canada Chaque couleur a sa signification : orange pour l’optimisme, jaune pour la joie.

Un hommage à Krishna

Holi est aussi une fête spirituelle. Les fidèles viennent au temple rendre hommage au dieu Krishna.

«J’ai prié pour qu’il mette un terme à la pandémie de COVID-19», explique un homme dans le temple.

Pour fêter, il faut bien s’équiper et passer chez le marchand de poudre colorée conservée dans de grands sacs.

Chaque couleur a sa signification : orange pour l’optimisme, jaune pour la joie, vert pour le renouveau et bleu pour la vitalité.

Aujourd’hui, c’est l’insouciance, la joie, la fête. Demain, ce sera le brutal retour à la réalité, à la progression inquiétante de la COVID-19 en Inde et au spectre d’un nouveau confinement.

Avec Radio-Canada 

L’Inde utilise l’arrivée des Rafale comme avertissement envers la Chine

juillet 29, 2020

 

L’Inde a acheté 36 avions de combat Rafale à la France pour une somme estimée à 9,4 milliards de dollars. La livraison du dernier appareil est prévue avant la fin 2021.

Le ministre de la Défense indien a profité de l’atterrissage mercredi 29 juillet des cinq premiers avions de combat Rafale arrivés de France pour lancer un avertissement à peine voilé à la Chine sur fond de tensions territoriales. L’arrivée des cinq avions, accueillis par une haie d’honneur de canons à eau sur la base d’Ambala dans le nord du pays, marque «le début d’une nouvelle ère» dans l’histoire militaire de l’Inde, a affirmé le ministre de la Défense Rajnath Singh.

Les appareils rendront l’Indian Air Force «bien plus forte pour faire face à une quelconque menace», a-t-il ajouté sur Twitter. Si le ministre n’a pas nommé directement la Chine, les médias et observateurs du pays ont affirmé que ses déclarations visaient clairement le géant voisin. «Si quelqu’un devait être inquiet ou critique sur ces nouvelles capacités de l’Indian Air Force, ce devrait être ceux qui veulent menacer notre intégrité territoriale», a affirmé le ministre.

L’Inde a acheté 36 avions de combat Rafale à la France pour une somme estimée à 9,4 milliards de dollars. La livraison du dernier appareil est prévue avant la fin 2021. Le Rafale était attendu avec impatience par New Delhi en raison du vieillissement de la flotte disparate d’avions de combat indiens et de tensions frontalières récurrentes avec Islamabad et Pékin.

Le 15 juin, une confrontation meurtrière, la première en 45 ans, a opposé militaires indiens et chinois au Ladakh (nord de l’Inde), le long de leur frontière contestée, coûtant la vie à au moins 20 soldats indiens. L’incident, dont chaque pays attribue la responsabilité à l’autre, a entraîné les mouvements de milliers de troupes dans la région. La Chine et l’Inde ont cependant poursuivi les discussions dans le but selon elles d’apaiser les tensions.

Un retard militaire avec la Chine

L’Inde a reconnu son retard derrière la Chine et d’autres puissances dans ses capacités militaires, et l’achat des avions Rafale représente un projet parmi d’autres dans le renforcement de son armée forte d’1,4 million de membres. L’arrivée des avions Rafale «aidera l’Inde à faire face à la menace chinoise grandissante , puisqu’il devient clair que l’affrontement territorial actuel au Ladakh se prolongera jusqu’en hiver», a soutenu Sameer Patil, expert sur la sécurité internationale pour le groupe de réflexion Gateway House.

L’an passé, l’opposition indienne a accusé le gouvernement d’avoir favorisé le conglomérat privé, Reliance Group, comme partenaire de Dassault(*), aux dépens de l’entreprise publique Hindustan Aerospace Industries (HAL). Reliance Group est dirigé par l’homme d’affaires Anil Ambani, réputé proche du Premier ministre Narendra Modi.

L’avionneur, dont l’Inde a été le premier client international dès 1953, espère vendre des Rafale supplémentaires à New Delhi. Le géant d’Asie du Sud avait formulé en mai 2017 une demande officielle d’informations pour la fourniture de 57 avions de combat destinés à la marine indienne et une autre en juillet 2018 pour 110 appareils destinés à l’Indian Air Force.

Par Le Figaro avec AFP

Coronavirus: la France fournit à l’Inde des respirateurs et des tests

juillet 28, 2020

 

La France a livré mardi 28 juillet à l’Inde une centaine de respirateurs et des dizaines de milliers de tests de dépistage du coronavirus. Cette cargaison, acheminée par un avion militaire français, vient en réponse à l’aide en médicaments que l’Inde avait accordée à la France au plus fort de la pandémie en avril.

Les 130 respirateurs et 50.000 kits de dépistage ont été remis à la Croix-Rouge indienne sur une base aérienne à New Delhi. Depuis le début de l’épidémie en Inde, quelque 35.000 personnes sont mortes du coronavirus et le nombre de cas d’infection vient de dépasser le million et demi.

Avec près de 50.000 nouveaux cas chaque jour, l’Inde est le pays où la pandémie progresse le plus rapidement et le troisième pays le plus touché en nombre de cas après le Brésil et les États-Unis. Cette aide médicale de Paris intervient alors que les cinq premiers avions de combat français Rafale commandés en 2016 par New Delhi viennent de s’envoler pour rejoindre leur base indienne. La commande porte au total sur 36 exemplaires et les livraisons des appareils restants doivent s’étaler jusqu’en 2022.

Par Le Figaro avec AFP

Le coronavirus en Inde entre reconfinement et amendes

juillet 14, 2020

Coronavirus : les 120 millions d’habitants de l’État indien du Bihar reconfinés du 16 au 31 juillet

Le grand État du Bihar, dans le nord de l’Inde, a annoncé mardi 14 juillet le reconfinement à partir de jeudi et pour deux semaines de ses quelque 120 millions d’habitants afin de freiner l’épidémie de coronavirus.

«Le gouvernement du Bihar a décidé d’un confinement de quinze jours du 16 juillet au 31 juillet», a tweeté le vice-ministre en chef de l’État, Sushil Kumar Modi. C’est le plus vaste reconfinement local en Inde depuis la levée du confinement à l’échelle nationale début juin, alors que la maladie Covid-19 continue de flamber dans le pays d’Asie du Sud.

En Inde, les amendes pleuvent pour non port du masque

Le gouvernement indien impose le port du masque dans l’espace public, dans les transports et au travail. Les amendes grimpent jusqu’à 11 euros.

Depuis qu’il a pu recommencer à travailler il y a plus d’un mois, Munish Tiwari, un chauffeur de VTC indien, a déjà écopé de deux amendes de 500 roupies (5,8 euros) pour non-respect du port obligatoire du masque.

«Ce n’est pas confortable et je n’arrive pas à respirer lorsque je le porte», explique à l’AFP ce conducteur de New Delhi, qui a perdu les revenus d’une journée de travail en contraventions. «Je dois le porter lorsqu’il y a des passagers, mais aussitôt que les portes se ferment et qu’ils sont partis, je l’enlève normalement. Je suis une proie facile pour la police.»

L’épidémie de coronavirus fait actuellement rage en Inde, qui compte à ce jour 23.727 morts sur 906.752 cas déclarés de la maladie Covid-19. Les spécialistes estiment que le pic de l’épidémie n’est toujours pas atteint dans la deuxième nation la plus peuplée de la planète, où les chiffres grimpent rapidement.

Dans ce contexte de crise sanitaire, le gouvernement impose le port du masque dans l’espace public, dans les transports et au travail. Si la mesure semble globalement respectée dans les grandes villes, de nombreux Indiens portent cependant leur inconfortable masque de façon baroque, pendant à l’oreille, glissé sous le nez ou le menton.

«Négligence»

Depuis mars, la police de Delhi a distribué plus de 42.000 amendes pour non port du masque ou non respect de la distanciation physique. À travers l’Inde, les forces de l’ordre ont ainsi récolté des centaines de milliers d’euros en contraventions, qui vont de 200 roupies à Bangalore (2,3 euros) à 1.000 roupies (11,7 euros) à Bombay.

Les amendes données pour non-respect des mesures de protection sanitaire s’élèvent à près de 117.000 euros en un mois dans la ville de Bangalore (sud), a annoncé la semaine sur Twitter le chef de la police locale, Hemant Nimbalkar. «Nous ne sommes pas fiers de cette prouesse», a-t-il commenté, appelant les habitants à respecter les consignes destinées à freiner la propagation du coronavirus.

Dans une récente adresse télévisée à la nation, le Premier ministre Narendra Modi a fustigé la «négligence» d’une partie de ses concitoyens face au virus et les a enjoints à ne pas relâcher leur vigilance. Dans la ville de Firozabad (nord), les contrevenants au port du masque n’écopent pas d’amende mais doivent suivre un cours de quatre heures sur la distanciation physique et recopier 500 fois «Un masque doit être porté».

Dans une rue d’Hyderabad, l’AFP a rencontré la professeure Sunitha Michael portant son masque sous le menton, une lanière coincée entre ses dents. Pour pouvoir parler au téléphone, a-t-elle expliqué. «Franchement, je déteste devoir porter un masque car c’est pénible, mais je dois respecter les règles», a-t-elle témoigné.

Par Le Figaro avec AFP

Premier affrontement militaire meurtrier entre l’Inde et la Chine en 45 ans

juin 16, 2020

Au moins vingt soldats indiens ont péri dans une confrontation avec l’armée chinoise dans la nuit de lundi à mardi sur la frontière disputée au Ladakh, dans le nord de l’Inde.

Vingt soldats indiens ont péri dans une confrontation avec l’armée chinoise dans la nuit de lundi à mardi sur la frontière disputée au Ladakh, dans le nord de l’Inde, premier accrochage militaire meurtrier en 45 ans entre les deux géants asiatiques. L’armée indienne a d’abord annoncé mardi la mort d’un officier et de deux soldats, évoquant des morts «des deux côtés». En soirée, elle a fait état de 17 autres «grièvement blessés au champ d’honneur» qui avaient «succombé à leurs blessures». La Chine a de son côté évoqué des «morts et blessés», sans toutefois préciser dans quel camp, et accusé l’Inde d’être responsable de l’incident. Un militaire indien basé dans la région a assuré à l’AFP qu’il n’y avait pas eu d’échange de tirs. «Aucune arme à feu n’a été utilisée. Il y a eu de violents corps-à-corps», a déclaré cette source, qui a requis l’anonymat car elle n’est pas autorisée à parler à la presse.

Le ministère indien des Affaires étrangères a répliqué par la voix de son porte-parole Anurag Srivastava, attribuant la responsabilité de l’affrontement à la Chine à travers «une tentative de changer unilatéralement le statu quo» à la frontière. Des troupes des deux puissances nucléaires se sont engagées depuis début mai dans plusieurs face-à-face tendus le long de leur frontière commune, principalement au Ladakh, et ont acheminé des milliers de soldats en renforts. Une crise que les parties affirment cependant vouloir résoudre par la voie diplomatique.

À la suite de pourparlers entre des généraux des deux armées il y a une dizaine de jours, un processus de désengagement militaire avait été enclenché dans certaines des zones disputées de la région en haute altitude du Ladakh. «Durant le processus de désescalade en cours dans la vallée de Galwan, une confrontation violente s’est produite la nuit dernière et a fait des victimes des deux côtés», a déclaré mardi un porte-parole de l’armée indienne. Pour sa part, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a accusé les troupes indiennes d’avoir «franchi la frontière à deux reprises, avant de se livrer à des activités illégales et de provoquer et d’attaquer des soldats chinois, avec pour résultat une grave confrontation physique».

L’Onu appelle à la retenue

Un porte-parole de l’armée chinoise, Zhang Shuili, a ajouté dans un communiqué publié par le ministère de la Défense que l’incident a entraîné des «morts et blessés». Il n’a précisé ni leur nombre ni leur nationalité. La dernière altercation meurtrière entre militaires indiens et chinois datait de 1975, lorsque quatre soldats indiens avaient perdu la vie en Arunachal Pradesh (est). Aucune balle n’a été tirée au-dessus de la frontière indo-chinoise depuis. Des haut gradés des deux bords s’entretiennent actuellement sur place pour désamorcer la situation, selon le communiqué de l’armée indienne.

Les États-Unis ont dit mardi espérer que l’Inde et la Chine parviennent à régler pacifiquement leurs différends. «L’Inde et la Chine ont toutes les deux exprimé leur volonté d’un apaisement, et nous soutenons une solution pacifique à la situation actuelle», a déclaré un porte-parole du département d’Etat américain. À New York, une porte-parole de l’Onu a fait part de la préoccupation de l’Organisation. «Nous exhortons les deux parties à observer le maximum de retenue», a déclaré aux médias Eri Kaneko, en se félicitant des informations faisant état d’un engagement des deux pays à calmer la situation. Début mai, des affrontements à coups de poing, pierres et bâtons avaient notamment opposé des militaires des deux pays dans la région du Sikkim (est de l’Inde), faisant plusieurs blessés. Les troupes chinoises avaient aussi avancé dans des zones considérées par l’Inde comme situées sur son territoire au Ladakh, poussant New Delhi à dépêcher des renforts dans la région.

Si la situation «n’est pas correctement gérée, cela pourrait dégénérer en quelque chose de beaucoup plus gros que ce que nous imaginions au départ», a déclaré à l’AFP Harsh V Pant, analyste à l’Observer Research Foundation de New Delhi. «La Chine, avec ses meilleures infrastructures, ses capacités militaires supérieures, pense peut-être que c’est le moment de pousser l’Inde, pour voir jusqu’où ira l’Inde», a-t-il avancé. Les deux pays ont plusieurs litiges territoriaux de longue date, dans les secteurs du Ladakh et de l’Arunachal Pradesh.

Les confrontations dans des zones montagneuses entre armées indienne et chinoise sont devenues plus fréquentes ces dernières années, ce que l’administration Trump interprète comme le signe d’une agressivité chinoise croissante en Asie. En 2017, soldats indiens et chinois ont passé plus de deux mois à se faire face sur un plateau himalayen stratégique dans la région du Bhoutan. Des pourparlers avaient mené à un désengagement militaire des deux parties. Le dernier conflit ouvert entre les deux nations les plus peuplées de la planète remonte à la guerre éclair de 1962, qui avait vu les troupes indiennes rapidement défaites par l’armée chinoise.

Par Le Figaro avec AFP

Inde: expulsion de deux employés de l’ambassade pakistanaise accusés d’espionnage

juin 1, 2020

 

Deux employés de l’ambassade du Pakistan ont été expulsés d’Inde lundi 1er juin, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la représentation diplomatique, après les accusations d’espionnage formulées par New Delhi et démenties par Islamabad.

Le gouvernement de Narendra Modi a annoncé dimanche soir avoir interpellé ces deux responsables et leur avoir intimé de quitter l’Inde dans les 24 heures «pour s’être livrés à des activités d’espionnage».

Les deux Pakistanais sont retournés dans leur pays lundi matin en passant par le poste-frontière de Wagah, au Penjab (nord de l’Inde), a annoncé à l’AFP le porte-parole de l’ambassade pakistanaise en Inde.

Islamabad a convoqué le chargé d’affaires indien au Pakistan pour lui signifier sa «condamnation» de cette expulsion. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères pakistanais a affirmé que les accusations d’espionnage sont «sans fondements» et a estimé que l’expulsion des deux employés constitue une «violation claire» de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

Selon la presse indienne, les deux employés de l’ambassade tentaient de se procurer des informations sur la sécurité nationale indienne en échange d’argent.

Par Le Figaro avec AFP

Une fillette violée dans une ambassade américaine en Inde

février 6, 2020

Les autorités indiennes ont arrêté et inculpé un homme suspecté du viol d’une fillette de cinq ans dans l’enceinte de l’ambassade américaine à New Delhi en Inde. «Le suspect a été arrêté dimanche, immédiatement après la plainte des parents» de la victime, déclare l’enquêteur Yogesh Kumar. Les premiers examens médicaux semblent confirmer qu’elle a bien été violée. Le suspect a été mis en examen en vertu des lois sur les violences sexuelles contre les mineurs, qui vont jusqu’à la peine de mort.

Les faits se sont déroulés samedi dans les quartiers du personnel indien de la représentation diplomatique des États-Unis dans l’ambassade américaine qui est l’un des lieux les plus sécurisés de la capitale indienne, y rentrer nécessite de passer de nombreux contrôles.

L’accusé de 25 ans et la petite fille, tous deux enfants d’agents d’entretien de l’ambassade, habitaient à l’intérieur du complexe. Selon l’enquêteur, la petite fille jouait dehors lorsque le suspect l’a attiré jusque chez lui à la suite de quoi la victime s’est plainte auprès de ses parents.

Quelque 34.000 viols ont été signalés aux autorités indiennes en 2018, un chiffre sous-estimé selon les experts qui estiment que ce nombre ne constitue que la partie émergée de l’iceberg, en raison de la loi du silence qui prévaut encore souvent dans cette société patriarcale. Les violences contre les femmes sont sur le devant de la scène en Inde depuis le viol collectif d’une jeune fille dans un bus de Delhi en 2012, qui avait choqué le pays et le monde.

Par Le Figaro avec AFP

Inde : colère après un nouveau cas de viol collectif suivi d’un meurtre

novembre 30, 2019

Quatre hommes ont été arrêtés après la mort d’une jeune femme de 27 ans dans le Sud de l’Inde.

Des centaines de personnes ont fait le siège samedi 30 novembre d’un commissariat en Inde où se trouvaient quatre hommes arrêtés pour le viol collectif et le meurtre d’une jeune femme.

Des renforts de police ont dû intervenir pour assurer la sécurité du commissariat d’Hyderabad (sud). Les quatre suspects devaient comparaître devant un magistrat plus tard dans la journée de samedi.

Parallèlement, des policiers ont repoussé à coups de bâtons une foule venue se rassembler devant le bâtiment d’Hyderabad où la jeune vétérinaire âgée de 27 ans aurait été suppliciée et son corps brûlé.

Selon la police, la jeune vétérinaire avait été enlevée mercredi soir au moment où elle reprenait son scooter. Les quatre hommes auraient crevé l’un des pneus de son scooter en son absence puis lui auraient proposé leur aide à son retour.

La victime a appelé sa soeur cadette pour lui expliquer qu’elle était en panne et qu’un groupe d’hommes lui avaient proposé de réparer son scooter, se disant «effrayée» selon le témoignage de cette soeur à la police. La soeur a voulu ensuite la rappeler mais son téléphone était débranché. Selon la police, les restes carbonisés du corps de la jeune femme ont été découverts jeudi matin. Le corps avait été placé dans une couverture puis arrosé d’essence avant d’être incendié.

Malgré l’arrestation rapide des quatre suspects, l’affaire a révulsé le pays où les violences sexuelles font régulièrement la une depuis le viol collectif d’une étudiante à bord d’un autobus à New Delhi en 2012, qui avait suscité une indignation internationale.

Des manifestations de protestation ont été organisées dans plusieurs villes outre Hyderabad et l’affaire a suscité des dizaines de milliers de commentaires sur Twitter.

«Les coupables doivent recevoir le châtiment le plus ferme», a tweeté le premier ministre de l’Etat du Rajasthan, Ashok Gehlot. «Comment peut-on faire subir à un être humain une violence si terrible ?», a commenté l’opposant Rahul Gandhi, ex-président du parti du Congrès.

Un ministre du Telegana, l’Etat où se trouve Hyderabad, a provoqué la colère de groupes féministes en déclarant que la jeune femme aurait pu être sauvée si elle avait appelé la police plutôt que sa soeur. «Maintenant, on fait porter la faute à la victime», s’est insurgée Swati Maliwal, cheffe de la Commission des femmes à Delhi.

Par Le Figaro avec AFP