Posts Tagged ‘DUBaï’

Opération de blanchiment entre la Suisse et Dubaï

mai 26, 2018

Berne (awp/ats/ansa) – La « Guardia di finanza » de Padoue a mis à jour une association de malfaiteurs transnationale active dans le blanchiment de plus de 46 millions d’euros entre la Suisse et Dubaï, a indiqué samedi l’agence italienne ansa. Cinq personnes ont été placées en détention préventive, dont un Suisse.

Outre ce ressortissant suisse, les personnes arrêtées sont toutes italiennes. Il s’agit d’une femme résidant à Dubaï, un homme résidant à Monaco mais domicilié à Padoue et sa compagne, ainsi qu’un autre homme résidant à Lugano (TI), précise ansa.

De nombreuses perquisitions ont été menées sur le territoire italien, a aussi indiqué l’agence. Contacté samedi, le Département fédéral de justice et police (DJPD) n’était pas en mesure de confirmer l’information.

 Par la Tchéquie et la Slovaquie

Conduite par le Parquet de Padoue, l’enquête a débuté en 2016. Les investigations ont révélé que les cinq personnes mises en cause auraient mis sur pied une organisation pour blanchir l’argent issu d’activités financières illicites et déposé dans des banques suisses.

Ils effectuaient des virements de banques helvétiques vers des sociétés fictives en République tchèque et en Slovaquie, sous couvert d’acquisition de lingots d’or qui n’existaient pas en réalité. Les virements étaient ensuite envoyés à Dubaï.

Aux Emirats arabes unis, une ressortissante italienne percevait l’argent et le réexpédiait par avion à nouveau en Suisse, à disposition des clients de l’organisation. Les cinq complices retenaient entre 5 et 10% de l’argent. Le chiffre d’affaires de l’organisation a été estimé à environ 46 millions d’euros.

Romandie.com avec (AWP / 26.05.2018 16h23)                                                        

Il est mort sans-papiers à Dubaï

septembre 7, 2017

Avis de recherche de familles et des origines

 

Dubai

 

Avec Congo-mfoa.com

Une Canadienne remporte le prix du « meilleur professeur du monde »

mars 19, 2017

 

Maggie MacDonnell, enseignante canadienne travaillant dans un village reculé de l’Arctique, s’exprime après avoir remporté à Dubaï le prix du « meilleur professeur du monde », le 19 mars 2017 / © AFP / KARIM SAHIB

Une enseignante canadienne travaillant dans un village reculé de l’Arctique a remporté dimanche à Dubaï le prix du « meilleur professeur du monde », doté d’un million de dollars.

Maggie MacDonnell figurait parmi 10 finalistes sur 20.000 candidats de 179 pays, qui s’étaient présentés à un concours international ayant pour objectif de valoriser le métier d’enseignant.

Elle enseigne dans le village de Salluit, dans l’Arctique canadien, qui a un taux élevé de suicide, selon sa biographie fournie par les organisateurs du prix.

Mme MacDonnell a indiqué dimanche avoir été témoin de plus de 10 suicides en deux ans.

« En tant qu’enseignante, lorsque j’arrive à l’école le lendemain d’un suicide, il y a un siège vide dans ma salle de classe où plane un silence total », a-t-elle affirmé en retenant ses larmes. « Je vous remercie d’attirer l’attention du monde sur eux », a-t-elle ajouté.

Cette enseignante a lancé un programme de formation sociale à l’intention de ses élèves – notamment les filles – dans une région où les grossesses d’adolescentes sont fréquentes et les taux d’abus sexuels élevés, selon sa biographie.

Maggie MacDonnell, enseignante canadienne travaillant dans un village reculé de l’Arctique, réagit après avoir remporté à Dubaï le prix du « meilleur professeur du monde », le 19 mars 2017 / © AFP / KARIM SAHIB

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a félicité Mme MacDonnell. « Nous sommes très fiers de vous », a-t-il réagi dans un message transmis par vidéo.

La cérémonie de remise du prix a été ouverte par le chanteur lyrique italien Andrea Boccelli.

Le concours est organisé pour la troisième fois par la fondation Varkey, basée à Dubaï. Le prix est payé par tranches et exige que le gagnant reste enseignant pendant au moins cinq ans.

L’an dernier, le concours avait été remporté par une enseignante palestinienne de Cisjordanie occupée, Hanane al-Hroub, pour « l’importance qu’elle donne au jeu dans l’éducation des enfants » afin de contrer la violence dans le milieu scolaire, souvent traumatisé par les retombées du conflit israélo-palestinien.

La fondation a été créée par la famille Varkey, des Indiens immigrés dans les années 1950 aux Emirats arabes unis, alors protectorat britannique. Ils y font fortune en créant des réseaux d’écoles privées, au début destinées aux enfants des expatriés occidentaux ou du sous-continent indien venus dans le Golfe après le boom pétrolier.

Romandie.com avec(©AFP / 19 mars 2017 18h13)

Dubaï parie sur le drone-taxi

février 19, 2017

L’émirat annonce qu’il mettra en service en juillet l’Ehang 184, un engin sans pilote destiné à transporter une personne pendant une vingtaine de minutes.

Le drone-taxi Ehang 184

Le drone-taxi Ehang 184 Ehang

Dès juillet à Dubaï

Présenté au CES de Las Vegas en janvier 2016, le drone Ehang 184, capable de transporter un passager, avait d’abord été accueilli comme un projet sympathique mais farfelu. Il faut croire que ce drone-taxi ne restera pas au stade de simple prototype : l’émirat de Dubaï vient d’annoncer son intention de le mettre en service très prochainement. Une date est avancée : juillet 2017, selon l’Autorité des routes et des transports (RTA). Le petit Etat du Golfe, qui a décidé que 25 % de ses moyens de transport seraient autonomes en 2030, indique avoir procédé à des essais qui, visiblement, se sont révélés concluants. Il a même conçu une vidéo promotionnelle où, toutefois, on ne voit pas clairement l’Ehang 184 évoluer avec une personne à son bord…

Sous la surveillance d’un centre de contrôle

L’appareil, qui pèse 200 kg, dispose de huit moteurs électriques (chaque bras en porte deux en vis à vis) développant 106 kW (dans sa première configuration, en tout cas), et peut embarquer une personne, qui devra quelque peu se contorsionner pour accéder au cockpit. Celui-ci ne dispose d’aucune commande permettant de diriger l’appareil car il s’agit bien d’un drone. Le passager peut indiquer sa destination ; pour le reste, il s’en remet à l’Ehang 184 dont le parcours sera suivi par un centre de contrôle au sol. Le drone-taxi peut évoluer à 100 km/h et à 300 mètres d’altitude, pour une autonomie de vol de 23 minutes maximum.

L’Ehang 184 exposé le 13  févrIer à Dubaï.

L’Ehang 184 exposé le 13  févrIer à Dubaï. STRINGER / AFP

Une accélération du programme

A dire vrai, l’annonce faite par les autorités de Dubaï – qui affichent également leur intérêt pour l’Hyperloop, le projet de mode de transport sur coussin d’air dans un tube maintenu à basse pression initié par Elon Musk – paraît assez surprenante. En juin, lorsque l’Ehang 184 avait obtenu de pouvoir engager des tests de faisabilité dans l’Etat du Nevada, ses concepteurs avaient estimé qu’une mise en service ne saurait guère intervenir avant 2020. Rencontrés lors du dernier CES, en janvier dernier, les responsables d’Ehang – qui ont levé 50 millions de dollars pour financer leurs différents projets – précisaient avoir réalisé « deux cents heures de vol, dont certaines avec un occupant à bord » et indiquaient attendre des autorisations de vol de la part des autorités chinoises. Bref, ils se tenaient sur une certaine réserve.

L’habitacle de l’Ehang 184.

L’habitacle de l’Ehang 184. Ehang

Des verrous à faire sauter

Il reste encore six mois aux autorités de Dubaï pour confirmer leur projet. Si celui-ci est effectivement mis en œuvre et se transforme en succès, il pourra revendiquer d’avoir commencé à lever plusieurs obstacles. Non pas tant celui de la faisabilité technique, qui n’est pourtant pas mince car faire voler un drone d’un poids total en vol excédant les 300 kg n’a rien de simple, mais celui de la faisabilité juridique. Aujourd’hui, en effet, l’intégration de drones dans l’espace aérien compris en dessous de 300 mètres au-dessus du sol reste un chantier ouvert. La question centrale de la régulation du trafic n’est pas réglée, faute de mise au point d’un système d’évitement automatique efficace. Le dernier verrou à faire sauter porte sur les réserves que suscite spontanément la perspective de sauter à bord d’un taxi volant dépourvu de pilote. Et ce n’est pas le moindre.

Lemonde.fr Jean-Michel Normand, Journaliste au Monde

Un avion d’Emirates rate son atterrissage à Dubaï, prend feu et pas de blessés

août 3, 2016

Un avion d’Emirates en provenance d’Inde avec 300 personnes à bord a raté son atterrissage mercredi à l’aéroport de Dubaï. Tous les passagers et membres d’équipage ont été évacués et aucun blessé n’est signalé.

Une personne de nationalité suisse se trouvait dans l’avion avec 281 autres passagers et 18 membres d’équipage, selon la liste publiée par la compagnie. La plus grande partie de passagers étaient des Indiens et il y avait également 24 Britanniques.

Après l’accident survenu aux environs de 12h45, les autorités ont annoncé la suspension jusqu’à nouvel ordre de tous les mouvements à l’aéroport de Dubaï qui a été fermé.

Le Boeing 777-300 A6-EMW assurant le vol EK521 avait décollé de Trivandrum (également appelée Thiruvananthapuram), dans le sud-ouest de l’Inde. Il s’est écrasé à l’atterrissage pour une raison encore indéterminée.

Incendie maîtrisé
Les réacteurs ont ensuite pris feu, dégageant de gros panaches de fumée noire. L’avion était couché sur le ventre et les toboggans ayant servi à évacuer étaient déployés. Le bureau d’information du gouvernement a annoncé deux heures après l’accident que l’incendie avait été maîtrisé.

Emirates, qui appartient à l’émirat de Dubaï, a confirmé dans un communiqué sur Twitter un « incident » impliquant l’un de ses appareils. Elle a ajouté que les services de secours contrôlaient la situation.

L’accident de mercredi intervient quatre mois environ après un crash d’un Boeing 737-800 de flydubai, autre compagnie de Dubaï qui avait fait 62 morts.

Romandie.com avec(ats / 03.08.2016 14h23)

Dubaï: spectaculaire incendie dans un hôtel de Dubaï

décembre 31, 2015

dubai

© Ahmed Jadallah/Reuters L’Address Hotel brûle à Dubaï le 31 décembre 2015.
Un spectaculaire incendie a embrasé jeudi un hôtel de luxe de Dubaï, faisant au moins 16 blessés, près du site où des dizaines de milliers de personnes ont assisté aux somptueux feux d’artifice du Nouvel An en dépit du sinistre.
L’origine de l’incendie qui n’était pas totalement circonscrit quatre heures et demi après avoir démarré restait indéterminée à ce stade.L’hôtel cinq étoiles Address Downtown, situé dans un gratte-ciel de 63 étages au centre de Dubaï, à quelques encablures de la plus haute tour du monde, Burj Khalifa (828 mètres), a été dévoré par d’énormes flammes rougeoyantes, alors que des milliers de personnes dont de nombreux touristes se rassemblaient dans le quartier pour célébrer le passage à 2016.

Un premier bilan officiel a fait état de 16 blessés dont 14 légèrement. Aucun enfant ne figure parmi les victimes, a précisé le bureau de presse du gouvernement de l’émirat. Une personne a eu une crise cardiaque, mais n’est pas morte. Les blessés ont été soignés sur place.

Le chef de la police de Dubaï, le général Khamis Matar al-Mzeina, s’est borné à indiquer que « tous les résidents de l’hôtel ont été évacués » sans préciser leur état. Il n’a donné aucune information sur le personnel de l’hôtel.

«Comme la foudre»

L’incendie s’est déclaré peu après 21H30 (17H30 GMT), a raconté un témoin, Raphaël Slama, à l’AFP.

Des boules de feu sont tombées sur une terrasse du bâtiment et ont ensuite gagné d’autres étages, a-t-il relaté. Un épais nuage de fumée noire flottait au-dessus de la tour.

« Le feu a pris au milieu de l’hôtel et s’est propagé comme la foudre », a pour sa part indiqué un photographe de l’AFP, Karim Sahib, ajoutant: « Des gens aux alentours se sont mis à courir pour fuir la zone ».

« Nous avons vu du feu sortir des étages supérieurs » et « des gens ont commencé à crier et à s’enfuir de l’hôtel », a pour sa part rapporté Kumar, un résident indien de Dubaï. En quelques minutes, « le feu était partout dans le bâtiment ».

« Ce qui était étrange, c’est que le feu disparaissait et réapparaissait, il était concentré principalement au milieu du bâtiment », a dit de son côté un touriste saoudien, Mohammed al-Majed.

Fumée et flammes s'échappent de l'hôtel Address Downtown à Dubaï, le 31 décembre 2015© Fournis par AFP Fumée et flammes s’échappent de l’hôtel Address Downtown à Dubaï, le 31 décembre 2015 Une vidéo ayant circulé sur les réseaux sociaux montre une certaine panique parmi des personnes qui se trouvaient dans un centre commercial, le Dubai Mall, non loin de là. On y voit une femme criant: « Ne courez pas, ne paniquez pas! »

Un témoin anonyme a confirmé avoir entendu « beaucoup de cris » et vu « des évanouissements » au moment où ce centre commercial a été fermé.

Selon les autorités de Dubaï, l’incendie s’est déclaré au 20e étage de l’Address Downtown mais à l’extérieur du gratte-ciel qui abrite cet hôtel luxueux qui comprend sept restaurants, des chambres et des appartements pour des résidences de plus longue durée.

« Avant que l’incendie soit circonscrit, nous n’aurons pas d’informations sur l’origine » du sinistre, a précisé la police.

Quatre escadrons de pompiers ont été mobilisés pour éteindre l’incendie, tandis que des ambulances sont très vite arrivées sur les lieux survolés par des hélicoptères.

Habitants en aide aux sinistrés 

Les résidents de l’hôtel vont être relogés par les autorités de Dubaï, a précisé le gouvernement local.

Sur les réseaux sociaux, des habitants ont proposé aux sinistrés de venir loger chez eux. « Si vous êtes à Dubaï, que vous êtes affectés par l’incendie et que vous avez besoin de rester quelque part cette nuit, utilisez le hashtag #needanaddress ».

Malgré cet incendie spectaculaire, les fêtes du Nouvel An ont continué selon le programme, a précisé Mona Al-Marri, directrice de la communication du gouvernement de Dubaï, à la chaîne de télévision Al-Arabiya.

Peu après minuit, le ciel de Dubaï s’est illuminé de dizaines de feux d’artifice tirés entre autres depuis la tour Burj Khalifa. Des dizaines de milliers de personnes y ont assisté. La fumée émanant de l’incendie était visible autour de Burj Khalifa entre les gerbes multicolores des feux d’artifice.

En février 2015, un gigantesque incendie avait déjà ravagé un des plus hauts gratte-ciels de Dubaï, « The Torch », forçant des centaines de résidents à évacuer leurs appartements. Aucune victime n’avait été signalée.

AFP par Karim SAHIBIl

Dubaï: 15 travailleurs asiatiques tués dans un accident de la route

mai 10, 2014

Dubaï – Quinze travailleurs asiatiques ont trouvé la mort et plusieurs autres ont été blessés samedi dans un accident de leur bus sur une autoroute de Dubaï, selon un nouveau bilan officiel.

Deux blessés ont succombé à l’hôpital, portant le nombre des morts à 15, a rapporté l’agence officielle Wam.

Dans un communiqué, la police avait indiqué dans un premier temps que 13 travailleurs avaient trouvé la mort dans l’accident alors que 16 autres blessés avaient été hospitalisés

L’accident est survenu lorsque le bus, qui transportait 29 travailleurs asiatiques, s’est renversé et a heurté un camion à l’arrêt sur le bas côté d’une autoroute très fréquentée, Emirates Road, au niveau de Ruwayyah, une banlieue de la ville, a précisé la police.

Le communiqué n’a pas précisé la nationalité des victimes de l’accident, l’un des plus mortels à Dubaï, membre de la fédération des Emirats arabes unis.

L’émirat compte d’importantes communautés asiatiques parmi ses 2,2 millions d’habitants, en grande majorité des résidents étrangers.

Romandie.com avec(©AFP / 10 mai 2014 12h56)

Boeing décroche une commande record à Dubaï

novembre 14, 2011

La compagnie Emirates a commandé 50 appareils 777 pour 18 milliards de dollars (13 milliards d’euros). Il s’agit du plus gros contrat, en valeur, qu’ait jamais conclu l’avionneur américain.

L’avionneur américain Boeing a décroché ce dimanche un contrat de 18 milliards de dollars (13 milliards d’euros), le plus important, en valeur, qu’ait jamais conclu le constructeur aéronautique américain.

La compagnie Emirates Airlines a passé commande pour 50 Boeing 777-300 ER à l’ouverture du Salon aéronautique de Dubaï qui se tient jusqu’au 17 novembre. Ce contrat porte à 90 le nombre de ces long-courriers commandés par Emirates, une compagnie aux ambitions mondiales.

Emirates, la plus grande compagnie aérienne du Moyen-Orient et l’un des transporteurs dont la croissance est la plus rapide au monde, possède une flotte de 160 avions et un carnet de commande de près de 200 appareils. Elle est déjà le plus gros opérateur au monde de 777, un appareil qui selon les versions peut transporter jusqu’à 400 personnes d’un coup d’aile de Dubai à Tokyo ou à Los Angeles.

L’émirati Cheikh Ahmed Ben Saïd Al-Maktoum, PDG d’Emirates, a également annoncé avoir pris une option sur vingt appareils supplémentaires. Si la commande se concrétise, elle rapportera huit milliards d’euros supplémentaires à Boeing.

Emirates a par ailleurs signé un contrat de six milliards de dollars avec General Electric portant sur des moteurs 90-115B.

Airbus engrangerait aussi des commandes
D’après des sources industrielles, Airbus peut espérer engranger à son tour des commandes à Dubaï demain et après-demain, notammment de la compagnie Qatar Airways. Celle-ci pourrait placer une commande de 6,5 milliards de dollars pour 50 A320neo et cinq A380, tandis que le loueur koweïtien Alafco augmenterait une commande de 30 A320neo à l’origine.

Les pays du Golfe se présentent en effet comme des clients en or pour les constructeurs tels que Boeing et Airbus, dans un contexte de crise de la dette en Europe.

Boeing a commencé ce mois-ci la construction de son millième Boeing 777. Le prix catalogue du 777-300 ER est de 284 millions de dollars. Sur l’ensemble de l’année 2011, le constructeur américain devrait écouler 480 appareils environ, alors qu’il anticipait auparavant de 485 à 495.

Lefigaro.fr