Posts Tagged ‘Opposition’

Mauritanie: appels à la libération de deux blogueurs détenus depuis deux mois

mai 22, 2019

 

Amnesty International a appelé mercredi les autorités mauritaniennes à libérer deux jeunes blogueurs proches de l’opposition arrêtés il y a deux mois et poursuivis pour «dénonciation calomnieuse» envers le chef de l’Etat Mohamed Ould Abdel Aziz, alors que l’élection présidentielle se tiendra le 22 juin.

De leur côté, les avocats d’Abderrahmane Ould Wedadi et Cheikh Ould Jiddou, arrêtés le 22 mars et inculpés le 27 mars, ont annoncé la saisie du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire «afin de faire reconnaître le caractère illégal de leur détention et pour demander leur libération immédiate».

Les deux jeunes blogueurs reprenaient depuis plusieurs mois sur Facebook des informations de la presse étrangère «relatives au potentiel gel d’un compte bancaire par les autorités de Dubaï qui appartiendrait au chef de l’Etat mauritanien», ont rappelé mardi dans un communiqué les avocats, Brahim Ould Ebetty et Henri Thulliez. Le président mauritanien, interrogé le 5 mars par la presse sur cette affaire, avait affirmé qu’il «s’agissait d’une rumeur qui finira par s’estomper». Selon leurs avocats, «surtout les deux blogueurs enquêtaient depuis plusieurs années sur une escroquerie immobilière basée sur le système de Ponzi, touchant plusieurs milliers de familles et qui aurait bénéficié à des proches du président sans que l’auteur principal présumé ne soit jamais inquiété par la justice». La personne visée est un chef religieux, cheikh Ridha al-Saïdi, qui a acheté à crédit à des milliers de Mauritaniens des centaines de maisons, terrains, véhicules et bétail à des prix très supérieurs à leur valeur réelle, pour les revendre ensuite bien en-dessous du prix du marché, mais sans jamais les rembourser. Des associations de créanciers du religieux se sont constituées pour réclamer leur dû, manifestant devant sa concession située dans la banlieue nord de la capitale, sans jusqu’à présent saisir la justice.

Amnesty International a pour sa part appelé dans un communiqué les autorités à «libérer immédiatement et sans condition deux célèbres blogueurs détenus depuis deux mois uniquement pour avoir dénoncé sur Facebook des faits présumés de corruption dans le pays», les appelant à «s’ouvrir aux débats et à la critique». «Le respect et la protection du droit à la liberté d’expression devraient être une de leurs priorités, l’élection présidentielle étant prévue le mois prochain», a souligné l’organisation.

Ancien général arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 2008, élu en 2009 puis réélu en 2014, Mohamed Ould Abdel Aziz ne peut se représenter au terme de son second mandat. Pour lui succéder, le parti au pouvoir a désigné comme candidat un autre ancien général, son compagnon de toujours, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Élections en RDC: les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU à Kinshasa

octobre 5, 2018

Kinshasa – Les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont rencontré la commission électorale vendredi à Kinshasa au premier jour d’une visite en République démocratique du Congo à « un moment crucial de son histoire » avant les élections prévues le 23 décembre.

Emmenés par la France, les 15 ambassadeurs ou représentants des pays-membres pourraient rencontrer d’ici la fin de leur visite dimanche le président Joseph Kabila, en plus des rendez-vous avec des candidats de l’opposition et des membres de la société civile.

« La RDC est à un moment crucial de son histoire », a déclaré à l’AFPTV l’ambassadeur de France aux Nations unies, François Delattre.

« D’un côté, il existe une première opportunité historique d’une transmission démocratique et pacifique du pouvoir. D’un autre côté, la RDC est confronté à des risques politques et sécuritaires », a-t-il ajouté.

« Notre objectif prioritaire aujourd’hui, c’est bien qu’il y ait des élections le 23 décembre, que ces élections soient crédibles, qu’elles soient transparentes, qu’elles se tiennent dans un climat apaisé », a-t-il poursuivi après la rencontre avec la commission électorale.

« Nous souhaitons, nous, membres du Conseil de sécurité, mettre tout notre poids dans la balance », a conclu M. Delattre.

« Le gouvernement a pris l’option de ne pas solliciter d’autres appuis financiers ni logistiques des partenaires », a rappelé le président de la commission électorale Corneille Nangaa.

Selon M. Nangaa, le Conseil de sécurité a rappelé que la Mission des Nations au Congo « est toujours prête en cas de besoin »: « Nous sommes ouverts et les discussions vont se poursuivre dans ce sens », a-t-il dit.

Le président Kabila a réclamé la semaine dernière devant l’Assemblée générale annuelle des Nations unies « le début effectif et substantiel du retrait » des Casques bleus présents depuis 1999 son pays, affirmant le caractère « irréversible » du scrutin présidentiel prévu le 23 décembre.

La délégation est emmenée par trois co-présidents (France, chargée de l’élaboration des résolutions sur la RDC, Guinée-Equatoriale, désignée par l’Afrique, et Bolivie, présidente en exercice) et cinq ambassadeurs (France, Koweit, Pologne, Pays-Bas, Suède), précise la Monusco.

Jusqu’à présent, la commission électorale a respecté quasi au jour près le calendrier électoral, et les partis d’opposition se cherchent un candidat unique sans parler de boycotter ces élections qui doivent organiser le départ du président Kabila après 18 ans de pouvoir.

Mais des polémiques récurrentes pèsent sur le processus électoral: refus de la « machine à voter » par l’opposition et contestation du fichier électoral.

Romandie.com avec(©AFP / 05 octobre 2018 20h01)                                                        

Élection au Cameroun: Kamto et Muna, deux opposants, forment une coalition(porte-parole de Muna)

octobre 5, 2018

L’opposant camerounais Maurice Kamto lors d’un meeting à Yaoundé le 30 septembre 2018n / © AFP/Archives / MARCO LONGARI

Deux candidats d’opposition camerounais ont formé vendredi soir une coalition, à moins de 48h de l’élection présidentielle prévue dimanche, a annoncé le porte-parole de l’un d’eux, Akere Muna, dans un communiqué reçu vendredi soir.

« Akere Muna accepte de retirer sa candidature à la Présidence de la République (…) et de soutenir Maurice Kamto », indique un communiqué signé du porte-parole d’Akere Muna, Paul Mahel.

M. Muna faisait partie des huit candidats qui affronteront dimanche le président sortant, Paul Biya, 85 ans, en poste depuis 1982 et qui brigue un 7ème mandat consécutif.

C’est la première fois depuis l’élection présidentielle de 1992 que deux opposants à Paul Biya forment une coalition contre le président sortant.

« Ce ralliement, intéressant pour la vitalité de la vie politique camerounaise, pourrait arriver trop tardivement pour créer une dynamique de fond », a déclaré à l’AFP Hans de Marie Heungoup, chercheur au centre d’analyses International Crisis Group (ICG).

Maurice Kamto, ancien ministre délégué à la Justice entre 2004 et 2011, a fondé son parti politique en 2012. Il fait figure d’opposant de poids selon les analystes.

Avocat au barreau de Paris, il a notamment négocié avec succès pour son pays le contentieux territorial avec le Nigeria sur la presqu’île de Bakassi.

Ses partisans estiment que son expérience au sein de l’appareil d’Etat est un atout quand ses détracteurs n’hésitent pas à critiquer son soutien passé à Paul Biya.

Akere Muna est l’ancien bâtonnier du Cameroun et fondateur de la branche camerounaise de l’ONG de lutte contre la corruption Transparency International.

Il faisait aussi figure d’opposant de poids à Paul Biya, malgré une campagne plus timorée.

/ © AFP/Archives / Reinnier KAZE

Le président Biya, invisible physiquement durant la campagne hormis un meeting dans la région de l’Extrême-Nord samedi, est néanmoins omniprésent : des milliers d’affiches à son effigie ont été collées partout dans le pays depuis le début de la campagne.

Cela faisait plusieurs jours que des rumeurs couraient sur la formation d’une coalition de plusieurs candidats de l’opposition.

D’autres candidats à l’élection présidentielle ont évoqué l’idée d’une coalition, notamment le candidat du principal parti d’opposition Joshua Osih, sans que cela se concrétise pour l’heure.

Vendredi matin, le camp de Kamto a accusé le pouvoir en place de préparer une « fraude massive » en vue du scrutin de dimanche.

« Nous n’accepterons aucun résultat si ce type de fraude continue », a indiqué le directeur de campagne de Maurice Kamto, Paul-Eric Kingue.

« En tentant d’organiser le chaos, ils risquent d’être désagréablement surpris », a réagi le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary.

L’élection présidentielle se tiendra dans un contexte sécuritaire tendu, avec un conflit armé dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et les assauts répétés des jihadistes de Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord.

Romandie.com avec(©AFP / (06 octobre 2018 02h13)

Côte d’Ivoire/propos violents contre Alassane Ouattara: Justin Koua brièvement interpellé

septembre 21, 2018

Le président ivoirien, Alassane Ouattara. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

 

Justin Koua, secrétaire national de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI de Laurent Gbagbo), a été libéré le vendredi 21 septembre après avoir passé la nuit en garde à vue, à la suite de ses propos violents contre le président Alassane Ouattara.

Les ennuis judiciaires recommencent pour Justin Koua. Ce jeune leader de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI de Laurent Gbagbo), proche d’Aboudramane Sangaré, avait déjà passé vingt-neuf mois en prison à partir de juin 2013. Coutumier des critiques souvent violentes à l’encontre du pouvoir d’Alassane Ouattara, il avait alors été condamné pour « discrédit sur une décision de justice ».

Ce 20 septembre, après avoir reçu 24 heures plus tôt une convocation de la préfecture de police du Plateau (Abidjan), Justin Koua s’est présenté devant des enquêteurs. Ces derniers l’ont interrogé durant plusieurs heures sur ses propos tenus le 15 septembre lors d’un meeting de la jeunesse d’Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS, plateforme de l’opposition dirigée par Georges Armand Ouégnin et proche de l’ex-Première dame Simone Gbagbo).

Vers une inculpation ?

Face à des partisans en liesse, Koua avait en effet tenu pendant plusieurs heures des propos violents à l’encontre du chef de l’État ivoirien. « Nous allons faire porter à Alassane Ouattara ses habits de deuil et le conduire à sa dernière demeure », avait-il lancé. Il avait ainsi provoqué la sortie prématurée du petit stade d’Anono (commune de Cocody, à Abidjan), où se tenait la rencontre de certains militants du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI d’Henri Konan Bédié) qui avaient été conviés et avec lesquels le FPI tente un difficile rapprochement.

C’est d’ailleurs en tant que témoin qu’Innocent Yao, président de la Jeunesse rurale du PDCI, qui avait pris la parole au cours du même meeting, a été invité par les services de la préfecture afin d’y être entendu. Le jeune leader du PDCI n’a pas personnellement répondu à l’invitation et s’est fait représenter par des avocats de son parti.

Il est possible qu’il soit inculpé pour appel à la haine, offense au chef de l’État ou troubles à l’ordre public », précise une source judiciaire

Justin Koua, qui a été libéré le vendredi 21 septembre après avoir passé une nuit en garde à vue, n’est pas pour autant sorti d’affaire. « Justin Koua a certes été autorisé à regagner son domicile, mais son dossier est en instruction au parquet, précise ainsi une source judiciaire à Jeune Afrique. Il est possible qu’il soit inculpé pour appel à la haine, offense au chef de l’État ou troubles à l’ordre public ».

Montée des violences verbales

Ces dernières semaines, la violence verbale a signé son retour dans les discours politiques émanant de tous les camps. De quoi faire planer des menaces sur la paix sociale, dans le contexte actuel de précampagne en vue des élections locales (municipales et régionales) du 13 octobre prochain.

Mi-septembre, Dah Sansan, le président du Rassemblement des jeunes Républicains (RJR, organisation de la jeunesse du parti présidentiel), menaçait par exemple de représailles des jeunes de l’opposition et du PDCI qui comptent organiser un sit-in devant le siège de la Commission électorale indépendante (CEI) pour réclamer sa réforme. « Non, ils n’auront même pas l’occasion de descendre dans la rue. Je crois que je vous ai parlé sagement, ils n’en auront pas l’occasion », avait-il ainsi affirmé.

Pour Christophe Kouamé, président de l’association Citoyenneté et participation (Civis-CI), le retour en force des violences verbales est la conséquence d’une « amnistie brutale [prise par le chef de l’État Alassane Ouattara le 6 août 2018 au bénéfice de 800 détenus et exilés pro-Gbagbo] qui n’a pas préparé les esprits tout comme les différents protagonistes, au vivre ensemble, à la cohésion sociale et à la responsabilité, dans un cadre de justice transitionnelle ».

Jeuneafrique.com par – à Abidjan

Interview Paris-Match avec Ferdinand Mbaou: « Pourquoi on veut me tuer »

septembre 20, 2018

 

Ferdinand Mbaou, opposant redoutable

 

Selon les révélations du Monde et du Figaro, ce général congolais aurait été la cible d’une tentative d’assassinat en France impliquant deux anciens agents de la Dgse. Ferdinand Mbaou répond aux questions de Paris Match Afrique.

Paris Match Afrique. La semaine dernière, Le Monde et Le Figaro révèlent qu’une tentative d’assassinat a été planifiée en région parisienne contre vous. Etiez-vous au courant ?

Ferdinand Mbaou. Non ! Je l’ai appris en même temps que tout le monde, en lisant dans le journal que des personnes avaient été arrêtées parce qu’elles projetaient d’assassiner un opposant congolais ici en région parisienne. J’ai été surpris de lire qu’il s’agissait de ma modeste personne.

Quel sentiment avez-vous éprouvé ?

J’ai déjà échappé à une tentative d’assassinat le 10 novembre 2015 à coté de chez moi dans le Val d’Oise. On m’a tiré dessus à bout portant. J’ai encore les projectiles dans mon corps, on n’est jamais heureux de ce genre de situation, jamais aguerri. On essaye de faire avec. La différence cette fois, c’est que d’après les articles des anciens agents des services de sécurité français sont impliqués. Cela m’a fait beaucoup de peine de l’apprendre. Heureusement, d’autres agents, en fonction ceux-là, ont bien travaillé. Je tiens à les remercier et j’espère qu’ils vont continuer maintenant qu’ils ont la preuve que je suis dans la ligne de mire de ce commanditaire dont je ne veux pas citer le nom.

Saviez-vous que des personnes cherchaient à vous tuer ?

Oui je sais pourquoi on veut me tuer. Les Congolais m’ont averti et puis j’ai reçu des menaces par SMS: « on va venir te tuer aujourd’hui. » J’ai tenté d’alerter les services, mais ils n’ont pas donné suite.

La justice ne m’a informé de rien et je n’ai aucune protection policière

Bénéficiez-vous d’une sécurité rapprochée ?

Non pas du tout. La justice ne m’a pas encore informé officiellement et je n’ai aucune protection policière. Seule la presse nous a informés. D’ailleurs, je suis très heureux que cette presse utile existe en France. Chez nous au Congo, les hommes de presse qui ont dit la vérité ont fini en prison.

Vous avez été le chef de la garde présidentielle du président congolais Pascal Lissouba jusqu’en 1997 avant l’arrivée au pouvoir de l’actuel président Denis Sassou-Nguesso, pourquoi vous en voudrait-il encore autant ?

Je suis l’un de ses ennemis les plus redoutables et dans sa république un peu bananière, tout est en train de partir en lambeau. Il y a une crise politique, économique, sociale, il est isolé sur le plan international et cela qui le rend comme un chien en cage.

Est-ce que vous constituez une menace ?

Quand un peuple est opprimé, c’est l’oppresseur qui définit la nature du combat. Quand le peuple est descendu dans la rue pacifiquement il s’est fait tirer dessus. Il y a eu des morts et les gens ont a compris qu’il fallait trouver d’autres moyens plus adéquats pour renverser cet état des choses.

Est-ce la raison pour laquelle vous avez été emprisonné lors de votre retour au Congo en 2009 ?

J’étais allé au Congo pour me recueillir sur la tombe de mon père, mort dans les combats en 1997. A mon arrivée, on m’a jeté en prison pour « atteinte à la souveraineté extérieure de l’Etat » et « usurpation de grade de général ». J’ai passé 170 jours bien comptés en prison. A ma sortie, les Congolais ont exigé que je sois jugé à la Cour criminelle qui m’a acquitté sur les deux chefs d’accusation.

Avez-vous subi d’autres intimidations depuis lors ?

Oui on a gelé mes comptes et mes avoirs en France à quatre reprises. Là aussi, je me demande pourquoi ! Quand je pose la question, on me répond : « Vous voulez renverser le Président Sassou Nguesso » (réélu après des élections contestées le 16 mars 2016, ndlr). Je dis clairement : « C’est votre président, ce n’est pas le nôtre ! » J’ai toujours dit à haute voix que je considère que depuis 1997 le Congo Brazzaville vit entre parenthèses. Pour autant, je sais qu’un jour, avec notre intelligence, dans l’unité et dans la paix, nous sortirons de cette situation pour que notre pays soit comme le dit notre hymne national dans l’unité, le travail et le progrès !

Zenga-mambu.com by Laurent avec François de Labarre

La Fédération de l’Opposition congolaise et le Conseil fédéral Frocad-IDC-CJ3M chez Paulin Makaya

septembre 20, 2018

Madame Claudine Munari, Présidente de la Fédération de l’Opposition Congolaise et le Conseil Fédéral Frocad-IDC-CJ3M sont allés rendre visite à Paulin Makaya, Président de l’UPC.

RDC: l’opposition va à nouveau se réunir, en Afrique du Sud, sans Bemba, Tshisekedi ni Kamerhe

septembre 18, 2018

 

Félix Tshisekedi (à g.) et Jean-Pierre Bemba. © Montage JA

Moins d’une semaine après leur rencontre à Bruxelles, les opposants congolais doivent se retrouver à Johannesburg, mardi 18 septembre, notamment pour rencontrer des responsables de l’ANC, au pouvoir en Afrique du Sud. Mais trois poids lourds manquent à l’appel : Jean-Pierre Bemba, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe.

S’agit-il de simple problème de visa ou d’agenda, comme l’affirment les organisateurs ? Ou faut-il y voir un problème politique ? Trois des poids lourds de l’opposition congolaise, Jean-Pierre Bemba, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ne devraient pas rejoindre leurs camarades à Johannesburg mardi 18 septembre, pour une nouvelle réunion des têtes d’affiche de l’opposition, moins d’une semaine après celle de Bruxelles.

Ils étaient pourtant invités et ont choisi de se faire représenter par leurs proches : la secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC), Ève Bazaiba, pour le premier, le secrétaire national aux relations extérieures de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Gilbert Kankonde, pour le deuxième, et le porte-parole de l’Union pour la nation congolaise (UNC) Jolino Makelele, pour le troisième.

Présent à Bruxelles, Antipas Mbusa Nyamwisi ne devrait pas non plus se rendre à Johannesburg.

Responsables de l’ANC

Adolphe Muzito et Moïse Katumbi sont en revanche déjà sur place en Afrique du Sud, où ils devaient notamment participer à une « réunion préparatoire informelle » lundi soir.

Les présents devraient notamment rencontrer mardi des responsables du Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud. Le nom de son secrétaire général, Ace Magashule, est notamment cité.

« Nous allons plaider pour des élections libres, démocratiques et inclusives, indique l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito. Et nous allons continuer de parler du candidat unique. Mais il faut surtout que nous nous mettions d’accord sur un programme d’action crédible pour sortir le pays de l’impasse », insiste-t-il.

Dans une interview accordée à Jeune Afrique, l’opposant Jean-Pierre Bemba, qui a été officiellement écarté de la course à la présidence, a confié qu’il envisageait de soutenir un autre candidat à la présidentielle de décembre, à condition que la transparence du vote soit assurée et que l’opposition se mette d’accord pour soutenir un candidat unique.

Jeuneafrique.com par

Nicaragua: répression d’une manifestation de l’opposition

septembre 15, 2018

Un manifestant nicaraguyaen s’oppose aux policiers anti-émeutes, à Managua le 15 septembre 2018 / © AFP / INTI OCON

Au moins deux personnes ont été blessées par balle samedi lors d’une attaque contre une manifestation de l’opposition au président nicaraguayen Daniel Ortega à Managua, ont déclaré des témoins.

Des hommes en moto, habillés en civil, ont ouvert le feu contre les manifestants dans le quartier de Ducuali, blessant une femme de 32 ans et un homme de 57.

« Il y avait trois personnes à moto qui ont commencé à tirer », a indiqué aux journalistes un jeune homme, le visage masqué, qui a tenté avec d’autres de rattraper les hommes armés.

La femme a reçu une balle dans la jambe et une autre balle a éraflé l’abdomen du second blessé, a précisé le témoin.

La police a de son côté accusé, dans un communiqué, les « groupes de terroristes putschistes », faisant allusion aux manifestants, d’avoir tiré sur la femme.

Les manifestants avaient réussi à contourner les tentatives de la police anti-émeutes pour bloquer leur marche dans plusieurs quartiers de la capitale.

Malgré l’attaque, ils ont poursuivi leur marche en criant « Liberté », exigeant la libération de centaines de « prisonniers politiques » et le départ du gouvernement de Daniel Ortega, au pouvoir depuis 2007.

Les Nicaraguayens manifestent contre le gouvernement depuis près de cinq mois, malgré la répression, qui a fait plus de 320 morts, 2.000 blessés, plus de 300 manifestants arrêtés et au moins 400 médecins et enseignants licenciés.

Déclenchée le 18 avril par un projet de réforme de la sécurité sociale, vite abandonné, la vague de protestation est d’une ampleur inédite au Nicaragua.

M. Ortega, ancien guérilléro de 72 ans, est accusé par ses opposants d’avoir mis en place une dictature marquée par la corruption et le népotisme avec son épouse et vice-présidente Rosario Murillo.

Romandie.com avec(©AFP / (16 septembre 2018 04h31)

Bruxelles: Réunion Jean-Pierre Bemba, Félix Tshisekedi, Katumbi, Kamerhe et Muzito

septembre 13, 2018

 

Congo: Western Union et Moneygram livrent à la DGST des infos sur les transferts effectués par les opposants

septembre 7, 2018

 
Une agence de Western Union

 

Les deux principales sociétés de transfert de fonds basées au Congo, fourniraient des informations à la DGST, sur les mouvements d’argent des congolais classés comme « opposants » par le régime de Brazzaville. Une base de données des personnes bénéficiaires est minutieusement scrutée par les flics périodiquement dans le seul but de la conversation du pouvoir.

Au Congo, la DGST aurait réussi à convaincre les deux principales sociétés de fonds, Western Union et Moneygram de leur transmettre le rapport de leurs transactions financières. Le but de cette manœuvre serait de cibler toutes les personnes au pays recevant de l’argent des opposants au régime, vivant hors du pays et aussi ceux à qui les opposants locaux envoient de l’argent à l’étranger.

La militarisation de la nouvelle république est l’une des causes directes de cette paranoïa qui frise le ridicule. Le pouvoir croirait ainsi contrôler les opposants dans le financement des groupuscules dormants locaux, capables de créer des troubles.

A Brazzaville, une personne de troisième âge aurait été interpellée suite aux nombreux transferts d’argent qu’elle recevrait de son neveu, installé en France et classé comme opposant dangereux.

Dans leurs ambitions démesurées de conservation du pouvoir, les sécurocrates d’Oyo se sont toujours arrangé à appauvrir ceux qui ne pensaient pas comme eux. En rendant tout le monde dépendant d’eux, ils peuvent les contrôler et s’assurer une tranquillité.

Les parents de ces supposés opposants sont indexés pour la simple raison d’avoir des membres qui pensent différemment et qui aspirent à un Congo juste et normal.

Sacer-infos.com par Stany Franck