Posts Tagged ‘Afrique’

Coronavirus : l’OMS appelle les pays africains à prendre des mesures de contrôle « drastiques »

février 22, 2020

Un homme achète un masque pour se protéger du coronavirus, en Zambie, le 6 février 2020.

Un homme achète un masque pour se protéger du coronavirus, en Zambie, le 6 février 2020. © Emmanuel Mwiche/AP/SIPA

 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a alerté samedi sur la vulnérabilité des systèmes de santé sur le continent, mal équipés pour affronter l’épidémie en cas de contaminations.

Au cours d’une réunion des ministres de la Santé des pays de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba, le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé les pays de l’UA à « faire front commun pour être plus agressifs » dans la lutte contre le nouveau coronavirus Covid-19.

« Notre principale (source de) préoccupation continue d’être le potentiel de dissémination du Covid-19 dans les pays dont les systèmes de santé sont plus précaires », a déclaré le chef de l’OMS dans une liaison vidéo depuis Genève.

Un cas recensé sur le continent

Jusqu’à présent, l’Égypte est le seul pays d’Afrique a avoir enregistré un cas confirmé de contamination.

Plus de 200 cas suspects ont été recensés dans les pays de la région Afrique de l’OMS, soit la plus grande partie du continent, mais presque tous se sont avérés négatifs, a déclaré samedi la directrice du bureau régional de l’Afrique Matshidiso Rebecca Moeti.

Mais si le coronavirus commence à se répandre sur le continent, les systèmes de santé devront prendre en charge des patients atteints de symptômes comme des défaillances respiratoires, des chocs septiques ou la défaillance simultanée de plusieurs organes, a relevé M. Tedros.

« Ces patients ont besoin de soins intensifs nécessitant des équipements comme des appareils d’assistance respiratoire qui manquent dans de nombreux pays africains, et c’est une source de préoccupation », a-t-il dit.

La Chine en quarantaine

Le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat a appelé les responsables africains à « prendre des mesures drastiques de prévention et de contrôle », car l’Afrique est particulièrement vulnérable « en raison de ses systèmes de santé relativement précaires ».

Le défi pour les pays africains est aussi de développer les capacités à procéder à des tests de dépistage.

En trois semaines, le nombre de pays africains capables d’effectuer des tests pour détecter le coronavirus est passé de deux à 26, a indiqué Mme Moeti.

Plusieurs compagnies aériennes africaines dont Kenya Airways ont suspendu leurs vols à destination de la Chine, mais la première compagnie du continent, Ethiopian Airlines a maintenu les siens.

Liu Yuxi, ambassadeur de Chine auprès de l’UA, a appelé les responsables africains à alléger les restrictions sur les voyages. « La panique excessive pourrait en réalité accroître la maladie », a-t-il affirmé.

Par Jeune Afrique avec AFP

Coronavirus : Égypte, Algérie et Afrique du Sud, pays africains les plus exposés

février 10, 2020

Une modélisation détaille l’état de préparation et la vulnérabilité des États du continent face à l’importation du 2019-nCoV par des voyageurs aériens

Un expatrié chinois dans la China Town de Johannesburg, en Afrique du Sud, le 7 février 2020. LUCA SOLA/AFP

Quel sera le premier pays africain touché par le coronavirus ? A la date du dimanche 9 février, 24 pays ont notifié à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) des cas d’infection par le 2019-nCoV importés de Chine mais aucun cas n’a encore été confirmé sur le continent africain. Néanmoins, la Chine étant le premier partenaire commercial de l’Afrique et du fait des nombreuses liaisons aériennes existant entre Pékin et le continent, la préoccupation est grande vis-à-vis d’une possible introduction de ce nouveau coronavirus aisément transmissible.

Il apparaît que le risque d’importation du 2019-nCoV est très hétérogène selon les pays et que les plus susceptibles de découvrir sur leur territoire un cas importé ne disposent pas tous de la même capacité à y répondre. Le spectre d’une épidémie dans un pays au système sanitaire en pleine construction est en effet source d’inquiétude forte.

Or, selon une modélisation, un groupe de trois États se situe dans le trio de tête des pays les plus menacés par une arrivée du virus : l’Égypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud. Ils sont suivis d’un second groupe constitué, lui, du Nigeria et de l’Éthiopie.

Trafic aérien Chine-Afrique

C’est une équipe internationale, dirigée par Vittoria Colizza (Institut Pierre-Louis, Inserm – Sorbonne Université) qui a publié ce travail vendredi sur le site medrxiv.org une modélisation du risque pour les pays africains. Pour cela, les auteurs – y compris le chercheur ivoirien Serge Paul Eholié – ont croisé plusieurs paramètres. D’une part, le risque lié à l’ampleur des flux de voyageurs vers l’Afrique au départ des différentes provinces de Chine, à l’exception de celle du Hubei, épicentre de l’épidémie, en raison de l’interdiction des vols aériens que les autorités chinoises lui ont imposée à partir du 23 janvier. D’autre part, la vulnérabilité de chaque État africain face à une urgence épidémique et ses capacités à parer à l’éventualité d’une importation de cas.

Les chercheurs ont estimé ce risque en s’appuyant sur les données du trafic aérien Chine-Afrique au cours de l’année écoulée, sur le nombre de cas confirmés et la taille de la population dans chacune des provinces chinoises. Les auteurs ont pris en compte ces données d’incidence et les trois aéroports ayant le plus gros trafic aérien dans chaque province. Puis ils ont calculé la probabilité pour une ville chinoise d’être le point de départ d’une personne infectée pour chacun des pays africains sachant qu’il existe des relations privilégiées entre certaines provinces chinoises et différents pays d’Afrique. Ce qui a montré que l’Égypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud sont les trois pays sont les plus exposés à l’importation du 2019-nCoV par le biais aérien.

Les deux index de capacité et de vulnérabilité sont exprimés sur une échelle allant de 0 à 100. Plus le chiffre est élevé, plus le niveau de capacité est important et moins la vulnérabilité est grande. Chaque pays se voit donc attribuer une probabilité plus ou moins forte pour le risque d’introduction d’un cas importé de Chine, ainsi qu’un score de capacité et une note de vulnérabilité. Bien entendu, une même valeur d’indice peut recouvrir des points forts et des faiblesses différents selon les pays.

Égypte, Algérie et Afrique du Sud présentent des aptitudes de réponse allant de « modéré » à « élevé ». L’Égypte a ainsi un index de capacité à 87 sur 100 et un index de vulnérabilité à 53 ; l’Algérie obtient 76 en capacité et 49 en vulnérabilité et l’Afrique du Sud, elle, possède un index de capacité de 62 et un indice de vulnérabilité de 69.

Pour évaluer les capacités des pays africains, Marius Gilbert (Université libre de Bruxelles), Moritz Kraemer (Harvard University et Boston Children Hospital) et leurs collègues se sont servis de l’outil de l’OMS pour l’autoévaluation des Etats membres à mettre en œuvre les dispositions du règlement sanitaire international (RSI) permettant de gérer les questions de sécurité sanitaire. L’autre dimension, la vulnérabilité, a été évaluée au moyen d’un index rassemblant des données sanitaires, économiques, démographiques, ainsi que des données sur la dynamique de la maladie et le contexte politique national et international.

Dans le classement selon le risque décroissant d’introduction du nouveau coronavirus, deux pays fortement peuplés : le Nigeria et l’Éthiopie, avec des capacités modérées (respectivement 51 et 67) couplées à une vulnérabilité élevée (respectivement 27 et 38). Ce qui les place juste après le trio de tête.

Un troisième groupe comprenant le Maroc, le Soudan, l’Angola, la Tanzanie, le Ghana et le Kenya, ont des populations relativement similaires en nombre et un risque d’importation modéré. Cependant, l’index de capacité varie entre eux de 34 (Kenya) à 75 (Maroc) et ces pays possèdent un indice de vulnérabilité globalement bas (inférieur à 46), reflétant une faiblesse importante, à l’exception du Maroc (vulnérabilité évaluée à 56).

Expatriés africains

Le reste des 54 pays africains présentent un risque d’introduction du virus ainsi qu’une vulnérabilité allant de « bas » à « modéré » et, pour la majorité d’entre eux, un score de capacité relativement bas, à l’exception de la Tunisie et du Rwanda.

Bien sûr, comme dans toute modélisation, des facteurs peuvent modifier les prévisions. C’est le cas de la dynamique de l’épidémie en Chine même. Les auteurs citent par exemple les conséquences d’une éventuelle élévation significative du nombre de nouveaux cas dans la province du Guandong, qui augmenterait plus particulièrement le risque d’introduction du virus dans un groupe de pays composé du Cameroun, de la République démocratique du Congo (RDC), de Madagascar, du Mozambique, du Rwanda, du Sénégal et de la Tunisie. De même des restrictions sur les vols aériens entre la Chine et l’Afrique – le plus gros opérateur aérien africain Ethiopian Airlines représentant à lui seul la moitié de ce trafic – modifieraient ce risque.

« Avec notre travail de modélisation, nous voulons attirer l’attention des pays riches sur le danger que représente cette épidémie pour la santé mondiale. Nous pouvons le faire, car beaucoup de données sont disponibles et cela peut aider à mieux cadrer ce qui se passe », plaide Vittoria Colizza.

D’ores et déjà beaucoup de pays africains ont renforcé leur surveillance dans les aéroports avec des contrôles de température et des entretiens avec les passagers arrivant de Chine, ainsi que leurs campagnes de communication, comme les y encourage l’OMS. Personne n’a oublié que, lors de l’épidémie de Sras en 2002-2003, partie elle aussi de Chine, l’Afrique du Sud avait déclaré des cas d’infection. Il y a beaucoup d’expatriés africains travaillant ou étudiant en Chine et leur pays d’origine n’est souvent pas en capacité de les rapatrier faute de pouvoir les prendre en charge en les isolant à leur retour.

Le Monde.fr par Paul Benkimoun

Russie: Poutine accueille l’Afrique à Sotchi

octobre 23, 2019

 

Le sommet symbolise les ambitions grandissantes de Moscou dans une région où Chinois et Occidentaux ont plusieurs longueurs d’avance.

RUSSIA-EGYPT-DIPLOMACY-POLITICS

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et Vladimir Poutine, le 17 octobre 2018. Pavel Golovkin / POOL / AFP

Vladimir Poutine ouvre mercredi le «sommet Russie-Afrique», premier du genre et symbole des ambitions grandissantes de Moscou dans une région où Chinois et Occidentaux ont plusieurs longueurs d’avance. Devant plusieurs dizaines de chefs d’État et de gouvernement africains, le président russe ouvrira ce sommet à 8h GMT dans la station balnéaire de Sotchi avec son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, qui préside l’Union africaine. Au programme du sommet, réplique des «forums sur la coopération sino-africaine» qui ont permis à Pékin de devenir le premier partenaire du continent, deux jours de discussions sur des thèmes allant des «technologies nucléaires au service du développement de l’Afrique» aux «minerais africains au profit des peuples d’Afrique».

Comme son équivalent chinois, la rencontre a vocation à être organisée tous les trois ans. Pour cette première, Moscou a mis les petits plats dans les grands. «Quarante-trois pays seront représentés par leurs dirigeants. Et onze autres par des vice-présidents, chefs de la diplomatie ou ambassadeurs», a dit aux journalistes le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov. Soit les 54 États africains. Des poids lourd seront là, du Sud-Africain Cyril Ramaphosa au Nigérian Muhammadu Buhari, tout comme des partenaires historiques tel l’Angolais Joao Lourenço ou plus récents comme le Centrafricain Faustin-Archange Touadéra. Des pays où la Russie est quasi absente seront aussi représentés, à l’instar de la Côte d’Ivoire avec son président Alassane Ouattara, qui aura en tête l’éventuelle conclusion d’un accord de coopération militaire.

Pas d’ingérence politique

Pour le président russe, qui a programmé 13 rencontres bilatérales, le forum sera l’occasion de démontrer qu’il a les intérêts africains à cœur, lui qui en 20 ans ne s’est déplacé que trois fois en Afrique subsaharienne, toujours en Afrique du Sud. «Nous sommes en train de préparer et de réaliser des projets d’investissements avec des participations russes qui se comptent en milliards de dollars», a-t-il souligné dans un entretien diffusé lundi par l’agence Tass. Car Moscou, après cinq années de sanctions économiques occidentales, a un besoin crucial de partenaires et de débouchés pour conjurer sa croissance atone. Dans un contexte de tensions exacerbées avec les pays occidentaux, le sommet de Sotchi sera aussi l’occasion pour la Russie, après son grand retour au Moyen-Orient à la faveur de ses succès syriens, de montrer qu’elle est une puissance d’influence mondiale.

Reste que l’époque où l’influence soviétique s’exerçait un peu partout sur le continent se fait lointaine. A l’époque, Moscou s’était taillé une place de choix par son soutien aux luttes pour la décolonisation, mais la chute de l’URSS a provoqué un spectaculaire reflux. En 2018, les échanges commerciaux entre la Russie et l’Afrique s’élevaient à 20 milliards de dollars, moins de la moitié de ceux de la France et dix fois moins que la Chine. Et la majorité du commerce concerne les armes, rare domaine dans lequel la Russie reste en tête. Pour retourner la tendance, Vladimir Poutine vante une coopération sans ingérence «politique ou autre», à l’heure où certains acteurs africains, inquiets de leur dépendance financière, commencent à ressentir une forme de lassitude face à la Chine.

«Il est normal et naturel que la Russie veuille approfondir ses relations avec l’Afrique, de la même manière que la Chine, le Japon, les États-Unis et les pays de l’UE», avait expliqué à l’AFP quelques semaines avant le sommet le ministre des Affaires étrangères de Cap-Vert, Luis Filipe Tavares. Mais Moscou a encore du chemin pour concurrencer la Chine ou les Occidentaux. «La Russie n’est pas l’Union soviétique. Elle manque des ressources, de l’idéologie et de l’attrait de son prédécesseur», note Paul Stronski, du Centre Carnegie à Moscou.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Face au réchauffement climatique, la Cnuced plaide pour des investissements massifs en Afrique

septembre 25, 2019

Une manifestations de militants environnementaux à Johannesburg, le 20 septembre 2019. © Themba Hadebe/AP/SIPA

 

La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) propose des outils pour permettre à l’Afrique de lutter, elle aussi, contre le réchauffement climatique. Au premier rangs desquels une économie plus dirigée et un accroissement des investissements dans le secteur de l’énergie.

Face aux conséquences du réchauffement climatique, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) reste fidèle à son habitude de prendre à rebrousse-poil le consensus économique planétaire en préconisant un plus grand dirigisme. Dans son Rapport annuel sur le commerce et le développement 2019 publié le 25 septembre, la Cnuced souligne les difficultés qui attendent les pays en développement pour participer à la défense de l’environnement. « La protection du climat exige une nouvelle vague d’investissements massifs devant servir à réformer le secteur de l’énergie et d’autres secteurs émetteurs de carbone », y lit-on.

Des objectifs hors d’atteintes

Le problème est que l’endettement des pays les moins riches a explosé, depuis les annulations de dette des années 2000, et que les capacités de financement de ces pays sont très réduites, malgré le maintien de taux très bas sur les marchés. À titre d’exemple, la dette publique de l’Afrique du Sud est passée de 31 % de son produit intérieur brut (PIB) en 1980 à 53 % en 2017, et sa dette privée (particuliers et entreprises) a bondi dans le même temps de 48 à 71 %.

« S’ils veulent satisfaire les besoins en investissement que demandent la réalisation des quatre Objectifs de développement durable fixés par l’ONU d’ici 2030 (élimination de la pauvreté, promotion de la nutrition, institution d’un vrai système de santé, mise sur pied d’un système éducatif de qualité) leur tâche semble difficile », explique Rachid Bouhia, économiste et co-auteur du rapport.

Par exemple, si l’Algérie, le Bénin, le Cameroun, l’Éthiopie, le Kenya, le Malawi, le Mali, l’Ouganda et la Tanzanie voulaient y parvenir, « il faudrait soit qu’ils réalisent une croissance de 21 % par an sans augmentation de leur ratio dette/produit intérieur brut actuellement de 47 %, soit qu’ils portent ce ratio à 185 %. Aucun de ces deux scénarios n’est réaliste », constate le rapport.

La Cnuced préconise ainsi cinq solutions pour remédier à cette pénurie de moyens. « Il faudrait d’abord mettre en place un programme mondial de prêts permettant aux pays en développement d’emprunter à des conditions de faveur, détaille Rachid Bouhia. Ce fonds serait alimenté par l’aide au développement des pays donateurs, qui porteraient celle-ci à 0,7 % de leur revenu intérieur brut, comme ils l’ont promis ».

Alléger la dette des pays les moins développés

Deuxième mesure : augmenter les droits de tirage spéciaux (DTS) et les consacrer à la protection de l’environnement. Troisième mesure : « Alléger la dette des pays les moins développés sans conditionnalités ou critères d’admissibilité trop restrictifs, commente Rachid Bouhia. Un tel allègement a déjà amélioré la croissance en Afrique à partir de la fin des années 1990 ».

Quatrième mesure : renforcer la coopération monétaire entre les pays d’une même région afin de refinancer et de promouvoir le commerce intra-régional pour créer des chaînes de valeur et mettre en place de véritables systèmes régionaux de paiement et d’unions de compensation interne.

Cinquième et dernière mesure : « Il faut revoir le cadre législatif du mécanisme de rééchelonnement de la dette en cas de difficultés de remboursement de la dette par un État, conclut Rachid Bouhia, afin que sa restructuration soit ordonnée et équitable ».

Si les États reprennent du poil de la bête face à la finance comme le souhaite la Cnuced, le pari de ces réformes ne sera peut-être pas gagné en 2030, mais l’Afrique aura un peu plus les moyens de participer au sauvetage de la planète, ce dont elle sera la première bénéficiaire.

Jeuneafrique.com par Alain Faujas

Internet : Le Congo classé parmi les pays les moins connectés d’Afrique

août 30, 2019


Qui croire lorsqu’il est question d’accès à Internet en Afrique ? La Banque mondiale évoque une moyenne de 22% d’internautes en Afrique subsaharienne, contre 55% en Afrique du Nord. Le Congo (9%) est classé parmi les pays les moins connectés d’Afrique.

Les 10 pays d’Afrique les plus connectés au 30 juin 2019, selon ce classement, sont le Kenya (83%), le Liberia (80,9%), la Tanzanie (71,6%), les Seychelles (70%), la Tunisie (67%), le Mali (63,4%), Maurice (63,2%), le Cap-Vert (62,8%), le Maroc (61,8%) et le Nigeria (59,5%). Le Liberia doit cette étonnante performance à 4 millions de comptes Facebook pour une population totale de 4,9 millions de personnes.

Ces données reposent sur les statistiques de l’UIT (Union internationale des communications), l’agence des Nations unies dédiée aux technologies de l’information et de la communication (TIC), ainsi que sur les enquêtes nationales réalisées auprès des ménages, dont la précision varie en fonction des pays.

Ce rapport, lui aussi de référence, rappelle à quel point les chiffres comptent, dans la bagarre que se livrent les opérateurs autour d’un véritable pactole.

En 2018, les technologies et les services mobiles ont en effet généré 8,6% du PIB de l’Afrique subsaharienne, créant une valeur ajoutée de plus de 144 milliards de dollars. Et les 167 millions de nouveaux abonnés attendus d’ici 2025 vont alimenter la plus forte croissance de la téléphonie mobile dans le monde. Ils viendront principalement de cinq pays : le Nigeria, l’Éthiopie, la RDC, la Tanzanie et le Kenya.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Niger : une compagnie pétrolière chinoise accusée de menacer l’une des plus grandes réserves naturelles d’Afrique

août 9, 2019

Des antilopes addax dans le désert du Tin Toumma, dans le sud-est du Niger, le 6 mai 2016. © Thomas Rabeil/AFP

 

Des défenseurs de l’environnement nigériens et internationaux ont lancé une pétition contre le déclassement de la moitié de la grande réserve naturelle nigérienne de Termit et Tin Toumma au profit de China National Petroleum Corporation (CNPC).

« Nous avons lancé cette pétition mercredi dernier parce que le gouvernement du Niger a adopté en juin un projet de redéfinition de la réserve, qui est vraiment menacée par l’exploitation pétrolière d’une société chinoise », a déclaré vendredi 9 août Hamadou Soumana Oumarou, membre de l’ONG nigérienne Jeunes volontaires pour l’environnement.

Créée en 2012, à cheval entre les régions d’Agadez (nord), de Zinder (centre-sud) et de Diffa (sud-est), Termit et Tin Toumma est considérée comme l’une des plus grandes réserves terrestres d’Afrique. Elle abrite 130 espèces d’oiseaux et 17 espèces de mammifères, dont des espèces protégées et menacées : gazelle dama, addax, guépard saharien, mouflon à manchettes, selon les services nigériens de l’Environnement. Une centaine de variétés de plantes y a également été répertoriée par l’université de Niamey.

Des espaces et des espèces menacées

Selon Hamadou Soumana Oumarou, la pétition, disponible sur internet, « demande le reclassement de la plus grande réserve naturelle d’Afrique », et accuse « la Chine de détruire impunément la biodiversité en Afrique ». Celle-ci a déjà reçu « 24 000 signataires sur un objectif de 50 000 ».

Le 26 juin, un conseil des ministres avait décidé du « déplacement des limites » de la réserve, afin de « se conformer au contrat de partage de production » qui lie depuis 2008 le Niger à la China National Petroleum Corporation (CNPC).

Néanmoins, le gouvernement a voulu rassurer  : « une partie du périmètre de la réserve empiète sur les blocs pétroliers d’Agadem attribués à CNPC. Ses limites seront déplacées. Mais la réserve conservera la même superficie de 96 560 km2 ».

« Certaines espèces très menacées »

Cette décision « exclut près de 45 000 km2 de l’aire protégée » et « ce déclassement entraînerait la disparition de certaines espèces très menacées, comme l’addax, une espèce d’antilope », s’est alarmée fin juillet l’ONG française Noé, qui avait obtenu en novembre 2018 la gestion de la réserve pour un mandat de vingt ans.

Vingt-et-un puits pétroliers en cours d’exploitation par CNPC cohabitent avec la réserve qui est traversée par un oléoduc sur plus de 100 km, s’inquiète également l’ONG française.

Le ministre nigérien de l’Environnement Almoustapha Garba avait alors estimé que la délégation de gestion à l’ONG Noé permettrait « de pallier les menaces qui compromettent la sauvegarde de la faune » dont « la persistance du braconnage et le sur-pâturage ».

Par Jeune Afrique avec AFP

Aliko Dangote : enquête sur l’homme d’affaires le plus puissant d’Afrique

juillet 6, 2019

Aliko Dangote, lors du CEO Forum à Abidjan en 2016. © ERIC LARRAYADIEU/AFRICA CEO FORUM/JA

 

Dans son édition du 7 juillet, « Jeune Afrique » s’intéresse au Nigérian Aliko Dangote qui poursuit son irrésistible ascension. L’homme le plus riche du continent est en passe de multiplier ses revenus par cinq à l’horizon 2021 grâce à son double projet de raffinerie de pétrole et d’usine de fertilisants à Lekki.

Aliko Dangote (fortune estimée à 16,7 milliards de dollars – 14,8 milliards d’euros – par Bloomberg, à 10,3 milliards par Forbes) fascine plus que jamais. À 62 ans, son ascension paraît irrésistible. Quasi-inconnu hors du Nigeria il y a dix ans, le Prince de Kano jouit désormais d’un statut digne d’un chef d’État – il dispose d’un passeport estampillé Union africaine –, et son aura dépasse allègrement les frontières du continent.

Personnage complexe et ambivalent. À la fois héros de toute l’Afrique et homme d’affaires impitoyable, « fils de » et self-made-man, grand avocat de l’ouverture des marchés africains à son ciment et opposant inlassable à la concurrence au Nigeria, philanthrope et économe, le Prince de Kano est un stakhanoviste, obnubilé par son business.

Pari fou

Le groupe qui porte son nom est en train de changer de dimension sous l’impulsion d’un double projet pharaonique de raffinerie de pétrole et d’usine de fertilisants à Lekki, près de Lagos, dont l’investissement représente au bas mot 15 milliards de dollars.

Un pari fou quand on connaît les risques économiques encourus dans un pays comme le Nigeria. Mais moins pour lui que pour n’importe qui d’autre. Son importance devenue stratégique, son influence politique comme économique lui confèrent une puissance qui l’empêche de perdre.

Mais cette réussite personnelle profite-t-elle au plus grand nombre ? Quoi qu’il en soit, dans son entourage désormais, beaucoup le poussent à envisager un avenir politique…

Par Jeuneafrique.com

Au Cœur de l’actualité africaine

juin 10, 2019

 

Publiée le 10 juin 2019 par TV5/Afrique

Épisodes de l’actualité africaine

juin 8, 2019

Épisodes de l’actualité africaine

Publiée le 8 Juin 2019 par TV5/Afrique

Regard sur l’actualité africaine

juin 6, 2019

 

Publiée le 6 Juin 2019 par TV5/Afrique